« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018


AVENT
NOËL


              POUSSE UN TILLEUL AU PARADIS
              Es steht ein Lind’ im Himmelreich 

         Mélodie : Ich dank dir schon durch deinen Sohn


1. Pousse un tilleul au paradis,
    Dont fleurit chaque branche.
    Les anges là se sont assis ;
    Ils louent le Christ, racontent :

2. « Un envoyé descend du ciel,
    Au nom de Dieu, sur terre.
    Passant la porte, Gabriel
    Salue Marie, la Vierge.

3. Douce Marie, je te salue,
    Elue parmi les femmes !
    De toi naîtra pour le salut
    Un Fils, Sauveur des âmes.

4. Je dois mettre au monde un enfant
    Et rester jeune fille ?
    Mais je n’ai pas de prétendant :
    Cela n’est pas possible !

5. Je vais, Marie, te l’exposer :
    Par Dieu tu seras mère.
    Le Saint-Esprit va se poser
    Sur toi, venu du Père. »

6. Un arbre pousse au paradis :
    En fleurit chaque branche.
    Les anges s’y sont réunis :
    Au Christ soit la louange !
   
   
   
         Texte         Es steht ein Lind’ im Himmelreich
                           Auteur non signalé
                           Jeu de Noël de Kolbnitz bei Jauer,
                           Niederschlesien / Basse Silésie
                           fr. : Yves Kéler 27/5/2010
   
         Mélodie     Ich dank dir schon durch deinen Sohn
                           1570, Bohème 1595, Prätorius 1610
                           RA 126, EG 451

Le texte

        Ce chant provient d’un jeu de Noël pratiqué jusqu’au 20e Siècle à Kolbnitz, sur la Jauer, en Basse Silésie. L’ange Gabriel est reçu, arrivant sur une voiture. Un chœur chante ce chant. La 1e strophe fait allusion à une légende ou probablement à motif iconographique représentant les anges près d’un tilleul, arbre du rassemblement populaire, chantant la naissance du Christ, ici la Visitation. De telles scènes figurent sur divers tabeaux, en particulier des retables d’église.

        Le chant est noté par Karl Weinhold, Weihnachtsspiele und –lieder aus Süddeutscland und Schlesien. 1880, Berlin – Jeux et chants de Noël de’Allemagne du Sud et de Silésie. La plupart des jeux de Noël relevés dans ce livre proviennent de villages catholiques. Les Jésuites, dans leur politique de Contre-Réforme, ont beaucoup favorisé ces jeux, et en ont même composé pour les paroisses, pour mettre en scène le salut, selon la tradition spectaculaire du baroque. Cela explique les parties non bibliques de ces chants, destinées au caractère théatral du récit.

        Dans un jeu de Noël, on pourra employer cette strophe, en entrée du récit de la Visitation. J’ai reconduit la 1e strophe à la fin, ce qui n’est pas dans l’original, pour faire un cadre. On peut faire chanter ces deux strophes de cadre par un premier groupe d’enfants, et le récit biblique des strophes 2 à 5 par un autre groupe. On peut aussi laisser de côté ces deux strophes et ne conserver que le récit biblique.


La mélodie

        Weinhold n’indique pas les mélodies (du moins pas dans l’édition Google que j’ai trouvée). La coupe du texte est rare : IV 8.7f / 8.7f.  Je propose la mélodie : « Ich dank dir schon durch deinen Sohn », qui met bien le texte en valeur par ses flexions et son rythme et le jeu mélodique de la ligne musicale.


Texte original

1. Es steht ein’ Lind’ im Himmelreich,      8
    der blühen alle Äste,                          7f
    da singen alle Engel gleich,                 8
    dass Jesus ist der Beste.                    7f

2. Es kam ein Bot’ vom Himmelreich
    auf diese Erd’ hernieder,
    trat durch verschloss’ne Türen ein
    und grüßt’ Maria wieder.

3. »Gegrüßt seist du, Maria rein,
    der Frauen aller Krone.
    Du sollst gebärn ein Kindelein
    der Welt als Magd ein Sohne.«

4. »Ich soll gebärn ein Kindelein
    und reine Magd mich heißen?
    Niemand begehrt das Herze mein,
    das sollst du mir beweisen.«

5. »Das möcht’ ich dir beweisen wohl,
    du edle Königinne.
    Der Heil’ge Geist herab komm’n soll
    auf dich in Gottes Sinne.«

----Hochdeutsche Textfassung

     Aus Kolbnitz bei Jauer, Niederschlesien

Visiteurs en ligne

102275
Aujourd'huiAujourd'hui115
HierHier286
Cette semaineCette semaine885
Ce moisCe mois8939
Tous les joursTous les jours1022752
Template by JoomlaShine