« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

LITT KZcom  06 OU SE TIENT LE CAMP/L‘ENFER, TOUT PRES DE LA FORET Wo das Lager/die Hölle steht, so dicht am Waldes Rand

 

 

 

 

 

OU SE TIENT LE CAMP/L‘ENFER, TOUT PRES DE LA FORET

Wo das Lager/die Hölle steht, so dicht am Waldes Rand

 

Mélodie : Wo die Norseewellen

 

 

 

          /l’enfer

1. Où  le camp se tient, tout prêt de la forêt,

    Où s’étend le pays des tristes marais,

    :: Là où l’on voit au marais des soldats creuser,

    Là se sont perdues mes plus belles années. ::

 

2. Des gardes observent la nuit et le jour,

    Ils m’accompagnent partout et toujours,

    :: Armés de balles réelles, prêts à tirer.

    Même dans mes rêves je les entends marcher. ::

 

3..En rêve seul je peux revoir la patrie,

    En rêve seul je peux revoir mes amis,

    :: Ma bonne mère, ma douce épouse,

    Qui croit à mon avenir en rose. ::

 

4..Bientôt, Ah ! bientôt, je reverrai ma patrie,

    Ah ! bientôt, bientôt, je reverrai mes amis.

    :: Quand fleurira le lilas au beau mois de mai,

    D’un grand cri de joie je vous saluerai ! ::

 

Texte original allemand

 

          /das Lager         

1. Wo die Hölle steht, so dicht am Waldesrand,

wo das öde Moor sich weit erstreckt ins Land,

 :: wo man Moorsoldaten bei der Arbeit sieht,

da ist meine schönste Lebenszeit verblüht.::

 

2. Posten stehen auf der Lauer Tag und Nacht,

stehen schußbereit und halten scharfe Wacht.

 :: Sie begleiten mich bei jedem Schritt und Tritt,

selbst im schönsten Traume hör ich ihren Schritt.::

 

3. Nur im Traum darf ich die Heimat wiedersehn,

nur im Traum darf ich zu al1 den Lieben gehn,

 :: zu der guten Mutter, zu der lieben Braut,

die so oft und fest an meine Zukunft glaubt.::

 

4. Bald, ach bald werd' ich die Heimat wiedersehn.

bald, ach bald werd' ich zu a11 den Lieben gehn.

 :: Wenn der Flieder blüht im schönen Monat Mai,

dann begrüß ich euch mit einem Jubelschrei.::

 

 

 

 

         Texte        Wo das Lager steht, so dicht am Waldes Rand

                           auteur inconnu

 

                          dans Lieder aus den faschistischen

                                   Konzentrations-Lagern

                          Veröffentlichung der Deutschen Akademie

                          der Künste in Berlin, Sektion Musik,

                          Abteilung Arbeiterlied

                          Das Lied – Im Kampf geboren, Heft 7, Nr 6, S. 30

                          Zusammengestellt von Inge Lammel und Günter Hofmeyer

                          VEB Friedrich Hofmeister Leipzig 1962

                          fr. : Yves Kéler 22.4.2015 Bischwiller

 

         Mélodie    Wo das Lager steht, so dicht am Waldes Rand

                          d’après Wo die Norseewellen

                         

 

 

Le texte

 

        Ce chant est probablement né à Esterwegen, car c’était le seul camp des marais qui se situait à la forêt et qui était appelé « Hölle am Waldesrand – L’enfer au bord de la forêt. » Il semble que ce titre ait été le plus ancien. Le soir, après « l‘Einschluss – l’enfermement » dans les baraques, ce chant était chanté dans de petits cercles, parfois accompagné d’un harmonica tenu caché. Le changement du titre en  « Wo das Lager steht- Où se tient le camp », (expression plus générale), montre l’extension du chant à d’autres camps (non implantés géographiquement à côté d’une forêt.) (op. cit. p. 30)

 

       

 

 

 

Visiteurs en ligne

125069
Aujourd'huiAujourd'hui3
HierHier202
Cette semaineCette semaine689
Ce moisCe mois5197
Tous les joursTous les jours1250693
Template by JoomlaShine