« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

NOËL

           L’ENFANT NAÎT SUR LA TERRE to
                  Ein Kind ist uns geboren

          Mélodie : Valet will ich dir geben
                          Du meine Seele, singe

1. L’enfant naît sur la terre,
    Fils d’homme et Fils de Dieu !
    Accueillez sa lumière,
    Chrétiens, soyez joyeux !
    A Bethléem l’étable
    Reçoit ce beau Sauveur,
    Auquel nul n’est semblable :
    Aimez ce grand Seigneur !

2. Les bergers clair entendent
    Les anges saints chanter.
    Les mages-rois attendent,
    De myrrhe et d’or chargés.
    Ils posent leurs couronnes,
    Leur encens, à ses pieds.
    L’adoration résonne :
    « Par Christ Dieu soit loué ! »

3. Viens, comble de tes grâces,
    Jésus, cette maison.                (ou : notre)
    Mort, maladie, s’effacent,
    Le feu, la déraison.
    Fais que la paix grandisse
    Sans crainte et dans l’amour.
    Prends-nous à ton service,
    Aujourd’hui pour toujours.
   
   
         Texte :          Ein Kind ist uns geboren,
                              das Gott und Mensch zugleich
                              d’un Jeu de Noël de  Kolbnitz
                              bei Jauer, Basse Silésie
                              auteur non indiqué
                              fr. :  Yves Kéler 27/5/2010
   
         Mélodie        originale non indiquée
                              Proposée : Valet will ich dir geben
                              Melchior Teschner 1584-1635
                              né à Fraustadt (Silésie), Kantor à Frazustadt,
                              pasteur de la paroisse voisine d’Oberpritschen,
                              où il mourut en 1635.
                              Mélodie 1614 pour chant acrostiche du même nom de
                              Valerius Herberger 1614
                              RA 483, EG 523
                              frs :  Jésus sort de la tombe
                              LP 144, NCTC 203, ARC 483, ALL 34/11


Le texte

        Ce chant provient d’un jeu de Noël pratiqué jusqu’au 20e Siècle à Kolbnitz, sur la Jauer, en Basse Silésie. Il a été noté par Karl Weinhold, Weihnachtsspiele und –lieder aus Süddeutscland und Schlesien. 1880, Berlin – Jeux et chants de Noël de’Etats-Unis du Sud et de Silésie. La plupart des jeux de Noël relevés dans ce livre proviennent de villages catholiques. Les Jésuites, dans leur politique de Contre-Réforme, ont beaucoup favorisé ces jeux, et en ont même composé pour les paroisses, pour mettre en scène le salut, selon la tradition spectaculaire du baroque. (Cela explique les parties non bibliques qu’on peut rencontrer dans ces chants, destinées au caractère théâtral du récit.)

        L’incipit allemand du chant renvoie à Esaïe 9 : « Un enfant nous est né », et le 2e vers cite le Credo de Nicée-Constantinople, « homme et Dieu ensemble ». Les deux premières strophes condensent en 4 + 2 = 6 vers la naissance du Christ, les bergers et le chant des anges, et accordent 6 vers aux mages. La 3e strophe est une prière au Christ pour « cette maison –dieses Haus » : Il s’agit probablement de l’église, dans laquelle les fidèles sont réunis. L’expression « dieses Haus » est courante dans ce sens en Etats-Unis. Si on chante le chant à la maison, on pensera à celle qu’on habite. La deuxième partie de la prière demande la paix.
   
   
Texte original, orthographie originale

Ein Kind ist uns geboren,
das Gott und Mensch zugleich;
Eröfnet Herz und Oren,
Ihr Kristen freuet euch !                  
Zu Bethlehem im Stalle
kert unser Heiland ein,       (kehrt)
zum Tröste für uns alle :
geliebet will er sein.

Die Hirten hören singen
die frohe Engelschar ;
gekrönte Fürsten bringen
Gold Weihrauch Myrrhen dar.
Sie legen Herz und Krone
zu Jesu Fußen hin,
sie sehn in Davids Sone     (Sohne)
Gott Selbsten, preiset ihn !

Erfüll mit deinen Gnaden,
Herr Jesu, dieses Haus,
Tod Krankheit Selenschaden
Brand Unglück treib hinauß!       
Lass hier den Friedea grünen,   
verbanne Zank und Streit,
 ass wir dir frölich dienen
jetzt und in Ewigkeit

Kolbniz bei Jauer in Schlesien.

 

Visiteurs en ligne

102905
Aujourd'huiAujourd'hui27
HierHier251
Cette semaineCette semaine278
Ce moisCe mois5411
Tous les joursTous les jours1029054
Template by JoomlaShine