« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

CONFESSION DE LA FOI
TRINITE


         JE CROIS AU PERE TOUT-PUISSANT
              Ich glaub an den Allmächtgen Gott

                     Sebaldus Heyden 1545

          Mélodie : Vater unser im Himmelreich

                  Le Père

1. Je crois au Père tout-puissant,
    Dieu, qui créa le firmament,                    Genèse 1/7
    Par sa parole terre et ciel,                                  1/1
    Et dans son amour éternel
    Nous a donné l’âme et le corps,                 Luther, Commentaire
    Et son Fils Jésus-Christ encor.                     du Petit Catéchisme

                  Le Fils   

2. Je crois en Jésus-Christ, Seigneur,
    Qui s’est fait notre Rédempteur,
    Fils éternel du Dieu des cieux,                   Nicée-Constantinople
    Qui créa tout en tous les lieux.                   Jean 1/2
    Il vint vers nous pour nous sauver
    Et prit sur lui tous nos péchés.

3. Qui, comme Gabriel l’a dit
    Est conçu par le Saint-Esprit,
    Et né de la Vierge Marie,
    Vrai homme et Dieu, puissant Messie.     Nicée-Constantinople
    Par l’évangile a annoncé
    Que Dieu nous a tous tant aimés.              Jean 3/16

4. Sur une croix s'est sacrifié   
    Pour nous sauver de nos péchés,             Nicée-Constantinople
    Et sous Pilate il a souffert,
    Son cœur fut percé par le fer,
    Il a changé tout notre sort
    Par son sang et sa triste mort.

5. Mis au tombeau après sa mort,
    Il descendit dans les enfers,
    Brisa la force de Satan
    Et le rendit tout impuissant :
    Il ne nuira plus aux chrétiens,
    Christ l’a vaincu pour tous les siens.          Apocalypse 17/14

6. Après trois jours ressuscité   
    Du sépulcre, il a triomphé.
    Ensuite il est monté au ciel,
    Reçut le pouvoir éternel.
    Il siège à droite du grand Dieu,
    Il intercède en ces hauts lieux.

7. De là un jour il reviendra,   
    Avec puissance il trônera,                           Matthieu 25/31  
    Jugeant les morts et les vivants,
    Tant les impies que les croyants.
    Aux uns sera la joie du ciel,
    Aux autres l’enfer éternel.

                  Le Saint-Esprit

8. Je crois en Dieu le Saint-Esprit,
    Issu du Père, issu du Fils.                            Nicée-Constantinople
    Par les prophète(s) il a prédit
    Et fait connaître Jésus-Christ,                      Luther, Petit catéchisme
    Et il témoigne à notre esprit                      Matt 10/20, I Pierre 1/10-11
    Que pour Dieu nous avons du prix

9. Je crois l’Eglise sainte unie                        Nicée-Constantinople
    Dont le Seigneur est Jésus-Christ,
    Qui au milieu d’elle est présent
    Par sa Parole et Sacrements ;
    Qui par la communion des saints
    Donne à tous ses dons et ses biens.

10. Je crois aussi que nos péchés
      En Jésus-Christ sont pardonnés,
      Qui par son sang nous a lavés
      En lui et nous a baptisés,                            Nicée-Constantinople
      Par la foi nous a purifiés
      Et avec Dieu réconciliés.

11. Je crois que dans la mort le corps
      Ne reste pas toujours et sort,
      Ressuscité et glorieux,
      Va au Royaume dans les cieux,
      Où près de Dieu, en vérité,
      Nous vivrons pour l’éternité.

                  Conclusion      

12. Qui dans son cœur tient cette foi
      Entre avec Christ dans la vraie joie.
      Il est enclin à bien agir
      Aujourd’hui et à l’avenir.
      Exauce-nous, Seigneur Jésus,
      Toi, source de la foi. Amen.
     
   
         Texte        Ich glaub an den allmächtgen Gott
                          Sebaldus Heyden, 1545
                          chez Wackernagel I
                          Das deutsche Kirchenlied, Nr 431, S. 347
                          „Der Christlich Glaub,
                          in Gesang weiss gestelt, Durch Sebaldum Heyden.
                          Im thon des Vater unser D. Lutheri. 1545
                          fr. :  Yves Kéler 1.12.2013 Bischwiller
   
  Le texte

Le « Vater unser im Himmelreich » de Luther

        Sebaldus Heyden reprend pour le Credo la méthode de la paraphrase que Luther avait employée pour le Notre Père dans son « Vater unser im Himmelreich. » Preuve en est qu’il emploie précisément la mélodie de ce chant pour le faire. Sebaldus fait sentir au fidèle le rapport étroit entre les deux chants.

        L’auteur suit principalement le Symbole des Apôtres, dans lequel il fait entrer trois sortes d’extensions : des paroles du Symbole de Nicée, des paroles bibliques et des commentaires du Petit catéchisme de Luther. Là encore il suit le modèle de Luther qui, dans son Notre Père, développe les demandes de la prière par des commentaires bibliques.

        J’ai fait apparaître en marge les différentes sources des extensions.

        Amen : à la fin, j’ai intégré l’Amen dans le dernier vers. Celui-ci est prononcé à la fin du Credo, parlé ou chanté. Luther fait une strophe entière sur l’Amen du Notre Père. Sebaldus Heyden fait peut-être chanter l’Amen après la fin du chant. Dans Wackernagel, cela n’est pas signalé. C’est pourquoi j’ai procédé ainsi, pour que l’Amen final ne soit pas omis.

Texte original

                          dans l’orthographe originale,
                          extrait de
                          Philipp Wackernagel I
                          Das deutsche Kirchenlied, 1841
                          Nr 431, S. 347
                          « Der Christlich Glaub,
                          in Gesang weiss gestelt, Durch Sebaldum Heyden.
                          Im thon des Vater unser D. Lutheri. 1545 »


1. Ich glaub an den allmächtgen Got,
    den Vatter, der erschaffen hat
    Durch sein wort hymel und die erdt,
    des Gnad uber uns ewig werdt,
        Der uns leyb, seel, und nahrung gibt
    Und uns umb seins Suns willen libt.

2. Ich glaub an den Herrn Jesum Christ,
    der Gottes eyniger Sun ist,
    Vom Vatter ewig her geborn,
    durch den all ding geschafft sein wordn,
    Der uns zum heyl vom hymel kam
    Und all unser sünd auff sich nam.

3. Der, wie durch Gabriel geweyst,
    entpfangen von dem heylign Geyst,
    Auss Maria der Juckfrau zart,
    Christ, Gott und Mensch geboren ward
        Und uns durchs Evangelion
    Seins Vatters Name kundt hat thon.

4. Der sich für unser missethat
    an dem Creutz auffgeopfert hat
    Unter Pilato mit gedult,
    das er bezalet unser schuld
        Unnd uns erlöst auss aller not
    Durch sein blut und schmelichen todt.

5. Gestorben und gelegt ins grab,
    gestygen inn die Hell hinab,
    Des Teuffels werck und gwalt zustört
    Und ihn mit ketten bunden hert,
    Das er nun nicht mehr schaden kan
    Den, die Christum gehören an.

6. Am dritten tag vom todt erstandt,
    den er auch gwaltig uberwandt,
    Und danach auff gen hymel stig
    Gantz herrlich mit erlangtem Syg,
        Sitzt zur rechten des Vatters sein,
    vertrit und schützt die Christlich gmeyn.

7. Von dann er wieder künfftig ist
    mit grossem gwalt zur letzten frist,
    Zu richten das gantz menschlich gschlecht,
    Yedem sein lohn zu geben recht,
        Den Glaubigen des hymels freud,
    den Gottlosen der Hellen leyd.

8. Ich glaub an Got den heylign Geyst,
    der uns die Götlich warheyt weyst,
    Der vom Vatter und Sun aussgeht
    Und durch Propheten hat geredt,
        Der unserm Geyst auch zeugnuss gibt,
    das Gott uns als die Kinder liebt.

9. Ich glaub ein Christiche Gemeyn,
    inn der Christus das haubt will sein,
    Bey der er bleibt biss an das endt
    Durch sein wort und die Sakrament,
    Welche durch in Gemeinschafft hat
    Aller geystliche gab und gnad.

10. Ich glaub auch, das all unser sünd
      uns durch Christum vergeben sind,
      Die wir durch sein fron blut erkauft
      Und in seinem Namen getaufft
          Mit Gott wider versöhnet sein
      Und durch den glauben werden rein.

11. Ich glaub, das der verstorbne leyb
      nicht allzeyt in dem todt beleyb,
      Sonder werdt wider ayffesrtehn
      Und inn das awig leben gehen,
          Da wir bey Gott in ewigkeyt
      mit Christo werden haben frewd.

12. Wer diesen glauben warlich hat,
      der steht gewiss in Gottes gnad
      Und wirdt zu guten wercken seyn
      Inn lieb und geduld willig sein.
        Das gib uns, O Herr Jesu Chrizst,
        der du solchs glaubens grunfest bist!
   
   
   
   
   
   
 
 
 

Visiteurs en ligne

121538
Aujourd'huiAujourd'hui131
HierHier298
Cette semaineCette semaine1629
Ce moisCe mois7245
Tous les joursTous les jours1215381
Template by JoomlaShine