« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

Neuengammer Lagerklied

Chant du camp de Neuengamme

 

 

 

 

 

PRES DE HAMBOURG, DANS LA LANDE

Dicht bei Hamburg liegt ein Lager

Mélodie : Fern bei Sedan

 

     

 1. Près de Hambourg, dans la lande,

    Un camp fait de barbelés

    :: Retenant trois fois mille hommes,  

    « Concentrationnaires » appelés. ::

   

2. :: Le drapeau est notre bêche,

    « La patrie ! » le cri du jour.

    :: Pas de larme, tête haute,

    Concentrationnaire, libre un jour ! ::

 

3. Mots de joie qui nous forgent !

    Forte est notre volonté.

    :: Car les ans, les jours qui passent,

    Nous ont durcis comme de l’acier. ::

 

4. Au matin, travail, tous passent,

    Vers le « Klinker » ou bien « l’Elb. »

    :: Vase, boue, la faim, la crasse,

    Mais notre chant demeure pareil. ::

 

5. Entends ! la patrie t’appelle,

    Quand on crie ton nom à l’appel !

    :: Liberté, tu lui révèles :

    Tes fils rentrent au bercail ! ::

 

    1. Dicht bei Hamburg liegt ein Lager

       
Hinter Stacheldraht verbannt.

    :: Dreimal tausend deutsche Männer,

    Konzentrationäre sie genannt. ::

 

2. Unser Banner ist der Spaten,

    „Treue Heimat“ Feldgeschrei.

    :: Keine Träne, stets den Kopf hoch,

    Konzentrtionär, auch du wirst frei. ::

 

3. Worte froh hat uns geschmiedet,

    Zäher Wille ist erwacht.

    :: Denn die Jahre, die vergangen,

    Haben hart und eisern uns gemacht. ::

 

4. Früh am Morgen geht’s zur Arbeit,

    Ob nach Klinker oder Elb;

    :: Dreck, Morast und Schlamm und Kohldampf,

    Doch das Lied bleibt Tag für Tg dasselb’ ::

 

5. Hörtihr nicht den Ruf der Heimat

    Beim Appel die Namen schrein?

    :: Leuchtend kommt auch euch die Freiheit,

    Mütter, eure Söhne kehren heim. ::

 

 

 

         Texte        Dicht bei Hamburg liegt ein Lager

                          Auteur inconnu

                          dans « Lieder aus den faschistichen

                                      Konzentrationslagern »

                          documentation communiste de DDR - RDA

                          Inge Lammel, 1962

                          VEB Friedrich Hofmeister Leipzig

                          n° 32, page 112

                          fr. : Yves Kéler 4.1.15 Bischwiller

 

         Mélodie    Fern bei Sedan auf den Höhen

                          Soldatenlied 1870-71

                          anonyme

        

 

 

 

 

Le texte

 

        Ce chant, qui décrit la situation du KZ de Neuengamme près de Hambourg, est né en 1943/44, lorsque la quarantaine y fut imposée, suite à une épidémie de typhus. Le chant devait sur ordre du commandant être chanté par tous les prisonniers et devint bien entendu bientôt populaire. Il résonnait pendant la marche vers le travail, et au départ du camp, en novembre 1944, de prisonniers incorporés de force dans la formation SS « Dirlewanger. »

         Les 2 noms cités dans le texte, « Klinker –brique vernissée » et « Elb’ – Elbe », le fleuve  qui passe là, étaient des kommandos de travail. Le kommando de travail « Elbe » et une briqueterie construite par les prisonniers. Le 5e verset fait allusion à l’appel du matin, quand les noms des camarades qui devaient être libérés étaient criés. (cité de l’op. cit. , page 113)

 

 

 

 

 

 

 

Visiteurs en ligne

110871
Aujourd'huiAujourd'hui475
HierHier496
Cette semaineCette semaine475
Ce moisCe mois10807
Tous les joursTous les jours1108710
Template by JoomlaShine