« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

SAINTE CENE
PENITENCE



           JESUS M’INVITE A CETTE TABLE to
      Révision de Jésus à sa table sacrée LP 206,
                   texte complet de Bonsen

    Mélodie : Wer nur den lieben Gott lässt walten



1. Jésus m’invite à cette table
    A recevoir la Cène ici.
    En suis-je digne, ou incapable,
    Puis-je paraître devant lui ?
    Il est le Roi, le Saint des Saints,
    Il voit nos faibles cœurs d’humains.

2. En moi l’esprit, inquiet, se trouble,
    Mon cœur est tout saisi d’effroi.
    Vois, ma frayeur, Jésus, redouble ;
    Que suis-je pour m’unir à toi ?
    Un homme, un malheureux pécheur,
    Peut-il prétendre à cet honneur ?

3. Je fais, Jésus, l’aveu sincère
    De mon extrême indignité ;
    Mais, mon Sauveur, en toi j’espère :
    J’attends tout de ta charité
    Qui console et soutient le cœur
    D’un humble humain pauvre et pécheur.

4. Jésus, non, je ne suis pas digne
    De ton amour, de ta faveur.
    Mais ta bonté, ta grâce insigne
    Dissipent toute ma frayeur.
    Par le sang que tu répandis
    Tous mes péchés me sont remis.

5. Quand j’ose appliquer à mon âme
    Tes saints mérites par la foi,
    Je sens que ton amour m’enflamme,
    Tout mon désir est d’être à toi.
    Je te dois mon plus grand bonheur,
    La paix qui règne dans mon cœur.

6. Trésor qui passe mon attente,
    Rançon, et prix de rédemption,
    Breuvage saint, manne excellente,
    Et gage de mon adoption :
    Jésus dans la Cène offre aux siens
    Son corps, son sang et tous ses biens
   
7. Sauveur, qui sous les deux espèces
    Du pain, du vin, te donne(s) à moi,
    Tu es, Jésus, par tes promesses,
    Le soutien ferme de ma foi ;
    Je sais que dans ce sacrement
    Je te reçois réellement.

8. Accorde-moi toujours la grâce,
    Christ Rédempteur de l’univers.
    Pour toi je brave la menace
    De tout le mal et de l’enfer.
    Oui, je suis sûr de mon bonheur,
    Quand tu habites dans mon cœur.

9. Par cette coupe salutaire,
    Par ce pain qui m’est présenté,
    Devant la mort, par toi j’espère
    La vie et l’immortalité.
    Jésus doit m’élever aux cieux :
    Je le verrai, là, de me mes yeux.

10. Jésus pour moi  donna sa vie,
     Jésus ressuscita pour moi.
     Il établit l’eucharistie
     Pour fortifier mon cœur, ma foi.
     Il m’appartient, je suis à lui,
     Lui mon espoir et mon appui.



               Texte             Jésus à sa table sacrée
                                    (alld : Erdmann Neumeister 1672-1756)
                                    trad :  Léopold Bonsen, 1699-1788
                                              texte complet dans : Recueil de cantiques
                                              des Eglises Luthériennes francophones
                                              du Canada, 2009, N° 527
                                     trad incomplète, ramenée à 3 strophes : 1, 3 et 6
                                              
                                              dans LP 206, qui l’attribue à L.Monastier, 1926,
                                              lequel est probablement le réviseur.
                                     révision : Yves Kéler  09/09/09

               Mélodie           Wer nur den lieben Gott Lässt walten  
                                     Georg Neumark 1641, 1657 (1621-1681)
                                     RA 454, EG 369
                                     fr. : Je te contemple, o splendeur sainte
                                              LP 129
                                              Splendeur et gloire sur la terre
                                              NCTC 189, deest ARC, ALL 33/18
                                              Seigneur, reçois, Seigneur pardonne
                                              NCTC 270, ARC 407, ALL 43/04

               ou bien           O dass ich tausend Zungen hätte
                                     Johann Balthazar Koenig 1738
                                     RA 337, EG 330
                                     fr. :  Oh! Que n'ai-je la voix de l'ange ?
                                            LP 79

 

 

Visiteurs en ligne

102872
Aujourd'huiAujourd'hui199
HierHier218
Cette semaineCette semaine1731
Ce moisCe mois5082
Tous les joursTous les jours1028725
Template by JoomlaShine