AVENT
LOUANGE



      QUI OUBLIERAIT LA GRACE
    Wer kann der Treu vergessen

      Mélodie : Befiehl du deine Wege
                    Valet will ich dir geben



1. Qui oublierait la grâce
    Que tu nous fis, Seigneur,
    Les dons et les largesses
    Qu’ont obtenus nos cœurs ?
    Nul ne va sur sa route,
    Ne va vers son destin,
    Ni n’échappe à ses doutes,
    Si tu ne prends sa main.

2. Avant qu’aucun ne naisse,    
    Dieu, tu as déclaré :
    « A la porte ils se pressent
    Pour être rachetés.
    Laissez passer les hommes
    Avant le dernier jour.
    Qu’ils entrent au Royaume
    Où siège mon amour ! »

3. Tu as pris ma personne,
    Avant que je l’aie su.
    Le rang que tu me donnes
    M’est acquis par Jésus.
    Quand je voyais à peine
    A travers les brouillards,
    La route où tu me mènes
    Etait sous ton regard.

4. A chaque jour qui passe,
    Tu restes mon soleil.
    Les maux que je traverse,
    Les tourments sans pareils,
    Ne me feront pas craindre
    L’enfer et le péché,
    Ne pourront me contraindre
    A choir ou trébucher.

5. Toi qui créas la terre
    Selon ton plan génial,
    Qui vois dans leur misère
    Les hommes sous le mal,
    Toi qui prends la mesure
    Du temps et de l’esprit,
    Tu rends ma route sûre :
    C’est toi qui m’y as mis.

6. Ta clarté souveraine
    Est lumière à mes pieds.
    Ta vérité me mène
    Jusqu’en l’éternité.
    Là mes soupirs se changent,
    Et se muent en un chant,
    Chant que le chœur des anges
    A ton honneur reprend.
    
    
         Texte        Wer kann der Treu vergessen 1930
                          Rudolf Alexander Schroeder 1878-1962 *
             
            dans       Evangelisch-lutherisches Gesangbuch
                          Selbstständige Evangelisch-Lutherische Kirche
                          Deutschlands und anderer Länder
                          Hubert & Co. , Göttingen, 2. Auflage 1988, Nr 307
                          fr. : Yves Kéler  23.5.2012 Bischwiller
    
         Mélodie      Befiehl du deine Wege       
                          Bartholomäus Gesius  1603 (1560-1613)
                          Philipp Telemann 1730 (1681-1767)
                          EKG 294, EG 361

         Mélodie    Valet will ich dir geben
                          Melchior Teschner 1584-1635
                          né à Fraustadt (Silésie), Kantor à Frazustadt,
                          pasteur de la paroisse voisine d'Oberpritschen,
                          où il mourut en 1635.
                          Mélodie 1614 pour chant acrostiche du même nom de
                          V.a.l.e.r.i.u.s Herberger 1614
                          RA 483, EG 523
                          fr. :  Jésus sort de la tombe
                                  LP 144, NCTC 203, ARC 483, ALL 34/11

* SCHROEDER Rudolf Alexander, né en 1878 à Brème, d’abord architecte puis peintre et poète, fin traducteur de langues anciennes et modernes, vécut en dernier à Bergen (Oberbayern)     


Le texte

        Le texte allemand est assez difficile, composé dans une langue très serrée, d’une concision qui rappelle la poésie antique. Pas un mot creux, et des renvois de mots que les déclinaisons allemandes permettent de remettre à leur place, selon le procédé de la poétique latine. Ce qui crée un enchevêtrement très élaboré des idées et rend la compréhension difficile. Dans la traduction française, j’ai essayé de rendre la richesse de la pensée de Schroeder, tout en créant une syntaxe linéaire, sans renvois, permettant à la pensée de s’écouler naturellement.

        Schroeder était architecte, de cette école allemande constructiviste aux lignes épurées et à la structure élaborée. Sa poétique s’en ressent. On lui a d’ailleurs  en Allemagne même et de son vivant, fait le reproche d’être trop savant dans sa construction des phrases  

La mélodie

        SELK donne une mélodie de Ebeling 1667, sans en préciser le nom. Cette mélodie est peu connue. Je propose « Befiehl du deine Wege » de Bartholomäus Gesius, qui soutient bien le texte. « Valet will ich dir geben », plus alerte et plus rapide, peut aussi être employé.

 

Texte original

1. Wer kann der Treu vergessen
    Die du an uns getan,
    Der Gaben unermessen,
    Die wir von dir empfahn?
    Ging keins auf keinem Pfade
    Der kurzen Erdenfahrt,
    Dem du nicht deine Gnade
    Tagtäglich offenbart.

2. Lang, ehe wir geboren,
    Hast du uns angesehn!
    „Sie sinds, die vor den Toren
    Des Lebens wartend stehn.
    Gebt ihnen Raum, bringt, Geister,
    Sie her vor meinen Tag,
    Dass des Geschöpfs der Meister
    Sich billig freuen mag!“

3. So bin ich dein geworden
    Eh ich mich selbst gewann;
    Du nahmst mich in den Orden
    Der Söhn und Brüder an.
    Weil ich noch kaum von Weiten
    Durch Dunst und Nebel sah,
    Warst über meinem Schreiten
    Du, wie die Sonne, nah.

4. Bists noch zu allen Tagen,
    Auch wo ich dich nicht spür    
    Und mein, ich ging durch Plagen
    Und Ängste für und für,
    Und wähn, ich müsst in Sünden
    Und Finsternis versenkt,
    Mich in der Hölle gründen,
    Die dein mit Schrecken denkt;

5. dein, der die Welt bereitet
    Nach unbegriffnem Plan,
    Die Strauchelnden geleitet,
    Den Müden hilft voran,
    Der hinter Zeit und Massen,
    Davor der Geist erschrickt,
    Gebahnt die schönen Strassen
    Zur Herrlichkeit erblickt;

6. zum Vorhof deiner Wahrheit,
    Zur ewgen Gegenwart,
    Da die vollkomne Klarheit
    Sich allen offenbart,
    Da alles Säufzen mündet
    In einen Lobgesang
    Und Stern den Sternen kündet
    Fried, Freude, Pris und Dank.