« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

REPENTANCE

  

       MALHEUR A MOI, CAR J’AI SOUVENT tt
         
Weh mir ! dass ich so oft und viel

                 Johannes Heermann 1585-1647

       Mélodie : Es ist das Heil uns kommen her

                      Es ist gewisslich an der Zeit

 

A.   le constat de mon péché

 

1. Malheur à moi, car j’ai souvent,             MOI

    Comme un sourd ou aveugle,            Esaïe 42/18

    Péché sans grand discernement         Sophonie 1/17

    Envers Dieu à toute heure,

    Lui qui m’avait montré l’amour

    Qu’il me portait au long des jours,

    M’aimant par pure grâce.

 

2. Malheur à moi, car j’ai fermé                 MOI

    Mon cœur au Dieu de grâce,

    Alors qu’il m’a tant protégé

    Et assuré ma place.

    Mais j’ai commis tant de péchés,

    Oublié toutes ses bontés,

    Au lieu de rendre gloire.

 

                          *

 

3. Le cœur, l’esprit, m’ont convaincu,         MOI

    Je dois le reconnaître :

    Je ne suis qu’un pécheur perdu,

    Que pourrais-je être d’autre ?

    Je te regarde, mon Sauveur,

    Avec espoir, malgré ma peur,

    Car tu viens à mon aide.

 

4. Pourtant, si grand est mon péché,          MOI

    Nombreuses mes offenses.                 Ps. 130/ 3, 4, 7

    Ta grâce est bien plus élevée              selon Luther

    Que ce que l’homme pense.

    Aussi grand que tu es, grand Dieu,           TU

    Si grande est aussi sous les cieux       Ps. 103/11-12

    Ta grâce, ta tendresse.

 

B.   la grâce de Dieu  

 

5. Jamais tu ne l’as refusée                          TU

    Depuis qu’il y a la terre.

    Qui se remet à ta bonté

    Vite est tiré d’affaire.

    En toi, mon Dieu, je me confie,

    J’implore, espère et je te prie :

    Accorde-moi ta grâce !

 

6. Je songe aux mots qui sont sortis             MOI

    Seigneur Dieu, de ta  bouche,                    TU

    Paroles qui me rassasient,

    Promesses qui me touchent :

    « O homme, tu as rejeté

    Honneur, devoir, fidélité,

    Et approuvé les autres.                    Ps 1/1       

 

7. Mais viens, regrette tes méfaits,                 TU

    Et tous tes faux langages,

    Alors je te pardonnerai,

    Les torts où tu t’engages. »

    Mon Dieu, je veux te prendre au mot :     MOI

    Je crois, je viens tout aussitôt,

    Sachant que tu m’accueilles !

 

C.   description du pécheur 

 

8. Je suis cette âme qui courait,                    MOI

    Quand m’appelaient les autres,

    Et loin de toi qui s’enfonçait

    Dans la boue de ses fautes.,

    Suivant ma pente et mes désirs

    Qui ont causé ton déplaisir

    Et qui au vent s’envolent.

 

9. Je suis semblable à l’avorton                   MOI

    Qui de toi se détourne,                     I Cor. 15/8

    Perd héritage et succession              Le fils prodigue

    Et dans le mal s’enfourne.               Luc. 15/11, 31

    J’ai rejeté le pain de vie,

    Et désiré comme la truie                 

    Me nourrir de caroubes !                 Luc 15/16 

 

                          *

 

10. Souvent je me suis révolté,                    MOI

      Selon mon caractère.

      J’ai satisfait ma volonté,

      Fait ce que j’ai vu faire.

      J’ai méprisé le plus haut bien,

      Perdu mon temps avec des riens

      Auxquels le cœur s’attache.

 

11. Je devrais donc, et pauvre et nu,            MOI

      Mourir dans ma misère

      Et ainsi ne retrouver plus

      Ton sein aimant de Père.                 fils prodigue

      Mon âme irait après ma mort

      Dans les enfers, sinistre sort !        Matth. 5/23, 29

      Et la mort éternelle.                        Apoc 21/8 


C.   prière

 

12. Mais par ta grâce je te prie,                    MOI 

      Oublie, Dieu, mes offenses ;

      Ce que j’ai fait durant ma vie,

      Loin dans la mer le lance !             Michée 7/18  

      O Dieu très bon, je te supplie,

      Pardonne-moi par Jésus-Christ

      Tous mes péchés et fautes.

 

     

         Texte        Weh mir, dass ich so oft und viel

                          Johannes Heerman 1585-1647

                          Devota musica cordis 1630

                          fr. : Yves Kéler 8.11.2013 Bischwiller

   

         Mélodie    Es ist gewisslich an der Zeit

                          15e S., Wittenberg 1529, 1533

                          mélodie du Dies irae

                          RA 427, EG 149

                          fr. : Devant ta crèche tu me vois

                                 LP 100, NCTC 175, ARC 370, ALL32/09

   

         Mélodie    Es ist das Heil uns kommen her

                          Mayence 1390, Nuremberg 1523/24

                          RA 176, EKG 242, EG 342   

   

   

Le texte    

   

        Ce chant est une méditation de l’état du pécheur et de la grâce de Dieu qui justifie celui-ci. Il se divise en 4 grandes parties :

 

Le MOI et le TU, les groupes de 2 strophes

 

  1.  le constat que je suis pécheur 
  2.  la grâce de Dieu est plus forte que le péché de l’homme 
  3.  la description de l’état du pécheur.
  4.  la prière finale

 

La 1ère partie est dominée par le Moi : Je…                4 strophes

La 2e   partie   «       «         «  le  Tu, qui est Dieu       3

La 3e   partie   «       «         «  le Moi : Je ;;;                4

La 4e   partie   «       «         «  le Moi : Je…                 1

                                                                          Total  12 strophes

 

        Heermann groupe les strophes par 2, selon le sens. Parfois, le groupe comprend 3 strophes, comme ici les strophes 5- 6 – 7 consacrées au TU de Dieu. Parfois une strophe unique de début, formant introduction, ou de fin, formant conclusion. Ici c’est le cas pour la strophe finale qui est une prière.

 

        Cette importance du Moi est caractéristique du pré-piétisme, qui marque l’expression de la foi au début du 16e siècle. On retrouve cette forme chez Paul Gerhardt, qui publie ses chant de 1643 et 1648 à 1661. Chez lui l’alternance du MOI et du TU est courante. De même les groupes de 2 strophes sont une constante de Gerhardt.

 

        Les deux auteurs se suivent, Heermann mourant en 1647, quand Gerhardt démarre la publication de ses chants en 1643. La proximité de leurs styles est évidente.

 

Les références bibliques

 

        Luc 15 : Heermann exploite la parabole du fils prodigue dans l’évangile de Luc. Elle est un des leit-motiv : sa citation revient 3 fois, dans la partie 3 description du pécheur.

 

        Psaume 130 : La strophe 4 développe l’antithèse entre la grandeur du péché et la grandeur de la grâce de Dieu, et reprend 5 fois le mot grand. Il cite le Psaume 130, verset 3-4, pas dans son texte biblique mais dans celle de Martin Luther : « Ob bei uns ist der Sünde viel, Bei Gott ist viel mehr Gnade – Si chez les péchés sont nombreux, Chez Dieu il y a bien plus de grâce. » 

 

        Quelques autres passages bibliques, tels celui de la géhenne de Matthieu 5 et de l’étang de feu d’Apocalypse 21, et celui du péché jeté dans la mer de Michée 7/18 complètent références

 

La mélodie

 

        Je n’ai pas trouvé quelle mélodie est retenue par Heermann. Il semble que plusieurs propositions soient faites selon les livres : 

 

        « Es ist gewisslich an der Zeit », datée de 1529, qui est celle du Dies irae protestant de 1565, que certains attribuent à Luther. Cette mélodie porte le message du jugement dernier des pécheurs. Cette mélodie est plus retenue, il faut la chanter énergiquement et avec allant, sinon elle devient plaintive.

 

         « Es ist das Heil uns kommen her », de Nuremberg 1523, pour le texte éponyme de Speratus de 1523. Cette mélodie porte le thème de la justification par la grâce seule et par la foi. La « seule grâce - lauter Gnade » est mentionnée dès la 1ère strophe de Heermann. Cette mélodie est dynamique et plus ferme que la précédente.

Texte original

 

A.   Feststellung des Sünderstand

 

1. Weh mir ! dass ich so oft und viel,          ICH

    Als wär ich ganz verblendet,              Jesaja 42/18

    Gesündigt ohne Maas uns Ziel,          Zephania 1/17

    Von Gott mich abgewendet.

    Der doch nichts als lauter Gnad

    Und Wohltat stets erwiesen hat

    In meinem ganzen Leben.

 

2. Weh mir! Dass ich für (vor) meinem Gott    ICH

    Mein Herz so fest verschlossen;

    Des Schutz und Trost in meiner Not

    Ich doch allzeit genossen!

    Viel Missetat hab ich vollbracht;

    Des Herren Guttat nicht bedacht,

    Mutwillig sie vergessen.

 

3. Mich überzeuget Herz und Sinn,               ICH

    Und ich muss frei bekennen,

    Dass ich ein grosser Sünder bin,

    Darf mich nicht anders nennen.

    Doch schau ich dich, mein Heiland, a

    Mit nichten ich verzweifeln kann,

    Du kannst und wirst mir helfen.

 

4. Gross ist zwar meine Missetat,                 ICH

    Sehr viel ist meiner Sünden;              Psalm 130/3, 4, 7

    Doch ist weit grösser deine Gnad,    nach Luthers Lied

    Kein Mensch kann sie ergründen.

    So gross, o grosser Gott, du bist,               DU 

    So gross ist auch zu aller Frist

    Bei dir die Gnad und Güte.

 

B.    Die Gnade Gottes

 

5. Die hast du keinem je versagt,                    DU

    So lang die Welt gestanden.

    Wer dir vertaut und nicht versagt,

    Wird nimmermehr zuschanden.

    Ich bitt, ich fleh, ich ruf und schrei,          ICH

    Ich hoff auf deine Gnad und Treu;

    Ach, lass mich Gnade finden.

 

6. Jetzt denk ich, welch ein teures Wort         ICH

    Aus deinem Mund gegangen,                     DU

    Dass mich erquickt ; dann du, mein Hort,

    Sprichst selber voll Verlangen:

    « Du hast, o Mensch, zwar Pflicht und Treu

    Hintan gesetzt, und ohne Scheu

    Mit andern zugestanden.                   Ps. 1/1

 

7. Doch komm, bereu, was du getan,              DU         

    Lass fremdes Buhlen fahren;

    So nehm ich dich dann wieder an,

    Und will dein Herz bewahren. »

    Bei diesem Worte fass ich dich,                 ICH

    Ich komm, und glaube festiglich,

    Du wirst mich auch annehmen.

 

C.    Beschreibung des Sünders

 

8. Dann (Denn) ich bin eben diese Seel,        ICH

    Die andern nachgesprungen,

    Und sich von dir, Immanuel,

    In allem Schlamm gedrungen.

    Ich habe Freude, Lust gesucht,

    Die nicht erfreut, die du verflucht,

    Die wie ein Rauch verschwindet.

 

9. Ich bin das ungeratne Kind                        ICH

    Das sich von dir gewendet,                 I Kor. 15/8

    Und mit dem frechen Weltgesind       der verlorene Sohn

    Sein Erbteil hat verschwendet.           Lukas 15/11, 31

    Dich, als das Lebensbrot, dabei 

    Hintan gesetzt und wie die Säu

    Nach Träbern sich gesehnet.               Lukas 15/16

 

10. Ich habe dir oft widerstrebt                      ICH

      Gefolget meinem Willen ;

      Den bösen Lüsten nachgelebt,

      Dass ich sie möchte erfüllen.

      Das höchste Gut hab ich veracht,

      Auf das, was zeitlich ist veracht,

      Mein Herz daran gehänget.

 

11. Deswegen müsst ich nackt und bloss       ICH

      In meinem Elend sterben;

      Ich könnte meine Vaters Schoss          der verlorene Sohn

      Nicht durch mich selbst erwerben.      Lukas 15

      Die Seele müsste nach dem Tod

      In Höllenangst, in Pein und Not,

      Die ewig quälet, büssen.

 

D.    Gebet

 

12. Allein, ich bitte dich um Gnad,                ICH

      Du wollst nicht mehr gedenken,

      Was ich verübt für Freveltat,

      Ins Meer wollst du sie senken.            Micha 7/18

      Ich bitte dich durch Christi Huld,

      Schank mir der Sünden Straf und Schuld,

      Gib mir ein neues Herze.

           

Visiteurs en ligne

993079
Aujourd'huiAujourd'hui9
HierHier320
Cette semaineCette semaine9
Ce moisCe mois7604
Tous les joursTous les jours993079
Template by JoomlaShine