« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018


AMOUR DU CHRIST




     TU DIS : JE SUIS CHRETIEN
      Du sagst : ich bin ein Christ

 Johann Adam Hasslocher 1645-1726

  Mélodie : O Gott, du frommer Gott




1. Tu dis : je suis chrétien !       A. Introduction

    Que ta vie et ton œuvre
    Démontrent que ta foi
    Rapporte un fruit qui dure !
    Ce que Dieu te prescrit,
    Veux-tu le faire bien,
    Devenir accompli        
    Et être un vrai chrétien ?

2. Tu dis : je suis chrétien !       Amour du Christ
    L’est seul celui qui aime
    Jésus, son saint Sauveur,
    Autant que lui nous aime,
    Qui fait sa volonté
    Et son commandement,
    Qui dit la vérité
    Et se tient humblement.

3. Tu dis : je suis chrétien !       Amour du bien
    Si tu veux vraiment l’être,
    Tu dois aimer le bien
    Et tout à Dieu remettre ;
    Mais n’aime pas Jésus
    Qui aime le péché,
    N’est pas chrétien non plus
    Qui ne veut pas changer.          
                                                      
4. Tu dis : je suis chrétien !       B. Parole et
    J’ai eu le saint baptême               Sacrements :
    Avec le sang du Christ             Baptême
    Mélangé à l’eau même.
    Mais as-tu maintenu
    L’alliance avec ton Dieu ?
    As-tu gardé Jésus,
    L’as-tu devant tes yeux ?

5. N’as-tu donc pas brisé
    Depuis longtemps l’alliance ?
    As-tu exécuté,
    De cœur, avec confiance
    Ce que demande Dieu ?
    Mais le vieil homme en toi
    Prospère d’autant mieux
    Que tu ne le sais pas !
    
6. Tu dis : je suis chrétien !            Parole de Dieu
    Le scrute la parole
    De Dieu, je la relis,
    Et elle me console.
    Mon cher, as-tu donc fait
    Ce que le Livre veut ?
    Chrétien, aucun ne l’est
    Qui n’y entend pas Dieu.

7. Tu dis : je suis chrétien !
            Pénitence
    J’avoue toutes mes fautes,
    Confesse mes péchés
    Et veux que Dieu les ôte.
    Mais, dis-moi, mon ami :
    D’absoudre tes péchés
    Te donne-t-il envie
    D’enfin t’améliorer ?

8. Mais tu n’as pas changé !
    Tes actes, mots et gestes,
    N’ont pas évolué :
    Les vieux démons te restent.
    Et ce qui semble bon,
    Si on l’observe bien,
    N’est que désillusion,
    S’avère n’être rien.
    
9. Tu dis : je suis chrétien !            Ste Cène
    Tu cherches dans la Cène
    Qu’institua Jésus
    La force souveraine.
    Mais ce repas, dis-moi,
    Agit-il sur ton cœur,
    Produit-il son effet
    Et te rend-il meilleur ?

10. Tu dis : je suis chrétien !
          Culte
      Je prie, j’entends, je chante
      Dans la maison de Dieu
      Chez qui je me présente.
      C’est bien, mais si tu fais
      Cela bien loin de Dieu,
      Où est alors l’effet,
      S’il n’en sort pas un mieux ?

11. Tu dis : je suis chrétien !            C. Œuvres
      Mais il me faut pour preuve
      Voir si ce que tu fais
      Peut s’appeler bonne œuvre.
      Car qui veut se vanter
      D’appartenir à Christ
      Doit bien se comporter
      Et selon son Esprit.
      
12. Es-tu un tel chrétien,
        
      Il faut que dans ton âme
      Tu sois tel que Jésus,
      Serviable et que tu aimes.
      Que sorte de ton cœur
      L’amour, la vérité,
      Comme on voit au Seigneur
      Avec l’humilité.

13. Aussi longtemps qu’en toi
      Je sens cette imposture,
      L’orgueil, l’amour de soi,
      Qui dans ta vie perdurent,
      Qu’au lieu de la douceur,
      Le mal règne et l’envie,
      Je vois là que ton cœur
      Est loin de Jésus-Christ.
      
14. Dis-tu : je suis chrétien
      Et suis heureux de l’être,
      Dis-toi que les païens
      En font autant peut-être !
      Et s’ils ont fait du bien,
      Ceux-ci t’accuseront,
      Quand le Seigneur revient
      Pour juger les nations.
      
15. Ne te dis pas chrétien,
      Si le bilan de l’œuvre
      N’éclaire pas en bien
      Ce que ta vie en montre ;
      Il faut plus que des mots
      Pour que l’on soit chrétien.
      Car pour l’être il te faut
      Sans cesse aimer le bien.
      
16. Donne ta grâce, ô Dieu,           D. Prière
      Pour qu’ainsi je parvienne
      A être un vrai chrétien
      Qui garde et qui maintienne
      En tout la volonté
      D’aller chez toi, Seigneur,
      Et d’être et de rester
      Toujours ton serviteur.
      
    
         Texte         Du sagst : ich bin ein Christ
                          Hasslocher Johann Adam
                          1645 Speyer -1726 Weilburg

          dans         « Christliche / Morgen= und / Abend =
                          Gebeter, / Auf alle Tage in ter / Wochen, /
                          durch : D.Johann Habermann. /
                          samt schönen Beicht = Communion = und
                          andren Gebetern; / wie auch /
                          Morgen = Abend = und andere / neue Lieder. /
                          (trait horizontal)
                          Reutlingen, /
                          gedrukt mit Fischer = und Lorentzichen /
                          Schriften 1808 »

                          page 188
                          fr. : Yves Kéler, 16.4.2012 Bischwiller
    
         Mélodie      O Gott, du frommer Gott II
                          Regensburg (Ratisbonne)1675,
                          Meinigen 1693, 1854
                          RA 384, EKG 383, EG
                          fr. :  Je suivrai Jésus-Christ
                                 LP 253, ALL 44/10
   
   
Le texte

        Ce chant fait partie des chants catéchétiques, qui visent à apprendre à connaître Dieu et se connaître. C’est un examen de conscience sous la forme d’un dialogue. Au lieu que le fidèle se pose les questions, selon les formulaires habituels à l’époque, et trouve les réponses écrites dans ces derniers, un autre pose les questions et remet en question les déclarations de celui qui dit : « Je suis chrétien. » Le dialogue est à la fois personnel et intérieur, et communautaire et public, puisqu’il est formulé comme un chant, qui pourra se chanter dans sa chambre ou dans le culte.

        Le chant se divise en 5 parties :

Str. 1     :  une introduction
Str. 2-3 :   deux strophes sous le thème de l’amour,
                l’amour du Christ (str 2)  et du prochain (str. 3) . 
Str. 4-10 : une réflexion sur la Parole de Dieu et les sacrements,
                dans l’ordre chronologique d’apparition dans la vie du chrétien :
                le baptême et son alliance (str. 4 et 5) ; la Parole consciente
                (str. 6) ; la pénitence (str. 7 et 8) ; la Sainte Cène (str. 9) et le 
                 culte (str. 10).
Str. 11-15 une réflexion sur les œuvres  du chrétien : l’œuvre bonne
                (str. 11) ; l’imitation de Jésus (str. 12) ; l’hypocrisie (str. 13) ;
                les païens et leurs œuvres (str 14) et le bilan
                 de tes œuvres (str. 15)                 
Str. 16       une prière finale

        Toute cette réflexion veut contrer les déclarations de ceux qui prétendent  « faire leur devoir. » Dans l’Eglise protestante allemande du 18e Siècle, déjà au début du siècle, le rationnalisme et le piétisme avaient introduit la notion de « Pflicht –devoir. » La piété consistait à accomplir ses devoirs de chrétien, comme un code moral envers Dieu et les hommes. On entendait dire « Was will denn der ? Ich tue doch meine Pflicht! – Que me veut celui-là ? J’accomplis donc mon devoir ! » L’auteur combat cette façon de penser et de parler. Il est lui-même marqué par le piétisme de Spener et exige un christianisme authentique. Il est donc intéressant de trouver en 1808 ce chant des années 1700 dans cette fonction. Reutlingen est dans le Würtenberg, très marqué par le piétisme. Nous avons ici un bon exemple de cette influence.

La mélodie

        « O Gott, du frommer Gott II », datée de Ratisbonne de 1675 – Meiningen 1693, est celle proposée par le livre de Reutlingen. Elle porte bien le texte, par sa tendresse et son aller-retour, qui exprime bien les allées et venues de la pensée. Elle est à la fois méditative et allante, évitant que le chant et sa thématique piétinent. Chanter retenu et allant, sans traîner.

 

Visiteurs en ligne

105525
Aujourd'huiAujourd'hui179
HierHier322
Cette semaineCette semaine806
Ce moisCe mois5447
Tous les joursTous les jours1055252
Template by JoomlaShine