« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018


QUEMPAS  (Le)
Type latin-allemand
NOËL



                           QUEMPAS  (Le)


        Il s’agit de l’assemblage de deux (ou trois) chants,
en un chœur alterné de bergers, les PAS tores, en
abréviation dans le titre.

        Ici, l’assemblage portera sur deux chants

             Deux assemblages sont possibles :

                                       A

             I   Christ, qui reçut la louange
            II   In dulci jubilo  Chantez un chant nouveau
                  (texte mixte latin-français)

                                       B

            I   Christ, qui reçut la louange
            II  Venez, chantez de joie
                 (texte complètement français)

                              **********

                                       A

             I   Christ, qui reçut la louange
            II   In duci jubilo  Chantez un chant nouveau
                  (texte mixte latin-français)

1. I  a   Christ, qui reçut la louange
       b   Des bergers dedans la grange,
       c   Selon ce qu’avait dit l’ange,
       d   Christ, le Roi de gloire est né !

   II  In dulci jubilo
       Chantez un chant nouveau :
       « La joie de nos âmes
       Est in paesepio,
       Tel un soleil de flamme
       Matris in gremio. »
       Tu es A et O, tu es A et O !

2. I  a   Trois beaux rois vers lui se portent,
       b   Or, encens et myrrhe apportent ;
       c   Ils honorent de la sorte
       d   Le Lion victorieux !

    II  O Jesu parvule,
         Sauveur qui nous est né,
         Mon cœur te réclame,
         O Puer optime.
         Viens et guéris mon âme,
         O princeps gloriae.
         Trahe me post te, Trahe me post me!

3.  I   a   A Jésus vont nos louanges,
         b   Avec celles des saints anges ;
         c   Toutes les voix se mélangent :
         d   « Majesté, grandeur, honneur ! »

3.  II  O Patris caritas,
         O Nati lenitas !
         Dieu tous nous condamne
         Per nostra crimina.
         Mais, Christ, tu nous proclame
         Coelorum gaudia.
         O céleste joie, ô céleste joie !

4.   I  a   Christ, Roi, Dieu, qui vas paraître,
         b   De Marie tu viens de naître ;
         c   Nous chantons ta gloire, ô Maître,
         d   Ta puissance et ta splendeur !

      II Ubi sunt gaudia ?
          Où donc, sinon chez toi !
          Là les anges chantent
         Et nova cantica,
         Et là les cloches tintent
         In regis curia :
         Christ est Roi des rois, Christ est Roi des rois!

                           *************

                                       B

            I   Christ, qui reçut la louange
            II  Venez, chantez de joie
                 (texte complètement français)

1. I  a   Christ, qui reçut la louange
       b   Des bergers dedans la grange,
       c   Selon ce qu’avait dit l’ange,
       d   Christ, le Roi de gloire est né !

    II  Venez, chantez de joie,
        Et dites d’une voix :
        Christ, que Dieu nous donne,
        Dort dans la crèche, sur le bois !
        Tel un soleil rayonne :
        Marie le tient : quel Roi !
        Tu es l’A et l’O, tu es l’A et l’O !

2. I  a   Trois beaux rois vers lui se portent,
       b   Or, encens, et myrrhe apportent ;
       c   Ils honorent de la sorte
       d   Le Lion victorieux !

    II  Jésus, qui nous est né,
        Enfant et Fils donné,
        Mon cœur te réclame,
        Sauveur, tout étonné :
        « Viens et guéris mon âme,
        Seigneur, Roi nouveau né
        Prince de la paix, Prince de la paix ! »

3.  I   a   A Jésus vont nos louanges,
         b   Avec celles des saints anges ;
         c   Toutes les voix se mélangent :
         d   « Majesté, grandeur, honneur ! »

     II  O Père de bonté,
         O Fils de charité :
         Dieu tous nous condamne
         Pour nos iniquités.
         Mais toi, Christ, tu proclames
          Joie céleste et fidélité :
         Tu veux nous sauver, tu veux nous sauver !

4.   I  a   Christ, Roi, Dieu, qui vas paraître,
         b   De Marie tu viens de naître ;
         c   Nous chantons ta gloire, ô Maître,
         d   Ta puissance et ta splendeur !

     II  Où trouve-t-on la joie ?
         Où donc, sinon chez toi !
          Là les anges chantent
          Les hymnes de la foi,
          Et là les cloches tintent
          Dans tes palais, Christ-roi :
          Quand serai-je là, quand serai-je là ?

         Voici le texte du Mischlied latin-allemand

NOËL

   IN DULCI JUBILO  CHANTEZ UN CHANT NOUVEAU
                  In dulci jubilo  Nun singt und saget so

                          forme mixte latin-français

            ( voir : Venez, chantez de joie,  Et dites d’une voix.
                                 forme française )

1. In dulci jubilo
    Chantez un chant nouveau :
    « La joie de nos âmes
    Est in paesepio,
    Tel un soleil de flamme
    Matris in gremio. »
    Tu es A et O, tu es A et O !

2. O Jesu parvule,
    Sauveur qui nous est né,
    Mon cœur te réclame,
    O Puer optime.
    Viens et guéris mon âme,
    O princeps gloriae.
    Trahe me post te, Trahe me post me!

3. O Patris caritas,
    O Nati lenitas !
    Dieu tous nous condamne
    Per nostra crimina.
    Mais, Christ, tu nous proclame
    Coelorum gaudia.
    O céleste joie, ô céleste joie !

4. Ubi sunt gaudia ?
    Où donc, sinon chez toi !
    Là les anges chantent
    Et nova cantica,
    Et là les cloches tintent
    In regis curia :
    Christ est Roi des rois, Christ est Roi des rois!

            Texte :           In dulci jubilo
                                  texte mixte latin-français
                                  14e S. , Leipzig 1545
                                  frs: Yves Kéler, 8.1.2007

            Mélodie :       In dulci jubilo
                          ou:   Nun singet und seid froh
                                  14e S. , Wittenberg 1529
                                  RA 38, EG 35
                                  LP109 Roi ses êtres et des choses
                                       2ème partie : Le beau Noël s’est approché


Le texte

        Ce cantique est un « Mischlied », c’est-à-dire « un chant mélangé », ou mixte, avec des parties latines et des parties allemandes, cohérentes grammaticalement : les phrases continuent, en changeant de langue et en s’accordant grammaticalement.


A. Le texte original latin-allemand et allemand complètement

     A gauche, le texte original, qui date du              
14e siècle, avec sa traduction littérale.  
  
     A droite, le texte intégralement en                                          
 allemand qui en a été tiré, et publié à
Hanovre en 1646.

                                
                                                 
1. In dulci jubilo                                                  
         Dans une douce joie
    Jauchzt all und singet so:   
         Réjouissez-vous et chantez ainsi :
    Unsers Herzens Wonne
         La joie de nos âmes
    Leit in praesepio
         Est couché dans la crèche   
    Und leuchtet als die Sonne
         Et brille comme un soleil
    Matris in gremio.
         Dans le sein de sa mère.
    Alpha es et O, Alpha es et O!
         Tu es l’Alpha et l’O(méga), tu es l’Alpha et l’O(méga)!

                           1. Nun singet und seid froh!
                                     Chantez maintenant et soyez heureux!
                               Jauchzt all und saget so:
                                     Réjouissez-vous et chantez ainsi :
                               Unsers Herzens Wonne
                                     La joie de nos âmes
                               Liegt in der Krippe bloss
                                     Est couché nu dans la crèche
                               Und leuchtet als die Sonne
                                     Et brille comme le soleil
                                In seiner Mutter Schoss.
                                     Dans le sein de sa mère.      
                                Du bist A und O, Du bist A und O
                                     Tu es l’A(lpha) et l’O(méga).   bis

2. O Jesu parvule,
         O Jésus, petit enfant,
    Nach dir ist mir so weh ;
         Je languis après toi
    Tröst mir mein Gemüte,
         Console mon âme,
    O puer optime,
         O enfant très bon,
    Durch alle deine Güte,
         Par toute ta bonté,
    O Princeps gloriae.
         O Prince de gloire.
    Trahe me post te, trahe me post te!
         Entraîne-moi après toi, Entraîne-moi après toi !

                            2.  Sohn Gottes in der Höh,
                                      Fils de Dieu dans les cieux,
                                 Nach dir ist mir so weh;
                                      Je me languis de toi;
                                 Tröst mir mein Gemüte,
                                      Console mon âme,
                                 O Kindlein zart und rein,
                                      Enfant tendre et pur,
                                 Durch alle deine Güte
                                      Par toute ta bonté,
                                 O Liebste Jesulein.
                                      O très aimant petit Jésus.
                                 Zeuch mich hin nach dir!   bis
                                      Entraîne-moi après toi!

3. O Patris caritas,
         O bonté du Père,
    O Nati lenitas !
         O douceur du Fils (né) !
    Wir warn all verdorben
         Nous aurions tous été perdus
    Per nostra crimina,
         A cause de nos crimes,
    So hat er uns erworben
         Alors il nous a procuré
    Coelorum gaudia.
         Les joies des cieux.
    Eia, wärn wir da, Eia, wärn wir da!
         Ah, si nous y* étions, ah, si nous y étions !
                             (* au ciel )

                           3. Gross ist desVaters Huld,
                                    Grande est la bonté du Père,
                               Der Sohn tilgt unsre Schuld.
                                    Le Fils détruit notre faute.
                               Wir warn all verdorben
                                    Nous étions tous abîmés
                               Durch Sünd und Eitelkeit,
                                    Par le péché et la vanité,
                               So hat er uns erworben
                                    Alors il nous a acquis
                               Die ewig Himmelsfreud.
                                    L’éternelle joie céleste.
                               Eia, wärn wir da!   bis
                                    Ah, si nous pouvions y* être ! bis
                                                               (*au ciel)

4. Ubi sunt gaudia ?
          Où sont ces joies ?
    -- Nirgend mehr denn da,
          Nulle part que là
    da die Engel singen
          Où les anges chantent
    -- Nova cantica  
          Des chants nouveaux,
    -- Und die Schellen klingen
          Et où les clochettes tintent
    In regis curia.
           Dans la cour du roi.
    Eia, wärn wir da!  bis
           Ah, si nous pouvions y* être !

                         (* dans cette cour )

                           4. Wo ist der Freuden Ort ?
                                    Où est le lieu de la joie?
                               Sonst nirgend mehr denn dort,
                                    Nulle part que là-bas *
                               Da die Engel singen
                                    Où les anges chantent
                               Zusamt den Heilgen all      
                                    Ensemble avec tous les saints,
                               Und wo die Psalmen klingen
                                    Et où les Psaumes retentissent
                               Im hohen Himmelssaal.
                                    Dans la salle du ciel, en haut.
                               Eia, wärn wir da !   bis
                                    Ah, si nous pouvions y* être !

                                      (* dort: dans le ciel, par
                                        opposition à « hier », ici, sur terre)


B. La structuration du texte

   
1°   Le texte latin-allemand se chante très bien. Cela ne fait pas de difficulté. D’autres chants de ce type existaient. Aujourd’hui encore, il est chanté dans cette forme, surtout à plusieurs voix.

2°   Martin Luther l’a introduit sous cette forme mixte dans son livre de cantiques de 1545 de Wittenberg, connu sous le nom de « Livre de cantiques de Bapst ». Il a seulement interverti les deux dernières strophes. Il voulait en effet donner plus de logique au développement du texte :
                  1ère strophe  :  La joie de la contemplation du Christ enfant
                  2ème strophe :  L’invocation au Christ à nous consoler
                  3ème strophe :  L’œuvre de salut du Père et du Fils 
                  4ème strophe :  L’aspiration à entrer dans le ciel du Fils

        C’est sous cette forme inversée que l’on chante aujourd’hui la forme latino-allemande.

3°   Le texte latin-allemand a connu des variations, comme tous les textes de caractère populaire à la fin du Moyen-Age. Ce qui produit aussi des variantes dans la forme allemande. En particulier, on trouve des différences entre les livres catholiques et les protestants.

        Une intéressante variante est mariologique, dans un chant qui modifie deux strophes :

La strophe 2 : « Durch deiner Mutter Güte », par la bonté de ta mère, au lieu de « durch alle deine Güte », par toute ta bonté.

La strophe 3 :        Mater et filia
                                   Mère et fille
                              Ist Jungfrau Maria !
                                   Est la Vierge Marie!
                              Wir warn all verdorben
                                   Nous étions tous abîmés
                              Per nostra crimina
                                   A cause de nos crimes
                              So hat sie uns erworben
                                    Alors elle nous a acquis
                              Coelorum gaudia.
                                    Les joies célestes.
                              Quanta gracia!   bis
                                    Quelle grande grâce !   bis

        La strophe est complètement détournée en direction de la Vierge Marie. Sans parler de la poétique lourde du texte.

L’emploi du texte

        Le texte est très simple, mais biblique et expressif. Il se place bien après la lecture de l’évangile, ou en deuxième cantique, avant la prédication. De même, il achève très bien la prédication, si celle-ci porte sur la joie du Christ, sur le salut par lui opéré et sur le désir qu’il nous prenne en lui.

        Il est aussi très bien reçu par les enfants. Si on pense que la forme mixte latin-français leur est trop difficile, on emploiera la forme simple.


C.     Le Quempas


A  Structuration du Quempas

       Il existe en Allemagne une combinaison de deux ou même trois cantiques, réunis autour du thème des bergers à la crèche, qu’on appelle le « Quempas », abréviation de « Quem pastores laudavere », Celui que les bergers ont adoré.

        EG 29 : L’une de ces combinaisons se trouve dans EG 29. Elle combine 3 chants

        a. Den die Hirten lobten sehre     (Quem pastores laudavere) 15eS., Matth. Ludecus, 1589
        b. Heut sein die lieben Engelein  (Nunc angelorum gloria)    14e S., Nik. Hermann, 1560
        c. Gottes Sohn ist Mensch geborn (Magnum Nomen Domini) 9e S., Valent. Triller 1589     

        Spitta 365 : Une autre combinaison, plus facile d’exécution, a été proposée par Friedrich Spitta, dans son livre de cantiques de 1914, Spitta 365. Celle-ci réunit « Kommt und lasst uns Christum ehren », de Paul Gerhardt RA 36, EG 39, et « Nun singet und seid froh », la forme entièrement allemande de « In dulci jubilo », RA 38, EG 35. Cette forme du Quemps a connu un grand succès.

        LP 109 : Charles Dombre, en 1935, avait repris cette combinaison dans son cantique « Roi des êtres et des choses », paru dans Louange et Prière, sous le n° 109. Ce chef-d’œuvre a été malheureusement éliminé de NCTC et des recueils suivants, privant les fêtes de Noël d’un excellent chant.

        Georges Pfalzgraf a repris la combinaison de Spitta, et l’a traduite en français. On la trouvera sur ce site, sous le titre :

Chorals en français :  LE QUEM PAS,

ainsi que sur son site :  www. chorals en français.com

         Yves Kéler :   j’ai repris cette tradition du Quempas, en repartant du texte latin pour la première partie : « Quem pastores laudavere », Celui que les bergers ont loué. Voir sur ce site sous :

« Christ, qui reçut la louange »,

ou sous le titre : Le QUEMPAS


B    Exécution du Quempas

Deux possibilité existent :

1. l’alternance de deux groupes :  soit  Chorale I - Chorale II

                                                      soit  Chorale   -  Assemblée,

                                                              la chorale chantant I, unisono ou à plusieurs voix
                                                              l’assemblée chantant II, unisono

2. l’alternance d’un chœur I, divisé en 4 groupes, et d’une Chorale II
                   
                   ou d’un chœur I, divisé en 4 groupes, et de l’assemblée.

                   Les 4 groupes se placent aux quatre coins de l’église, et se répondent en croix ; le Chœur II ou l’assemblée sont au milieu :

 

Visiteurs en ligne

102872
Aujourd'huiAujourd'hui203
HierHier218
Cette semaineCette semaine1735
Ce moisCe mois5086
Tous les joursTous les jours1028729
Template by JoomlaShine