« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

JUSTIFICATION
REFORME

 

          NOTRE SALUT NOUS EST VENU to
        Es ist das Heil uns kommen her

                         Pierre Lutz
         (En italique, strophes de Yves Kéler)

      Mélodie : Es ist das Heil uns kommen her 

 

1. Notre salut nous est venu
    De Dieu par pure grâce.
    Les œuvres ne nous sauvent plus,
    Christ seul est efficace !
    La foi regarde à Jésus-Christ,
    Qui pour nous sur la croix souffrit
    La mort à notre place.

2. Ce que Dieu demande en sa loi
    N’est tenu par personne.
    De là est né un grand effroi :
    Nulle œuvre qui soit bonne !
    De notre chair ne peut sortir
    L’esprit que Dieu veut voir surgir :
    Certaine est notre perte !

3. C’est une erreur que de penser
    Que la loi que Dieu donne
    Pourrait du mal nous libérer
    Si notre vie est bonne.
    La loi n’est rien qu’un clair miroir
    Où le péché se donne à voir,
    Caché dans la chair même.

4. Jamais nous ne pourrions laisser
    Le mal par notre force ;
    Quoique on ait souvent essayé :
    Le péché se renforce.
    Car Dieu condamne l’insensé
    Qui ne croit pas que son péché
    Est en nous de naissance.

5. Nous aurions tous été perdus,
    Tous exclus du Royaume ;
    Mais Dieu nous a donné Jésus :
    Pour nous il s’est fait homme.
    En tout il observa la loi :
    Chassons de nos cœurs tout effroi,
    Dieu n’est plus en colère !

6. Et puisque par Jésus la Loi
    Enfin est accomplie,
    Pour tout chrétien voici la foi,
    Pour toujours établie :
    Rien d’autre que : « Mon saint Seigneur,
    Ta mort me rend déjà vainqueur ;
    En toi seul j’ai la vie. »

                             *

7. Pourquoi faut-il, Jésus, douter,
    Quand ta parole est sûre ?
    Sur toi tout homme peut compter,
    Ton serment nous l’assure :
    « Nul juge ne peut accuser  
    Qui croit et sera baptisé :
    Ma gloire est sa parure. »

8. Est juste seul auprès de Dieu
    Qui croit en ces paroles.
    Toute autre foi n’est qu’un vain feu :
    Laissons là les idoles !
    Seul croit vraiment qui croit en Lui :
    « L’amour ne peut servir autrui
     Que s’il est né du Père ! »

9. Est vrai qu’on pèche par la loi,
    En son âme et conscience.
    L’évangile amène à la foi,
    Donne au pécheur confiance.
    Il dit : « Avance vers la croix,
    Aucune paix n’est dans la loi
    Malgré toutes tes œuvres. »

10. Toute œuvre vient assurément
      D’un sentiment sincère.
      Nul ne peut être un vrai croyant,
      Qui les déconsidère.
      Mais le salut vient de la foi.
      Les œuvres n’ont plus d’autre emploi
      Qu’à la mettre en lumière.

                            *

11. Dieu fait toujours ce qu’il a dit,
      Telle est notre espérance !  
      Mais le moment où il agit
      Nul n’en a connaissance.
      Dieu seul sait quand il en est temps,
      Il tient tous ses engagements :
      Faisons-lui donc confiance !

12. Mais quand tu n’entends plus sa voix,
      Ne perds jamais courage !
      Tu peux te fier à son choix,
      Il veut ton avantage
      Quand tout paraît lui donner tort,
      Il reste encore le plus fort :
      N’est-il pas le Dieu sage ?

      Gloria
13. Louange et gloire et jour et nuit,
      Pour toutes ces largesses,
      Au Père, au Fils, au Saint-Esprit,
      L’auteur de ces promesses.
      En nous la grâce achèvera
      La tâche qu’elle inaugura,
      Dans toute sa richesse.
      
      Notre Père
14. Que ton saint nom soit sanctifié  
      Par toute créature.
      Seigneur, Dieu bon, ta volonté
      Soit faite sans mesure.
      La pain nous soit toujours donné
      Et notre offense pardonnée.
      Du mal délivre-nous. Amen.

 

                             Texte :        Es ist das Heil uns kommen her
                                                d'après Romains 3/21-28
                                                Paul Speratus, 1523
                                                RA 176, EG 342
                                                frs : Pierre Lutz, 1976,1985

                             Mélodie :   Es ist das Heil uns kommen her
                                                Mayence 1390, Nuremberg 1523/24
                                                RA 176, EG 342
                                                                              

 

            NOTRE SALUT NOUS EST VENU
           Es ist das Heil uns kommen her

  Strophes complémentaires à la traduction de

                           Pierre Lutz

          Strophes 2 Was Gott im Gsetz geboten hat
                         3 Es wär ein falscher Wahn dabei
                         4 Nicht möglich war die selbig Art
                         9 Es wird die Sünd durchs Gszetz erkannt

2. Ce que Dieu demande en sa loi
    N’est tenu par personne.
    De là est né un grand effroi :
    Nulle œuvre qui soit bonne !
    De notre chair ne peut sortir
    L’esprit que Dieu veut voir surgir :
    Certaine est notre perte !

         Was Gott im Gsetz geboten hat,
         Da man es nicht konnt halten,
         Erhub sich Zorn und grosse Not
         Vor Gott so manigfalte.
         Vom Fleisch wollt nicht heraus der Geist
         Vom Gsetz erfordert allermeist:
         Es war mit uns verloren.

3. C’est une erreur que de penser
    Que la loi que Dieu donne
    Pourrait du mal nous libérer
    Si notre vie est bonne.
    La loi n’est rien qu’un clair miroir
    Où le péché se donne à voir,
    Caché dans la chair même.

         Es wär ein falscher Wahn dabei,
         Gott hätt sein Gsetz drum geben,
         Als ob wir möchten selber frei
         Nach seinem Willen leben.
         So ist es nur ein Spiegel zart
         Der uns zeigt an die sündig Art,
         In unserm Fleich verborgen.

4. Jamais nous ne pourrions laisser
    Le mal par notre force ;
    Quoique on ait souvent essayé :
    Le péché se renforce.
    Car Dieu condalmne l’insensé
    Qui ne croit pas que son péché
    Est en nos de naissance.

         Nicht möglich war die selbig Art
         Aus eignen Kräften lassen,
         Wiewohl es oft versuchet ward,
         Noch mehrt sich Sünd ohn Massen.
         Denn Gleissners Werk Gott hoch verdammt
         Und je dem Fleisch der Sünde Schand
         Allzeit war angeboren 

9. On sait qu’on pèche par la loi,
    En son âme et conscience.
    L’évangile amène à la foi,
    Donne au pécheur confiance.
    Il dit : « Avance vers la croix,
    Aucune paix n’est dans la loi
    Malgré toutes tes œuvres. »

         Es wird die Sünd durchs Gsetz erkannt
         Und schlägt das Gwissen nieder.
         Das Evangelium kommt zuhand
         Und stärkt den Sünder wieder.
         Es spricht : nur kriech zum Kreuz herzu.
         Im Gsetz ist weder Rast noch Ruh
         Mit allen seinen Werken.

 

Texte             Es ist das Heil uns kommen her
                      Paul Speratus 1523
                      RA 176, EG 342, en 10 strophes
                      (le choix ne concorde pas dans ces livres)
                      l’original a 14 strophes, dans :
                      Gesangbuch Klug 1533
                      de là sont prises les 4 strophes ici traduites
                      2, 3, 4 et 9 de l’original
                      frs :  Pierre Lutz 1976,1985
                      pour les 10 strophes de RA 176
                      frs : Yves Kéler
                      pour les 4 strophes 2,3,4, 9 de l’original

Mélodie         Mainz 1390, Nürnberg 1523/24
                      RA 176, EG 342

 

 

 

 

 

 

 

Visiteurs en ligne

102930
Aujourd'huiAujourd'hui31
HierHier247
Cette semaineCette semaine529
Ce moisCe mois5662
Tous les joursTous les jours1029305
Template by JoomlaShine