« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

COMBAT SPIRITUEL
AMOUR DU CHRIST
21e TRINITE : L'ARMURE SPIRITUELLE

 


                VIENS, DONNE A MON AME
                        révision de LP 283 

               Mélodie : Ah ! donne à mon âme



 

1. Viens, donne à mon âme
    Plus de sainteté,
    Plus d'ardente flamme,
    De sérénité,
    Plus de confiance
    Pour rester debout,
    Plus de patience
    Pour supporter tout !

2. Fais que je contemple
    Ta foi, saint Agneau,
    Ton vivant exemple,
    Ta croix, ton tombeau,
    Ta grâce fidèle,
    Ton immense amour,
    Ta gloire immortelle,
    Ton prochain retour !

3. Christ, j'ai vu tes larmes :
    Je veux te servir.
    Donne-moi tes armes,
    Viens m'en revêtir !
    Par plus de prière,
    De zèle et de foi,
    Que dans la lumière
    Je marche avec toi !

4. Rends pour le service
    Mon cœur plus joyeux,
    Prêt au sacrifice,
    Mon Seigneur, mon Dieu !
    Ma voix chante et vibre
    De joie, de ferveur,
    Et mon cœur est libre
    Pour toi, mon Sauveur.

 

                             Texte :          Ah ! donne à mon âme
                                                 Théodore Monod, 1882,
                                                 d'après l'anglais de Ph. P. Bliss 1838-1876
                                                 LP 283 et 429
                                                 rév : Yves Kéler 1985

                            Mélodie :         proposée : Ah ! donne à mon âme
                                                 Peter Sohren 1630 Elbing -1692 Elbing
                                                 LP 429, édition de 1964

                                                 La mélodie, anonyme, donnée sous le n° 283
                                                 est moins intéressante

 

Le texte :

        Il est de Théodore Monod, auquel on doit beaucoup de chants. Le texte de ce chant n'est pas très clair : on ne sait pas exactement à qui le poète s'adresse, Dieu ou le Christ. Dans la strophe 2, il parle de ce dernier à la troisième personne : " l'Agneau ", mais la personne invoquée : " Fais que je contemple  Sans cesse l'Agneau ", est-elle Dieu, ou finalement Jésus ? Ce dernier n'est expressément cité qu'à la troisième strophe, le " mon Sauveur " à la fin de la quatrième strophe restant ambigu. Monod utiliserait-il le style biblique, dans lequel on parle à la même personne tantôt à la deuxième personne, tantôt à la troisième, dans la même phrase ? Comme par exemple au Ps 89/2 : "  Je chanterai toujours les bontés de l'Eternel, Ma bouche fera connaître à jamais ta fidélité ". Cette façon de parler nous est devenue étrangère.

        J'ai pensé que le mieux serait de choisir délibérément le Christ comme personne invoquée et décrite. A la première strophe, j'ai remplacé le " Ah ! ", senti comme théâtral aujourd'hui, par l'invocation " Viens ". J'ai mis la deuxième strophe à la deuxième personne. A la troisième strophe, pour des nécessités de nombre de pieds, j'ai remplacé " Jésus " par " Christ ", et inséré " Mon Seigneur, mon Dieu " à la quatrième strophe, pour renforcer l'invocation à la fin du chant, compte tenu du fait que le Christ n'est pas cité nommément dans la première strophe. De cette façon, les trois dernières strophes sont clairement adressées au Christ, le cantique reçoit une structure plus lisible et le chant en est plus direct.

La mélodie :

        Celle proposée par l'édition de 1964, sous le n° 429,est de Peter Sohren. La notice biographique de EG dit ceci : " Né vers 1630, à Elbing, en Prusse orientale. Cantor et maître d'école à Elbing, puis à Dirschau, Prusse orientale. Editeur de livres de cantiques, entre autres de la " Praxis pietatis melica " de Johann Crüger de 1668 ( Ce livre connut 44 éditions et devint le livre dominant du 17e Siècle). Il mourut en 1692 à Elbing." On doit à Sohren la mélodie appelée " Du Lebensbrot, Herr Jesu Christ ", qui a été beaucoup employée en Allemagne.

        Cette mélodie a une tessiture étendue, d'une octave, atteinte en 9 pieds, qui rappelle les mélodies de musiciens contemporains. Par exemple Johann G. Ebeling, 1637-1676 : " Du meine Seele, singe " (du si au si en 5 pieds) RA 325, EG 302. Ou Johann Schop, 1590-1667 : " Sollt ich meinem Gott nicht singen " (du do au do en 8 pieds) RA 411, EG 325. Cette technique, éminemment vocale, donne une grande vie à la mélodie et met le texte en valeur. Le choix  fait en 1964 est très bon.

 

 

 

 

 

Visiteurs en ligne

102872
Aujourd'huiAujourd'hui199
HierHier218
Cette semaineCette semaine1731
Ce moisCe mois5082
Tous les joursTous les jours1028725
Template by JoomlaShine