« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

                    

                  LES CHANTS DE MARTIN LUTHER

 

    (CONFERENCE SUR LES CHANTS DE MARTIN LUTHER 2013 Paris)

 

LA REFORME DE LA MESSE

LES ANNEES 1523-1526

Dans les années 1523 à 1526, soit durant 4 années, Luther se préoccupe de réformer les différents cultes de l’Eglise, et en particulier la messe dominicale. Celle-ci se tenait en latin, avec quelques chants allemands pour le peuple.

3 textes importants vont paraître sur la liturgie et l’ordre du culte :

1523 : Von Gottisdienst, du service divin (le mot « Gottesdienst », qui signifie culte apparaît
ici)
1524 : Formula Missae Wittenbergensis, Formulaire de la Messe à Wittenberg, qui donne
l’ordre de la messe romaine, expurgé du sacrifice. Les répons liturgiques latins sont
indiqués.
1526 : Deudsche Messe, la Messe allemande, qui donne en gros le même ordre, mais en
allemand, avec les premiers répons allemands et les premiers chants pour l’assemblée

Et pour les cantiques : un paquet de 24 chants en 1524

Ce chiffre est important : 24 cantiques sur un total de 34, soit 70% des cantiques de Luther.

Ces 24 cantiques sont imprimés en trois étapes dans l’année 1524, dans trois livres :

1. Etliche christliche Lieder, quelques chants chrétiens, à Wittenberg. Ce livres est appelé
« Achtliederbuch – Livre de 8 chants », parce qu’il n’en comptait que 8, dont 4 de Luther
2. Enchiridion = Ein Handbüchlein, Manuel (qu’on tient en mains), avec 25 chants, dont 14
de Luther; imprimé à Erfurt.
3. Geistiche Gesangbüchlein, petit livre de cantiques spirituel, de Wittenberg, avec 37 chants
dont 24 de Luther.

Le terme de « Gesangbuch – Livre de cantiques apparaît pour la 1ère fois. Luther est le créateur du Livre de cantiques. C’est lui qui prend l’initiative de ces impressions. Il y fait paraître ses chants, mais associés à ceux d’autres auteurs, parce qu’il travaille pour toute l’Eglise avec les autres poètes et musiciens de l’Eglise, et pas pour lui seul.

(différence entre Livre de cantiques luthérien 16e S. , et Recueil de cantiques réformé 19e S. 
« Livre de cantiques » est un recueil très construit, évolutif et englobant tout, cantiques et liturgies, dès le départ, pour chanter, au culte et à la maison. On ne cesse d’ajouter des chants. Certains livres auront jusqu’à 800 ou 1000 chants. « Recueil de cantiques » contient l’idée de collection : on réunir, on recueille, dans un livre les chants qu’on va employer. D’abord les restes du Psautier français, 75 Psaumes au mieux, et divers cantiques qu’on ajoute. Ce type de recueil aura un contenu plus ou moins hétéroclite, comme on peut le voir encore aujourd’hui avec les recueils réformés français.)

Dans cette année 1524, paraissent donc les 3 plus anciens livres de cantiques du monde. Le 1er Psautier de Calvin, imprimé à Strasbourg, date de 1539, soit 15 ans plus tard.
Le plan de base du Livre de cantiques luthérien, en 3 parties, est donné : I. l’année de l’Eglise ; II. L’Eglise, la Parole et les sacrements ; III. La vie chrétienne.

 

 

    A.   LES CHANTS DE 1524 :   détail des 24 chants 

 

 

I.  L’année de l’Eglise : 10 chants

 

Avent   :  Nun komm, der Heiden Heiland    Viens, rédempteur des païens,       latin    chanter

Noël     :  Christum wir sollen loben schon,  Du point où le soleil renaît            latin

                Gelobet seist du, Jesu Christ,        Loué sois-tu, Seigneur Jésus          alld ancien

1er Noël : Mit Fried und Freud ich fahr dahin,  Je pars en paix, je vais à Dieu   alld

Epiph.  :  Was füchst du, Feind Herodes, sehr Pourquoi, Hérode, crains-tu tant   latin

Pâques :  Christ lag un Todes Banden           Le Christ reposait dans la mort      alld

                Jesu Christus unser Heiland          Jésus-Christ, Sauveur du monde    alld    chanter

Pentec. :  Komm, Gott Schöpfer, Heiliger Geist  Viens, Créateur Dieu,

                    (Veni Creator Spiritus)                                     Saint-Esprit             latin

                Komm, Heiliger Geist, Herre Gott Viens, Saint-Esprit, Seigneur Dieu  alld ancien

                Nun bitten wir den Heiligen Geist  Nous t’invoquons, Seigneur          alld ancien

                                                                                              Saint-Esprit                                                                                                                                            chanter

 

II.  Eglise, Parole et Sacrement :  11 chants

 

Eglise  :   Ach Gott, vom Himmel sieh darein Regarde, ô Dieu, du haut

                   (Ps 12 :   combat)                                                  des cieux              alld

                Es woll uns Gott genädig sein        Dieu nous bénisse dans sa grâce   alld

                   (Ps 67 :   sortie du culte)

                Wär Gott nicht mit uns diese Zeit  Si Dieu n’avait pas été là               alld

                   (Ps 124 : combat)

                Es spricht der Unweisen Mund wohl La bouche des insensés dit        alld

                   (Ps 14 :   combat)

Credo :    Wir glauben all an einen Gott        Nous croyons tous

                                                                                          en un seul Dieu           alld ancien

Prière :     Gott der Vater wohn uns bei          Dieu le Père, assiste-nous             alld

Cène   :    Gott sei gelobet und gebenedeiet   Gloire et louange au Dieu

                                                                                          secourable                   alld

                Jesus Christus, unser Heiland         Jésus- Christ, notre saint

                                                                                          Sauveur                       latin

Prépa-     Dies sind die heilgen zehn Gebot    Voici les dix commandements      alld

ration :    Mensch willst du leben seliglich      Si tu veux vivre saintement          alld

Mariage : Wohl dem, der in Gottes Fucht steht  Heureux qui vit en

                    (Ps 128 : mariage                                          craignant Dieu             alld

 

III.  Vie de l’Eglise :  3 chants

 

Justi-        Nun freut euch, lieben Christen gmein Mes frères, louez le

fication :                                                                                  Seigneur               alld

Mort,     : Aus tiefer Not schrei ich zu dir       Des lieux profonds je crie à toi    alld

Enterret : Mitten wir in Leben sind                 Au milieu de notre vie                 latin 

 

1ère conclusion

 

a.      Luther reprend la tradition antérieure        

 

        6 de ces chants sont traduits du latin

 

         Veni Redemptor gentium   Avent       Ambroise     4e S.

         A solis ortus cardine I        Noël         Aurelius Prudentius Clemens  4e – 5e S.

                                          II       Epiphanie        «             «               «           « 

         Veni Creator Spiritus         Pentecôte  Rhaban Maur                            809

         Jesus Christus nstra salus  Jan Hus                                                     1400

         Media in morte sumus       Salzburg, Bâle                                          14e S.

 

 

        4 proviennent de chants allemands antérieurs en une seule strophe

      14 sont des compositions propres de Luther

 

        4 sont des développements en trois strophes de strophes uniques allemandes

 

         Komm, Heiliger Geist, Herre Gott                                        Bavière 1480

         Nun bitten wir den Heiligen Geist                                   Ratisbonne 1272

         Wir glauben all an einen Gott                                                Breslau 1417

         Gott der Vater wohn uns bei                                                                15e S.

 

        Ce qui fait un total de 10 cantiques sur 34

 

b.      Il compose un groupe de 7 Psaumes pour le culte

 

         Ach Gott vom Himmel sieh darein               Ps 12           combat

         Es woll uns Gott genädig sein                       Ps 63           sortie du culte

         Wär Gott nicht mit uns diese Zeit                 Ps 124         entrée du culte

         Wohl dem, der in Gottes Furcht steht           Ps 128         mariage

         Es spricht der Unweisen Mund wohl            Ps 14           combat

         Aus tiefer Not                                                Ps 130         consolation, mort

 

c.      Il ajoute aux chants latins de Noël et de Pentecôte des chants allemands pour           faire deux cycles entiers

 

         Luther a traduit A solis ortus cardine sous le nom de Christum wir sollen loben schon =

                                  Du point où le soleil renaît.

            Il ajoute : Gelobet seist du Jesu Christ – Loué sois-tu, Seigneuer Jésus

                            Mit Fried und Freud ich fahr dahin – Je pars en paix, je vais à Dieu

         Tous deux pris dans Luc 2

 

        Luther a traduit Veni Creator Spiritus – Viens, Créateur Dieu, Saibnt-Esprit ;

            Il ajoute Komm, Heiliger Geist, Herre Gott – Viens, Saint-Esprit, Seigneuir Dieu

                           Nun bitten wir den Heiligen Geist – Nous t’invoquons, Seigneur Sain-Esprit

 

2e conclusion

 

a.    Le travail de Luther est programmatique : il veut fournir des chants pour chaque partie du culte et de la vie chrétienne. Son oeuvre n’est pas née d’une inspiration personnelle et individuelle, mais d’une volonté « technique » de réformer le culte dans son ordre et dans son contenu, en particulier par des chants permettant à l’assemblée de participer. C’est le retour à l’Eglise du peuple, et le rejet de celle des clercs. Fini de lire la messe et de l ‘écouter : le culte est celui du peuple, l’officiant préside l’office des fidèles, pas le sien.

 b.     Ce travail va s’appuyer sur l’écrit. Luther emploie la nouvelle technique de son temps, l’imprimerie, et il fait imprimer ses chants, parce que les fidèles ne peuvent pas apprendre tous ces textes par cœur. Il crée ainsi un « matériel pour le culte », que les gens auront en mains : le recueil de cantiques.

         Luther crée ainsi les 3 piliers de l’Eglise nouvelle :

           1.  la Bible : NT en 1521, Bible complète en 1534

           2.  le Livre de cantiques, qui va refléter toute la vie cultuelle et aussi familiale de la

                communauté

           3.  le catéchisme : le Grand catéchisme en latin et le Petit catéchisme en allemand

                paraîtront tous les deux en 1529

 En l’espace de 6 ans, de 1524 à 1530, date de la Confession d’Augsbourg, ces trois piliers seront en place. Calvin fera la même chose : Bible, par Olivétan, son cousin, Psautier par Marot et Bèze, catéchisme par lui-même.

 c.    Le but de tout ce travail colossal est la réforme de l’Eglise : réforme doctrinale, liturgique, catéchétique et diaconale

         Luther n’attend pas la convocation d’un éventuel Concile. Celui-ci n’aura lieu qu’en 1545, avec le Concile de Trente, un an avant la mort de Luther en 1546 (le Concile de Trente s’étirera sur 18 ans, de 1545 à 1563, en trois périodes de 5 + 2 + 2 = 9 totalisant 9 années.) Toute l’œuvre de Luther est donc en place avec toutes ses bases à sa mort. En fait dès 1530 dans les grandes lignes : il suffira de le compléter, ce que fera la génération suivante.

 

 

    B.  LES CHANTS D’APRES 1524

 

     1.  LES LITURGIES

     2.  LES CANTIQUES RESTANTS 

 

    1.  LES LITURGIES

 

 

 

        Dans ses 3 écrits de 1523,1524 et 1526 sur le culte, Luther parle de la liturgie et des pièces du culte, en particulier des répons liturgiques.

         Par exemple le « Kyrie » : en 125, en latin, il dit qu’on le chante 9 fois, c’est-à-dire : « Kyrie eleison, Christe eleison, Kyrie eleison », qui fait 3 membres, chanté 3 fois, ce qui donne 9. Mais en 1526, dans la Messe allemande, il dit de ne le chanter que 3 fois. C’est la forme qu’il adoptera : « Seigneur aie pitié de nous, Christ, aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous », qu’il achève par un Amen, création de lui. (Chanter, en français.)

         De fait, il y a deux types de chants ou de répons liturgiques :

 a.     Ceux que Luther reprend du latin et traduit très soigneusement :

         5 de 1526 à 1529, sur 4 ans

        2 en 1537 et 1538, sur trois ans

         Te Deum                      Herr Gott, dich loben wie, Herr Gott dich preisen wir,

                                                  sur la mélodie latine simplifiée, 1529

        Kyrie                            Herr Gott, erbarme dich, dont nous venons de parler, 1526

        Gloria in excelsis         All Ehr und Lob soll Gottes sein – Gloire et louange soient à

                                                  Dieu, 1537

        Credo de Nicée            Ich glaube an den einen Gott, den Vater den Allmächtigen

                                         Je crois en un unique Dieu, Le Père, qui est tout-puissant, 1538

        Kyrie eleison, exaudi nos   la litanie latine corrigée en 1528

        Kyrie eleison, erhöre uns   la litanie allemande 1526

        Agnus Dei                    Christe, du Lamm Gottes = Christ, Agneau de Dieu, 1528

                                          que nous connaissons par nos cultes : il faut le chanter 3 fois

        Da pacem, Domine        Verleih uns Frieden gnädiglich - Accorde-nous la paix, Seigneur,

                                                  pour la sortie du culte et le culte du soir 1528

 

b.     Celui que Luther compose à neuf, en allemand :  1  en 1526  

         Sanctus                         Jesaja, dem Propheten, das geschah, 1526  (chanter en                                                                                                                  français)

         Ce qui fait un total de 9 pièces liturgiques

         Le « Gloria Patri » des Psaumes = Gloire soit au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit » existait déjà, traduit par d’autres. Luther n’y a rien changé.

  

2. LES CANTIQUES RESTANTS

         Luther a complété méthodiquement les rubriques et les thèmes de 1524, de 1535 à 1543, sur 9 ans, après la période où il a mis au point la liturgie du culte. Ce groupe de chants totalise 10 titres, portant le total des cantiques de Luther à 34. Avec les 9 pièces liturgiques, on atteint le total de 43 chants. 2 de ces chants sont traduits du latin, les 8 autres sont des compositions le Luther en allemand.

 I. L’année de l’Eglise :  3 chants

 Noël    :   Vom Himmel hoch da komm ich her – Je viens à vous du haut des cieux  alld 1543

                Vom Himmel kam der Engelschar -  Du ciel les anges sont venus             alld 1543

                Was fürchst, Feind Herodes, sehr ? – Pourquoi, Hérode, crains-tu tant ?   latin 1543

 II. L’Eglise, la Parole et les Sacrements :  6 chants

 Notre P. : Vater unser im Himmelreich – Dieu notre Père dans les cieux                   alld  1539

Prière     : Erhalt uns, Herr, bei deunem Wort – Par ta parole, Dieu sauveur               alld  1543

Bapt.      : Christ, unser Herr, zum Jordan kam – Christ le Seigneur vint au Jourdain alld  1543

Soir, Trinité : Der du bist drei in Einigkeit – Toi qui es un dans l’unité                      alld  1533

Psaumes : Ein feste Burg ist unser Gott – C’est un rempart que notre Dieu                alld  1529

                 Es spricht der Unweisen Mund wohl – La bouche des insensés dit            alld  1539

 

III.  La vie chrétienne :  1 chant

 Enterrt   : Mitten wir im Leben sind – Au milieu de notre vie                                     latin 1540

         Après 1543, Martin Luther ne compose plus. Il lui reste 3 ans à vivre. Il devient malade, souffre d’hydropisie, grossit et se déplace mal. Il décède le 18 février 1546, à Eisleben, où il était né 63 ans plus tôt, au retour d’une visite d’inspection de paroisses et d’écoles.

 

 La poétique et la musique de Luther

         Une très grande exactitude dans l’expression, grande concision aussi : la moitié des mots sont des monosyllabes ; quelques fautes d’accent typiques d’une poétique sortant du latin et qui invente une poésie allemande nouvelle.

         Une grande fidélité aux textes anciens : traductions très exactes depuis le latin, à la fois pour le texte et pour la théologie.

         Reprise de l’hymne antique : quatrain de 8 syllabes. Il y en a 13 dans les cantiques de Luther, soit le tiers de ses cantiques. Le reste est fait surtout d’hexamètres et d’octomètres.

         Création du chant d’assemblée à plusieurs strophes : les plus courts ont 3 strophes, le plus long en a 15.

         

3e conclusion

 1.  Luther a accompli son œuvre hymnologique en trois grandes étapes :

 

1. en 1523-1524    =   2 ans   :   les 24 chants

2. de 1528 à 1538  =  10 ans :   les   8 pièces liturgiques de base

                                                    +   1 le Gloria in exc. en 1539

3. de 1533 à 1543  =  10 ans :   les 10 chants restants

         au total              22 années    43 chants           

 

2.  Son œuvre est programmatique : il s’agit de donner à l’Eglise des chants pour les grandes fêtes, pour les temps de l’année et pour les différentes situations de la vie de l’Eglise.  occasions 

 

 

 

Visiteurs en ligne

993079
Aujourd'huiAujourd'hui9
HierHier320
Cette semaineCette semaine9
Ce moisCe mois7604
Tous les joursTous les jours993079
Template by JoomlaShine