« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

NOEL                                                                                    N° 7

 

                    QUE DE JOIE MON CŒUR BONDISSE 
              Fröhlich soll mein Herze springen, Pr 1653/56

              Weihnachtsgesang – Cantique de Noël (E 1666/67)

                             Luc 2/10-15, Matthieu 11/28

                  Mélodie : Fröhlich soll mein Herze springen

 

                                                                           VIII  8.3.6f / 8f;3.3.6f f.3

                         A.       Le Christ annoncé par les anges est le héros attend

ICH-MOI, ER-LUILUI (A.T.) 

1. Que de joie mon cœur bondisse !    Luc 2/14

Fröhlich soll mein Herze springen

    En ce temps                                           

Dieser Zeit

    Rayonnant,

Da vor Freud

    Les cieux retentissent

Alle Engel singen.

    D’anges qui, de leur voix claire,

Hört, hört, wie mit vollen Chören

    Ont chanté,

Alle Luft

    Annoncé :

Laute ruft :

    « Christ est né sur terre ! »

Christus ist geboren.

 

2. Aujourd’hui sort de sa chambre      Ps 19/6

Heute geht aus seiner Kammer

    Le Héros,                                        

Gottes Held

    Le Très haut

Der die Welt

    Qui entre en son Temple.

Reisst aus allem Jammer.

    Christ, pour toi devenu homme,

Gott wird Mensch, dir Mensch zugute;

    Fils de Dieu,

Gottes Kind

    Né des cieux,

Das verbind’t

    T’ouvre le Royaume.

Sich mit unserm Blute

 

                        B.       Le Christ vient pour le péché des hommes

                                  LUI (N.T.)

3. Dieu aurait-il de la haine

Sollt uns Gott nun können hassen

    Envers nous ?

Der uns gibt,

    Il fait tout

Was er liebt

    Pour calmer nos peines.

Über alle Massen ?

    Il envoie pour la victoire

Gott gibt, unserm Leid zu wehren,

    Jésus-Christ,

Seinen Sohn

    Par l’Esprit,

Aus dem Thron

    Son Fils et sa gloire.

Seiner Macht und Ehren.

 

4. Crois-tu donc que Dieu s’écarte

    Des croyants,

    Ses enfants,

    Ou qu’il s’en départe ?

    Jésus-Christ, son Fils, nous aime,

    Qui de nous

    Ôte tout,   

    Les soucis, les peines.

 

                        *

 

5. S’il n’était pas né un homme,

 

Sollte von uns sein gekehret,

Der sein Reich

Und zugleich

Sich selbst uns verehret ?

Sollt uns Gottes Sohn nicht lieben,

Der jetzt kömmt,

Von uns nimmt,

Was uns will betrüben.

 

 

 

Hätte für der Menschen Orden

    Le salut

Unser Heil

    Des élus

Einen Greul,

    Se perdrait en somme.

Wär er nicht Mensch worden ;

    S’il avait voulu nous nuire,

Hätt er Lust zu unserm Schaden,

    Il aurait

Ei, so würd

    Alors fait

Unsre Bürd

    Tout pour nous détruire !

Er nicht auf sich laden.

 

 

 

6. Lui, sur soi prend nos misères,

 

Er nimmt auf sich, was auf Erden

    Pour porter

    Nos péchés

    Lui, l’Agneau du Père.

    Lui, le Christ, meurt pour nos fautes :

    En versant

Wir getan,

Gibt sich an,

Unser Lamm zu werden,

Unser Lamm, das für uns stirbet

Und bei Gott

    Tout son sang,

Für den Tod

    L’Agneau nous les ôte.

Gnad und Fried erwirbet.

   

.

7. Il est là, dans une crèche,              Luc 2/12

Nun er liegt in seiner Krippen,

    Devant vous,

Ruft zu sich

    Devant nous,

Mich und dich,

    Dit d’une voix fraîche :

Spricht mit süssen Lippen :

    « Déchargez sur moi, mes frères,

Lasset fahrn, o lieben Brüder

    Vos ennuis,

Was euch quält,

    Vos soucis :

Was euch fehlt ;

    Je vous en libère. »                                          Ich bring alles wieder.

                        C.        Allez à l’étable : Christ vous y console

                                    IHR-VOUS

 

8. Allez tous jusqu’à sa crèche,        Luc 2/15

Ei, so kommt und lasst uns laufen ;

    Mes amis,

Stellt euch ein,

    Grands, petits,

Gross und klein,

    Chacun se dépêche !

Eilt mit grossem Haufen ;

    Aimez-le, car lui vous aime !

Liebt den, der vor Liebe brennet,

    Il le dit,

Schaut den Stern,

    Il bénit,

Der euch gern

    Lui l’amour lui-même !

Licht und Labsal gönnet.

 

9. Etes-vous dans la souffrance ?

Die ihr schwebt in grossem Leiden,

    Regardez,

Sehet, hier

    Et entrez,

Ist die Tür

    Reprenez confiance.

Zu der wahren Freuden.

    Prenez-le, qu’il vous emmène

Fasst ihn wohl, er wird euch führen

    Vers les cieux,

An den Ort,

    Vers un lieu

Da hinfort

    Loin de toute peine.

Euch kein Kreuz wird rühren.

 

                        *

 

10. Qui sent que son cœur le presse,

Wer sich fühlt beschwert im Herzen,

      Qui ressent

Wer empfind’t

      Le tourment

Seine Sünd

      Du mal qui l’oppresse,

Und Gewissensschmerzen,

      Se console et se rassure :

Sei getrost, hier wird gefunden,

      Le Seigneur,

Der in Eil

      Son Sauveur,

Machet heil

      Guérit sa blessure.

Die vergift’ten Wunden.

 

11. Vous les faibles, vous les pauvres,

Die ihr arm seid und elende,

      Approchez,

Kommt herbei,

      Remplissez

Füllet frei

      Vos mains : qu’elles s’ouvrent !

Eures Glaubens Hände!

      Ici sont les choses bonnes,

Hier sind alle gute Gaben

      Le bonheur,

Und das Gold,

      Les douceurs,

Da ihr sollt

      Que le Christ vous donne.

Euer Herz mit laben.

 

                        D.     Ma confession et ma joie en Christ

                                 ICH-MOI 

12. Mon Salut, que je te prenne

Süsses Heil, lass dich umfangen,

      Là, déjà,

Lass mich dir,

      Dans mes bras,

Meine Zier,

      Ma joie sera pleine !

Unverrückt anhangen.

      Tu es la vie de mon être :

Du bist meines Lebens Leben ;

      J’aimerais,

Nun kann ich

      Je voudrais

Mich durch dich

      Sur mon cœur te mettre !

Wohlzufrieden geben.

13. Mon péché, toutes mes fautes,

Meine Schuld kann mich nicht drücken,

      Tu les pris,

Denn du hast

      Tu les mis

Meine Last

      Sur toi : tu les ôtes.

All auf deinen Rücken.

      Sur moi plus aucune tache :

Kein Fleck ist an mir zu finden,

      Je suis pur,

Ich bin gar

      J’en suis sûr,

Rein und klar

      Plus rien qui me gâche !

Aller meiner Sünden.

                        *

14. Je suis pur, je t’en rends gloire,

Ich bin rein um deinet willen,

      J’ai vaincu,

Du gibst gnug

      J’ai reçu

Ehr und Schmuck,

      De toi la victoire.

Mich darein zu hüllen.

      Dans mon cœur je veux te prendre,

Ich will dich ins Herze schliessen ;

      Douce fleur,

O mein Ruhm,

      Mon honneur,

Edle Blum,

      Pour ne plus te rendre !

Lass dich recht geniessen.

 

15. Je te garde en moi, je t’aime,

Ich will dich mit Fleiss bewahren,

      Moi en toi,                                 Cant 6/3

Ich will dir

      Toi en moi

Leben hier,

      Je mourrai de même !

Dir will ich abfahren.

      Et je chanterai mes psaumes

Mit dir will ich endlich schweben

      Dans la foi

Voller Freud,

      Plein de joie,

Ohne Zeit

      Christ, dans ton Royaume !

Dort im andern Leben.

 

Texte :

Fröhlich soll mein Herze springen 1653/56
Paul Gerhardt 1607-1676
Cr Si 42/5
RA 31, EKG 27, EG 36
frs: Yves Kéler, 14.4.2007

Mélodie :

Fröhlich soll mein Herze springen
Johann Crüger 1653
RA 31, EKG 27, EG 36

(ou Warum sollt ich mich denn grämen
Johann Georg Ebeling 1666
RA 31, EKG 297, EG 36)

 

Le texte 

            Le chant de Gerhardt se divise en 4 parties : 

A.  str 1-2 : MOI – LUI :  la première strophe ouvre la méditation par un « Je » qui propose d’être joyeux de l’arrivée du Sauveur. A la strophe 2, on passe au «  Lui », avec le rappel de l’Ancien Testament. Le Christ proclamé par les anges en Luc 2/8-14, dans la lecture de la Veille de Noël le 24/12 (lecture qui s’achève par le Gloria in excelsis, lu ou chanté), est celui annoncé par le Psaume 19/6, le héros qui sort de la chambre nuptiale. Cette chambre est le sein de Marie. Le récit de la Visitation, dans lequel il est dit que le Christ est dans le sein de Marie (Luc 1/39-45) et le Magnificat qui le suit (Luc 1/46-46), sont lus (ou chantés) le 4e dimanche de l’Avent, juste avant Noël.  Cette citation du Ps 19/6 est le rappel de cette lecture. 

            Le chant de Gerhardt se place donc à cheval sur le 4e dimanche de l’Avent et la Fête de la naissance du Christ, le 24/12. La strophe 1 reprend le Gloria in excelsis, qui ouvre le « Nouveau Testament », le temps du Fils. La strophe 2 est le rappel de l’Ancien Testament, auquel est consacré le temps de l’Avent, le temps du Père. Ce rappel de l’A.T. à la fête de Noël est classique, et se traduit par le fait qu’on lit le 24 et le 25/12 les annonces du Messie faites par les prophètes, en particulier Michée et Esaïe. Gerhardt reprend cette tradition dans son chant.

B. strophes 3 à 7 : LUI :  ce « Lui » désigne deux personnes, le Père, puis le Fils. En effet, l’œuvre salvatrice est voulue par Dieu d’abord : str. 3a, puis exécutée par le Fils : str. 2 et 3a – 7.  Cette œuvre de salut du Christ est décrite dans ces 4 versets et demi. Cette partie, objective, est en « Lui », la 3e personne du singulier. 

C. strophes 8 à 11 : VOUS :  vous êtes appelés à l’étable, comme les bergers, et à adorer ce Christ qui vient vous combler. Toute cette partie, exhortative et personnelle, est en « Vous », la 2e personne au pluriel, dans une forme impérative. 

4. Strophes 12 à 15 : MOI :  ma confession et ma joie en Christ, avec la classique dernière strophe conduisant au Royaume. Toute cette partie est en « Moi », la 1e personne au sigulier, subjective. 

                    L’ ensemble du chant est une méditation sur l’œuvre du Christ et la réponse à lui donner, en un aller-retour entre les personnes : Lui fait son office, Vous faites le vôtre, Moi  je fais le mien. 

 

 

Visiteurs en ligne

103644
Aujourd'huiAujourd'hui121
HierHier328
Cette semaineCette semaine1706
Ce moisCe mois4695
Tous les joursTous les jours1036441
Template by JoomlaShine