« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 
NOËL
Chants de Georges Kempf
Chant 4  :  Joseph, page 8




     RECOURS DU PAUVRE EN SON MALHEUR t.
                Der Armen Helfer in der Not

« Da machte sich auch auf Joseph aus Galiäa, aus der Stadt Nazaret »  Lukas 2/4a

Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, Luc 2/4a

    Mélodie : Herr Jesu Christ, dich zu uns wend



1. Recours du pauvre en son malheur,
    Tu prends pitié de nous, Seigneur,
    Toi qui élèves les petits,
    Toi qui combats tous les mépris.

2. Tu as presque élevé Joseph
    A ta hauteur, Père éternel,
    En lui faisant garder ton Fils,
    Né par Marie du Saint-Esprit.

3. Ouvre l’oreille à l’homme sourd,
    Eclaire notre esprit trop court ;
    A ton service tu nous prends :
    Rends-nous en tout obéissants.

4. Joseph était un homme droit,
    Humble et fidèle dans la foi ;
    Fais-nous, Seigneur, tout comme lui,
    Tes serviteurs dès aujourd’hui.

5. Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit,
    Par qui la créature vit,
    Loué sois-tu dès maintenant,
    Toujours, jusqu’à la fin des temps.
    
    
         Texte        Der Armen Helfer in der Not
                          Georges Kempf, * 1016
                         In den Weihnachten zu singen, années 1950
                          fr. : Yves Kéler 6.6.2012 Grasse

         Mélodie:   Herr Jesu Christ, dich zu uns wend
                          Gochsheim-Riedwitz 1628, Görlitz 1648
                          RA 205, EKG 126, EG 155

 

Le texte

        Joseph est le père terrestre de Jésus, que GK place en parallèle avec Dieu, son Père céleste. Dieu élève Joseph au rang de son correspondant terrestre. Cette image est rare, surtout dans le protestantisme habituel.

        GK, qui fait partie de la Michaelsbruderschaft – la Confrérie St Michel, émanation des Berneuchner, a un sens aigu des images liturgiques et de l’iconographie chrétienne, médiévale en particulier. Les Michaelsbrüder célèbrent les offices des heures et les services divins selon les liturgies et mélodies grégoriennes. Celles-ci contiennent des hymnes dans lesquelles beaucoup de ces images apparaissent.

              Le chant est dominé par l’idée que Dieu élève les petits, pour en faire les instruments de son œuvre : « der Du den Niedern hoch erhebst », citation de Luc 1/52. Cette théologie dérive de l’ébionitisme, théorie du temps de Jésus qui faisait préférer les petits aux grands, que l’on retrouve dans le Magnificat Luc 1/52-53 : « Il a renversé les puissants de leurs trônes, Et il élevé les humbles. Il a rassasié de biens les affamés et renvoyé les riches à vide. » De même dans les Béatitudes. De ce fait, Joseph, « grad und schlicht – droit et modeste », nous est proposé comme modèle.

        La référence se trouve encore dans le Gloria final : » "All Kreatur Dir Ehr erweist – toute créature te rend gloire", la créature étant comprise comme l’humble œuvre de Dieu.


Texte original

1. Der Armen Helfer in der Not,
    - Kyrieleison, Herre Gott ! -
    der Du den Niedern hoch erhebst
    Und aller Hoffart widerstrebst,
    

2. Du machtest Joseph dir fast gleich,
    Den Armen also gross und reich,
    Zu warten gar Dein eigen Kind,
    Des alle Eng’l begierig sind.

3. Herr, öffne uns das taube Ohr,
    Lenk unsern Sinn zu Dir empor.
    Gib uns Gehorsam allezeit,
    Zum heilgen Dienst mach uns bereit.

4. Mach uns wie Joseph grad und schlicht,
    Dass uns kein Wunderfitz anficht
    Und wir Deins Lebens Neubeginn  (=Jesus)
    Anbeten stets mit keuschen Sinn.

5. Gott Vater, Sohn und heilger Geist,
    All Kreatur Dir Ehr erweist;
    Wie es von allem Anfang war
    Und bleibt jetzund und immerdar.
    
    
    
    
    

 

Visiteurs en ligne

104720
Aujourd'huiAujourd'hui62
HierHier295
Cette semaineCette semaine1691
Ce moisCe mois6974
Tous les joursTous les jours1047207
Template by JoomlaShine