« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 Sachsenhausen

 

 

 

 

NOUS ENTONNONS UN NOUVEAU CHANT

Heut singen wir ein neues Lied

Mélodie inconnue

 

       

 

1. Nous entonnons un nouveau chant

    Pour les anciens : qu’ils vivent !

    Voulons, avant la fin de l’an,

    Pousser la chansonnette.

    Car nous avons pour chaque temps

    Et aujourd’hui tout prêt un chant.

    Allons, que clair il sonne !

    Hello, les vieux résonnent !

 

2. Jadis, nous étions jeunes gens,

    Aujourd’hui vielles barbes.

    Nos pauvres dos, depuis le temps,

    Ont porté tant de charges.

    Hier* rien ne nous fut épargné  * Une syllabe

        Aujourd’hui nous sommes des durs,

    Demain ne peut nous effrayer.

    Cela nous en sommes sûrs !

 

3. Aux fêtes jadis il y avait

    Gâteaux, café, saucisses.

    Cela n’est plus que du passé :

    Faisons-en sacrifice.

    Nous avons tous tout digéré,

    Malgré choucroute inépicée,

    « Sudetenquell* » et raves :

    Nous restons frais et braves !

 

4. Beaucoup de nouveaux arrivés

    Vacillent des oreilles.

    Deux semaines tout juste après,

    Se disent morts, la trouille.

    Nous leur disons : « Vas-y, mon gars,

    Montre-toi homme, où que tu sois,

    Surtout, laisse la larme,

    Suis les gaillards qui triment. »

 

5. Nous rentrerons à la maison,

    Loin de cette détresse.

    Mais sur nos pieds nous sortirons

    Et pas dans une caisse.

    Peut-être n’est-ce plus bien loin,

    Nous serons libres et pas moins.

    Nous ne refroidirons pas en ces lieux,

    Nous tiendrons le coup, nous les vieux !

   

 1. Heut singen wir ein neues Lied,

wohlan, es gilt den Alten.

Wir wollen, eh' das Jahr entflieht,

noch einen Sing-Sang halten.

Wir haben ja für jede Zeit,

und auch für heut, ein Lied bereit.

Auf, lasst es hell erklingen!

Hallo! Die Alten singen!

 

2. Einst waren junger Zugang wir,

heut sind wir alte Knaben,

die durch die Jahre, die wir hier,

viel auf dem Buckel haben.

Das Gestern hat uns nichts erspart,

drum findet uns das Heute hart,

und drum macht uns das Morgen

im Grunde wenig Sorgen.

 

3. Einst war bei jedem Fest

viel Wurst, Kaffee und Kuchen,

und ist das heute auch vorbei,

wir wollen drum nicht fluchen.

Wir haben schon so viel verdaut

und sind trotz allem Sauerkraut,

Sudetenquell* und Rüben

noch immer frisch geblieben.

 

4. So mancher Zugang, den wir sah'n,

der wackelt' mit den Ohren,

er gab schon nach zwei Wochen an,

er sei tot und verloren.

Wir raten dir: Geh immer ran,

wo es auch sei, steh deinen Mann':

Vor allem, 1ass das Flennen

und lerne Kerle kennen!

 

5. Auch wir gehn eines Tag's nach Haus,

hinweg aus dieser Wüste.

Wir gehn auf unsern Füssen raus,

und nicht in einer Kiste.

Vielleicht ist's nicht mehr lange hin,

dann sind wir frei und nicht mehr drin!

Wir werden nicht erkalten,

wir halten durch, wir Alten!

   * eau minérale produite par les SS

 

 

 

         Texte        Heut singen wir ein neues Lied

                          Auteur inconnu

                          dans Lieder aus den faschistischen

                                   Konzentrations-Lagern

                          Veröffentlichung der Deutschen Akademie

                          der Künste in Berlin, Sektion Musik,

                          Abteilung Arbeiterlied

                          Das Lied – Im Kampf geboren, Heft 7, Nr 18 S. 58

                          Zusammengestellt von Inge Lammel und Günter Hofmeyer

                          VEB Friedrich Hofmeister Leipzig 1962

                          fr. : Yves Kéler 14.5.2015 Gréoux

 
         Mélodie    inconnue

 

 

 

 Le texte

         L’auteur du texte de ce chant était probablement un Berlinois, qui a écrit les strophes fin 1941. Il fut initialement composé comme poème. La mise en musique était moins connue.

         Le chant a été rejeté par beaucoup de prisonniers, parce qu’ils ressentaient la dernière strophe comme une raillerie des nouveaux arrivants et parce que la référence aux « anciens » ne correspondait pas à leur intention. Le chant fut chanté à plus d’un ancien pour son anniversaire. (op. cit. p. 59)

         « Sudetenquell », marque d’une eau minérale produite par les SS. Ces derniers avaient mis la main sur le marché des eaux minérales. D’après leur théorie, le germain doit se nourrir sainement, sans viande si possible (Himmler admirait Hitler qui était végétarien) et avec de l’eau pure et germanique, ici produite dans les Sudètes. L’auteur ici tourne en dérision cette prétention, d’autant plus que les prisonniers ne buvaient pas d’eau en bouteille, mais du château-la-pompe ordinaire.

         « Sauerkraut » est pris ici au double sens de « choucroute » et « de légume aigre », pour se moquer de la mauvaise nourriture, dont les « Rüben – betteraves, raves, carottes » font partie. 

 

»

 

 

 

 

 

Visiteurs en ligne

125069
Aujourd'huiAujourd'hui3
HierHier202
Cette semaineCette semaine689
Ce moisCe mois5197
Tous les joursTous les jours1250693
Template by JoomlaShine