« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

SAINTE CENE

               O SAINTE NOURRITURE to
                 O wunderbare Speise
                    O esca viatorum

      Mélodie : O Welt, ich muss dich lassen

1. O sainte nourriture
    Réconfortante et pure,    
    O Manne et Pain du ciel,
    Christ, calme notre attente,
    La faim, la soif ardente,
    Et nous délivre de la mort !

2. Pour le grand sacrifice
    De ta vie rédemptrice,
    De ton corps sur la croix,
    De ton sang pour breuvage,
    Nous te rendons hommage,
    Christ, et te louons dans la foi.

3. « Venez, vous qui sur terre

    Ployez sous vos misères,
    - Dis-tu, Christ bon Sauveur -
    Je vous donne, éternelle,
    Par mon sang, vie nouvelle
    Et par mon corps la paix du cœur. »

4. Ce qu’ici,sous ta garde,
    Par la foi tous regardent,
    Fais-nous le voir un jour ;
    Fais, Christ, que se révèle
    En la cité nouvelle
    Ton face à face chaque jour.
    
    
         Texte         O wunderbare Speise
                          d’après „O esca viatorum“ 1649
                          Traduction à Würzburg 1649
                          Gotteslob Stuttgart 1985, N° 503
                          Fr. : Yves Kéler 20.3.2012

         Mélodie      O Welt, ich muss dich lassen
                          Heinrich Isaac, 1495/1505/1539
                          RA 481, EG 521
                          fr.: O monde, viens, contemple
                          LP 123
                          Tu vas donc au supplice
                          LP 122
                          O Jésus, notre frère
                          NCTC 187, ARC 450, ALL 33/01


Texte allemand de 1649, en 4 strophes

1. O wunderbare Speise                         = 1 Latin
    auf dieser Pilgerreise,
    o Manna, Himmelsbrot,
    willst unsern Hunger stillen,
    mit Gnaden uns erfüllen,
    uns retten vor dem ewgen Tod;

2. Du hast für uns dein Leben,               = 2 Latin
    o Jesu, hingegeben
    und gabst dein Fleisch und Blut
    zur Speise und zum Tranke!
    Wer preist mit würdgem Danke
    dies unschätzbare, ewge Gut

3. „Kommt alle, die auf Erden               strophe allemande:
    von Not verdränget werden“          parole biblique insérée,
    so spricht dein eigner Mund,          pas dans le texte latin
    „ich will euch wiedergeben     
    mit meinem Blut das Leben.
    Dies ist der neue ewge Bund.“

4. O Herr, was wir hier schauen          = 3 Latin
    in Glauben und Vertrauen,
    das zeige uns im Licht,
    und lass es einst geschehen,
    dass ewig wir dich sehen
    von Angesicht zu Angesicht.
    
    
Texte latin de 1649, en 3 strophes  
 
    
1. “O  esca viatórum,
 O panis angelórum, O manna coélitum,
 Esuriéntes ciba,  Dulcédine non priva
 Corda quæréntium, Corda quæréntium.

2.“O lympha, fons amóris,
 Qui puro Salvatóris, E corde prófluis
 Te sitiéntes pota, Hæc sola nostra vota,
 His una súfficis, His una súfficis.

3. “O Jesu, Tuum vultum,
 Quem cólimus occúltum, Sub panis spécie,
 Fac, ut remóto velo, Post líbera in cælo
 Cernámus fácie, Cernámus fácie

Le texte

        Le texte existe d’emblée semble-t-il en latin et en allemand. Il apparaît dans le livre de cantiques catholique de Mayence en 1661, mais est estimé comme plus ancien et daté de 1649. L’auteur est anonyme.

        Certaines sources attribuent le chant à St Tomas d’Aquin, mais cela est certainement faux. La structure prosodique du chant l’apparente au Choral luthérien et pas à la poétique de St Thomas. La structure du chant est :  VI 7f. 7f. 6 / 7b. 7b. 6, avec une rime des vers 3 et 6, ce qui l’apparente à la structure de « Innsbruck, ich muss dich lassen » de Heinrich Isaak en 1495. Cette mélodie fut reprise à Nuremberg pour le chant anonyme « O Welt, ich muss dich lassen ». Le chant latin peut se chanter sur cette mélodie.

        Le texte allemad a une strophe de plus que le latin. Les strophes allemandes 1, 2 et 4 traduisent le latin. Mais la strophe 4 est une citation biblique de Jésus, lequel parle ici à la première personne, ce qui rompt avec le reste du texte qui est une invocation au Christ, prononcée par les fidèles. On peut donc chanter le texte allemand et sa traduction française dans les trois strophes de l’original latin, ce qui donne à l’ensemble plus d’unité.

        La strophe latine 1 parle du pain de la Cène et l’appelle « esca-Speise-nourriture ». La 2e strophe vise le sang, appelé « lympha – eau », par allusion à l’eau mêlée de sang coulée de la blessure du Christ. La 3e strophe demande que le Christ, vu « sub panies specie - sous l’espèce du pain », devienne visible. Cette strophe en particulier, et tout le chant, est une contemplation de l’hostie, Chrit vrai sous l’aspect (species) du pain, devienne visible dans le royaume.

        Ce texe est marqué par la théologie romaine dans la forme, mais l’esprit reste biblique, et s’accorde très bien avec la théologie luthérienne de la présence réelle du corps du Christ dans le pain. Ce chant est une très belle méditation des espèces dela Cène. Il peut êtrte chanté avant lea liturgie de la Cène, comme cjhant d’entrée, ou juste avant la communion.

 

Visiteurs en ligne

107063
Aujourd'huiAujourd'hui23
HierHier609
Cette semaineCette semaine1421
Ce moisCe mois9056
Tous les joursTous les jours1070635
Template by JoomlaShine