« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

COMBAT SPIRITUEL                               N° 45
Dim INVOCAVIT
5e, 11e, 21e Dim après la TRINITÉ
MORT
ENTERREMENT

 

                   MONTE, MON COEUR, JUSQU’À DIEU !
              Schwing dich auf zu deinem Gott, Pr 1653

             Trostgesang in Schwermut und Anfechtung –
  Chant de consolation dans la mélancolie et la tentation (E 1666/67)

                               Romains 8/31-35

                 Mélodie: Christus, der uns selig macht
                             Schwing dich auf zu deinem Gott


                                                VIII 7.6f, 7.6f / 7.6f, 7.6f

 

                 A.  le Diable

 

1. Monte, mon cœur, jusqu’à Dieu,

    Va vers lui, mon âme !

    Que veux-tu faire en ce lieu,

    Où le Diable trame

    Contre toi le noir projet

    De te nuire et battre,

    De te prendre en ses filets,

    Pour enfin t’abattre ?

 

2. Secoue la tête et dis : « Non !   

    Vieux Serpent, arrière !

    Laisse là ta tentation :

    Ta force est poussière ! 

    Jésus t’a brisé le cou

    Grâce à sa puissance,

    Par sa mort et sous les coups,

    Et par ses souffrances ! »

 

 

3. Tu m’accuses de péché !          

    Tiendrais-tu un ordre           

    De Dieu, pour me condamner,

    Me pendre à ta corde ?

    Qui te  donne le pouvoir

    De juger les hommes ?

    Retourne à ton antre noir,

    Au feu de tes flammes !


         B. le Christ

 

                 *  le sang du Christ

4. Ai-je commis quelque mal,

    De cœur je regrette !

    Mais je sais, l’Agneau pascal,

    Christ mort, me rachète,

    Lui qui paye la rançon   

    Pour toutes mes fautes :

    Devant Dieu j’en fais mention,

    Et Dieu me les ôte !

   

5. Ma gloire est le sang du Christ,

    Son droit ma couronne,

    Son mérite est d’un grand prix,

    Car sa mort me donne

    D’habiter son château-fort !

    Rien n’y peut m’atteindre,

    Ni les flèches, ni la mort :

    Que pourrais-je craindre ?

 

                 *  la mort et le monde

 

6. Vous, tempêtes, toi, la mort,

    Auriez-vous la force

    De me faire un mauvais sort ?

    Le Dieu saint renverse

    Vos projets par Jésus-Christ,

    Qu’il envoie par grâce,

    Pour payer l’énorme prix :

    Mourir à ma place !

 

7. Hurle, monde fou, et crie,

    Dieu garde son calme !

    Ta clameur est fourberie :

    Qui donc s’en alarme ?

    Si Dieu m’était ennemi,

    Tout ce qu’il m’accorde,

    Il n’aurait jamais permis

    Qu’alors je le garde !

       C.  la création bonne
 

8. Qu’y a-t-il donc dans les cieux,

    Dans la mer profonde,

    Qui n’y serait pour le mieux,

    Pour la joie du monde ?

    Pour qui brille le soleil,

    Pour quel bénéfice,

    Pour qui l’aube et le réveil

    Et tous ces délices ?

 

9. Pour qui tombe aussi la pluie,

    La rosée, la neige,

    Que s’épanouit la vie

    Et ses sortilèges ?

    Pour qui monts, champs et forêts ?

    Pour moi, Dieu l’assure !

    Pour moi sont tous ces bienfaits,

    Pour ma nourriture !

 

                 D.   la parole de Dieu 

                 *  je vis de la parole

10. Mon âme, au dedans de moi,

      Vit de la parole

      Que Dieu place pour ma foi

      Comme une boussole.

      Ouvre, Dieu, soir et matin,

      Mon intelligence,

      Pour que ta grâce, à la fin,

      Entre avec puissance !

 

11. Les mots que l’Apôtre écrit

      Dans ses lettres parlent,

      Ce que le Prophète a dit,

      Dans la Bible, garde

      Mon esprit dans la clarté,

      Guide ma conscience,

      Chasse mon obscurité

      Et mon ignorance !   

 

            * la parole est mon fondement

 

12. Sur ce ferme fondement,

      Mon Dieu, je me place,

      Je me ris du grondement

      De l’enfer vorace !

      Croule ce qu’il entreprend,

      Que son œuvre meure !

      Ce que Dieu fait en son temps

      Reste sûr, demeure !

 

 

13. Dieu est mien, je suis à lui :

      Qui donc nous sépare ?

      Si la croix étend sa nuit,

      L’ombre de ses barres,

      Laisse aller tous ces soucis :

      Dieu te vient en aide !

      Chasse au loin tous les dépits,

      Les maux qui t’obsèdent !

 

   E.   l’épreuve est nécessaire

 

                 *  la pédagogie de Dieu

14. Enfants, que le Père doit

      Jusqu’au bien conduire,

      Pouvez-vous pousser bien droit,

      Grandir, vous instruire,

      Si Dieu ne vous y contraint

      Et ne vous oblige,

      S’il ne vous prend par la main

      Et ne vous dirige !

 

15. Dieu ne pense que le bien

      À travers l’épreuve,

      Qui sur vous parfois survient,

      Ancienne ou bien neuve.

      Qui souffrit dès ici-bas

      Avec Christ, sur terre,

      Régnera quand il viendra,

      Vêtu de lumière !

 

F. ceux qui sèment dans les         larmes

 

16. Ceux qui sèment en pleurant

      Dans la joie récoltent.

      L’an produit, quand c’est le temps,

      Ce qui les console.

      Vient le jour de la moisson,

      Où ce qui fut herbe,

      Douleur, larme et affliction,

      Devient belles gerbes !

 

17. Prends donc tes douleurs, chrétien,

      Toutes tes souffrances,

      Lance, jette-les au loin :

      Quelle délivrance !

      Laisse en toi Dieu rallumer

      Sa chaleur, sa flamme,

      Et tu pourras proclamer :

      «  Gloire à Dieu seul ! Amen. »

 

 

    SATAN

 

 

 

 

 

 

 

 

Matth. 4/

1-11

 

 

 

 

 

 

 

 

Job1/9
    1/12


Rom 8/34 

 

 

 

 

 

 

 

 

    CHRIST

 

 

 

I Tim. 2-6 

 

 

 

 

 

Héb. 7/26

Rom. 3/25

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 WAS-WEM

      QUOI ?-  

     A QUI ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    PAROLE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cant. des

Cant. 2/16=

          6/3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prov. 13/24 

 

 

 

 

 

 

 

 

     DIEU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Ps. 126/5-6

 

 


MOISSON

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Schwing dich auf zu deinem Gott,

Du betrübte Seele!

Warum liegst du, Gott zum Spott,

In der Schwermutshöhle?

Merkst du nicht des Satans List?

Er will durch sein Kämpfen

Deinen Trost, den Jesus Christ

Dir erworben, dämpfen.

 

Schüttle deinen Kopf und sprich:

Fleuch, du alte Schlange!

Was erneust du deinen Stich,

Machst mir angst und bange?

Ist dir doch der Kopf zerknickt,

Und ich bin durchs Leiden

Meines Heilands dir entzückt *

In den Saal der Freuden;

* au sens de: enlever à

 

Wirfst du mir mein Sünd’gen für? *

Wo hat Gott befohlen,

Dass mein  Urteil über mir

Ich bei dir soll holen?

Wer hat dir die Macht geschenkt,

Andre zu verdammen,

Der du selbst doch liegst versenkt

In der Hölle Flammen?

                               * vor

 


 

Hab ich was nicht recht getan,

Ist mirs leid von Herzen;

Dahingegen nehm ich an

Christi Blut und Schmerzen.

Denn das ist die Ranzion

Meiner Missetaten.

Bring ich dies vor Gottes Thron,

Ist mir wohl geraten.

 

Christi Unschuld ist mein Ruhm,

Sein Recht meine Krone,

Sein Verdienst mein Eigentum,

Da ich frei in wohne *

Als in einem festen Schloss,

Da kein Feind kann fällen,

Brächt er gleich davor Geschoss

Und Gewalt der Höllen.

* = darin frei ich wohne

 

 

Stürme, Teufel und du Tod,

Was könnt ihr mir schaden?

Deckt mich doch in meiner Not

Gott mit seiner Gnaden;

Der Gott, der mir seinen Sohn

Selbst verehrt aus Liebe,

Dass der ewge Spott und Hohn

Mich nicht dort betrübe.

 

Schreie, tolle Welt, es sei

Mir Gott nicht gewogen,

Es ist lauter Täuscherei

Und im Grund erlogen.

Wäre Gott mir gram und feind,

Würd er seine Gaben,

Die mein eigen worden seind,

Wohl behalten haben.

 

 

Denn was ist im Himmelszelt,

Was im tiefen Meere,

Was ist Gutes in der Welt,

Das nicht mir gut wäre?

Weme* brennt das Sternenlicht?

Wozu ist gegeben

Luft und Wasser? Dient es nicht

Mir und meinem Leben?

 

Weme* wird das Erdreich nass

Von dem Tau und Regen?

Weme* grünet Laub und Grass?

Weme* füllt der Segen

Berg und Tale, Feld und Wald?

Wahrlich, mir zur Freude,

Dass ich meinen Aufenthalt

Hab und Leibesweide.

* forme poétique du datif « wem »

 

 
 

Meine Seele lebt in mir

Durch die süsse Lehren

So die Christen mit Begier

Alle Tage hören.

Gott eröffnet früh und spat

Meinen Geist und Sinnen,

Dass sie seines Geistes Gnad

In sich ziehen können.

 

Was sind der Propheten Wort

Und Apostel Schreiben

Als ein Licht am dunklen Ort,

Fackeln, die vertreiben

Meines Herzens Finsternis

Und in Glaubenssachen

Das Gewissen fein gewiss

Und recht grundfest machen?

 

                      *


Nun, auf diesen heilgen
Grund

Bau ich mein Gemüte,

Sehe, wie der Höllenhund*

Zwar dawider wüte;

Gleichwohl muss er lassen stehn,

Was Gott aufgerichtet,

Aber schändlich muss vergehn,

Was er selber dichtet.

         * Cerbère, le chien des enfers

 

Ich bin Gottes, Gott ist mein:

Wer ist, der uns scheide?

Dringt das liebe Kreuz herein

Mit dem bittern Leide,

Lass es dringen, kommt es doch

Von geliebten Händen,

Bricht und kriegt geschwind ein Loch,

Wenn es Gott will wende

 

 

 

 

Kinder, die der Vater soll

Ziehn zu allem Guten,

Die gedeihen selten wohl

Ohne Zucht und Ruten.

Bin ich denn nun Gottes Kind,

Warum will ich fliehen,

Wenn er mich von meiner Sünd

Auf was Guts will ziehen?

 

Es ist herzlich gut gemeint

Mit der Christen Plagen:

Wer hier zeitlich wohl geweint,

Darf nicht ewig klagen,

Sondern hat vollkomne Lust

Dort in Christi Garten,

Dem er einig recht bewusst,

Endlich zu gewarten.

 

 

 

Gottes Kinder sähen zwar

Traurig und mit Tränen,

Aber endlich bringt das Jahr,

Wonach sie sich sehnen;

Denn es kommt die Erntezeit,

Da sie Garben machen

Da wird all ihr Gram und Leid

Lauter Freud und Lachen.

 

Ei, so fass, o Christenherz,

Alle deine Schmerzen,

Wirf sie fröhlich hinterwärts,

Lass des Trostes Kerzen

Dich entzünden mehr und mehr,

Gib dem grossen Namen

Deines Gottes Preis und Ehr,

Er wird helfen. Amen.

Texte :

Schwing dich auf zu deinem Gott
Paul Gerhardt 1653
CrSi 244/81
RA 444, en 8 str. , EKG en 10 str. , EG deest,
fr. : Yves Kéler, 2.8.2007

Mélodie :

Christus der uns selig macht
Frères moraves XIVe S.
chez Michael Weisse 1531
RA77, EKG 56, EG 80

ou Schwing dich auf zu deinem Gott
Johann Crüger 1653
RA 444, EKG 296 I, EG deest

Ou Schwing dich auf zu deinem Gott
Johann Georg Ebelin 1666
RA deest, EKG 296 II, EG deest

 

Le texte

Le texte est basé essentiellement sur Romains 8/31-35, où Paul dit au verset 33 et suivants : « Qui accusera les élus de Dieu ? » - Personne, car « Dieu est celui qui justifie. » Et « Jésus-Christ est mort et ressuscité ». Rien « ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu en Christ-Jésus notre Seigneur. » Il faut rapprocher ce chants de « Ist Gott für mich, so trete Gleich alles wider mich – Si Dieu prend ma défense, Qui pourra m’attaquer ? » (voir N° 32), basé sur le même passage de Paul, et dont l’incipit est le verset 31

Ce chant a un plan un peu différent des structures habituelles de Gerhardt. Il commence sans strophe préparatoire : la première strophe, après deux vers invitant le chrétien à s’élever vers Dieu, entre directement dans le vif du sujet : l’attaque du Diable, contre laquelle nous devons lutter. Et il termine sans la strophe habituelle du Royaume de Dieu, dans lequel le croyant a hâte d’entrer. Une allusion y est faite dans la strophe 15, à travers l’expression « Christi Garten – le jardin du Christ ». Les deux dernières strophes 16 et 17 mènent, par une suite de transitions habiles inspirées du Psaume 126 pour les défunts, à une glorification de Dieu, mais ici sur terre. De fait, le cantique est un chant de combat spirituel. RA le classe d’ailleurs dans la rubrique : « Des Christen Kreuz und Trost - La croix du chrétien et sa consolation. »

le plan du chant

Gerhardt a découpé son chant en six parties, de longueur inégale, selon son habitude :

     

 

1 = A. :

2 = B. :

3 = C. :

4 = D. :

5 = E. :

6 = F. :

3 strophes 

4  = 2 p

2  = 1 p.   

4  = 2 p

2  = 1 p.    

2  = 1 p.    

  1 à 3 

  4 à 7    

  8 à 9 

10 à 13   

14 à 15  

16 à 17  

: le Diable, son attaque, ma défense

: le Christ, qui me permet de combattre Satan et le mal

: la Création est bonne, et Dieu la met à ma disposition

: la Parole de Dieu est le sûr fondement de la foi

: l’épreuve est nécessaire et inévitable

: jette tes souffrances et rends gloire à Dieu !

 

La partie A est impaire et contient 3 strophes, sous le thème du Diable, l’Accusateur. Alors que le reste du chant est formé de paires de strophes ou de doubles paires, qui alternent : 4, 2, 4, 2, la conclusion du chant par le Psaume 126 comprenant également 2 strophes.


le style et les images

Le chant contient beaucoup d’images et d’expressions fortes, qui montrent que Gerhardt, malgré un style policé, fait preuve de beaucoup de véhémence. C’est un trait caractéristique du baroque, d’être fondé sur l’élégance de la forme et la force physique et morale.

Un exemple aux strophes 6 et 7, dans l’invective du croyant contre Satan : « Stürme, Teufel und du Tod, Was könnt ihr mir schaden ? - Tempêtes, Diable, et toi mort, En quoi pouvez-vous me nuire ? » Et : « Schrei, tolle Welt ! – Hurle, monde fou ! » : Un autre exemple: à la strophe 12, où il parle du « Höllenhund », l’antique « chien de l’enfer », où règne Pluton, alias Hadès, chien qui n’est autre que le Cerbère. Il fallait lui donner une pièce de monnaie pour payer son passage. Les Grecs mettaient cette pièce dans la bouche du mort. Gerhardt compare le diable à ce chien, l’idée étant que le diable n’est pas le maître des enfers, puisque Dieu l’a vaincu : il n’est plus que le gardien de la porte, auquel je présente en payement la mort du Christ, rançon qui défraie mon passage.

On retrouve aussi l’image mystique du « Toi en moi, Moi en toi », issue du Cantique des Cantiques 2/16 et 6/3, très usitée depuis le Moyen-Age, et que Gerhardt emploie plusieurs fois. Dans le chant «Warum sollt ich mich denn grämen », sous le précédent N° 45, str 11, Gerhardt écrit : «Du bist mein, Ich bin dein, Niemand kann uns scheiden, Ich bin dein... – Tu es à moi, Je suis à toi, Personne ne peut nous séparer, Je suis à toi…» On retrouve ce thème et cette formulation dans le présent chant, à la strophe 13: « Ich bin Gottes, Gott ist mein, Wer ist, der uns scheide? – Je suis à Dieu, Dieu est à moi, y a-t-il quelqu’un qui nous séparerait ? » L’image est appliquée ici à Dieu, ce qui est plus rare que son application au Christ.

Emploi du chant

Comment employer un tel chant aujourd’hui ? La suscription du chant en 1653 dit : « Trost in schwerer Anfechtung – Consolation dans de lourdes tentations », et nous indique la direction voulue par Gerhardt.

Le dimanche Invocavit, 1er dans le Carême, placé sous le thème de la Tentation du Christ et du chrétien, se prête bien à ce chant. Matthieu 4/1-11, l’évangile du dimanche, apparaît à la strophe 2, de même qu’à la strophe 3 on trouve Job 1/9-11, l’accusation de Satan contre Job, qui est la lecture du mercredi de la semaine d’ Invocavit.

Les dimanches qui évoquent le combat spirituel dans le temps de la Trinité se prêtent aussi à l’emploi de ce chant : le 5e après la Trinité, sous le thème « Suivre Jésus-Christ » ; le 11e Trinité, dont le thème est « Pharisiens et publicains » ; le 21e Trinité, sous le thème de « L’armure spirituelle ».

Le chant peut également servir à des enterrements, selon un choix judicieux des strophes laissé au pasteur. Ainsi qu’ au culte de Commémoration des Défunts, le 1er Novembre ou au dimanche de l’Éternité, dernier de l’année de l’Église. Le Psame de cette fête est le Ps. 126, que Gerhardt résume dans sa strophe 16.

La mélodie

Crüger et Ebelin indiquent « Christus, der uns selig macht », qui est l’une des Passions allemandes chantées dans le culte. Le thème du Christ souffrant mais vainqueur est repris ici, et appliqué au croyant. Il souffrira la tentation comme le Christ, comme une véritable Passion, mais comme le Christ, et avec lui, il remportera la victoire. Le message de la mélodie sous-tend bien le texte.

Crüger a composé pour l’édition de 1653 une mélodie propre pour ce chant, qui a pris son nom, et qui se chante dans certaines paroisses. Cette mélodie est moins connue que la précédente. On la trouve dans RA 444 et EKG 296, sous le nom du texte : « Schwing dich auf zu deinem Gott I » (voir chant N° 44).

Ebeling s’est aussi essayé à une mélodie pour l’édition de 1666, qu’on trouve dans EKG 296, sous le nom de « Schwing dich auf zu deinem Gott II ». Elle est moins connue que celle de Crüger.

Des trois mélodies, je préfère « Christus der uns selig macht ». Elle a un mouvement vif et déterminé, et rappelle la Passion du Christ : si lui a vaincu à travers ses souffrances, nous aussi nous vaincrons après les douleurs. Le Psaume 126 à la fin du chant résume bien cette idée : « Ceux qui sèment dans les larmes moissonnent en chantant. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visiteurs en ligne

104639
Aujourd'huiAujourd'hui97
HierHier243
Cette semaineCette semaine874
Ce moisCe mois6157
Tous les joursTous les jours1046390
Template by JoomlaShine