« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 
FIN DES TEMPS
DIMANCHE DE L’ETERNITE
DERNIER DIMANCHE DE L’ANNEE ECCLESISTIQUE




      LE JUGE DE LA FIN DU MONDE VA PARAÎTRE tt
   Der Richter aller Welt der wird herein bald brechen

               Pour le 2e dimanche de l’Avent

                        Johann Heermann

         Mélodie : O Gott, du frommer Gott I & II



                                                      Luc
1. Le juge de la fin
    du monde va paraître !                 21/27
    Au dernier jour il vient
    briser ses adversaires.   
    Toi, veille donc et prie,
    si tu veux subsister
    Et avec Jésus-Christ
    pouvoir ressusciter.

2. Bientôt le dernier jour
    arrive : heureux qui veille,           21/34-36
    Qui se repent toujours,
    attendant la nouvelle.
    Si le jour du SEIGNEUR
    surprend impréparé                      21/23 
    L’humble et pauvre pécheur,
    il sera condamné !

3. Or les temps sont troublés,           21/22
    le mal partout s’aggrave.
    Les gens sont accablés
    de crainte et de maux graves.       21/ 23, 26
    O viens, SEIGNEUR Jésus,         Prière finale
    au monde mets la fin.
    Fais un nouveau début
    dans ton royaume enfin.
   
   
        Texte         Der Richter aller Welt 1644
                             Der wird herein bald brechen
                          Johann Heermann 1585-1647  
                          dans Exercitium pietatis 1644
                          2e dimanche de l’Avent
                          fr. :  Yves Kéler 5.11.2013 Bisdchwiller
   
         Mélodie    O Gott, du frommer Gott II
                          Regensburg (Ratisbonne)1675,
                          Meinigen 1693, 1854
                          RA 384, EKG 383, EG
                          fr. :  Je suivrai Jésus-Christ
                                 LP 253, ALL 44/10

                          O Gott, du frommer Gott I
                          Braunschweig 1648
                          RA dest, EKG 383, EG 495
                          fr. : Je veux répondre ô Dieu
                          LP 246
   
   
Le texte    

        Ce chant fait partie des chants courts, qu’on peut employer comme graduel avant ou après l’évangile, que Johann Heermann a réunis dans son « Exercitium pietatis – Exercice de la piété » de 1644.

        Ces chants ont de 2 à 3 strophes, parfois 4, et résument le thème de l’évangile et du dimanche. Ils sont caractérisés par l’emploi du nom de Jésus, et surtout de ses titres, qui sont imprimés en majuscules et mis ainsi en exergue. Par exemple ici « HERR Christ », qui revient à chaque strophe, soit 3 fois. Remarquez la graphie : « HERR » a 4 majuscules, et est en fait le titre de Dieu, le tétragramme, qui en allemand remplace « Iahvé », le nom de Dieu. Ce titre du Père est ici attribué au Fils, qui fait partie de la Trinité et dont chaque personne est « Seigneur », selon Nicée-Constantinople. En revanche, dans l’assemblage « HERR Christ », le Christ est en minuscules après le C, pour montrer que le « SEIGNEUR Christ » est soumis au « SEIGNEUR DIEU », qui reste le Père tout-puissant. La même graphie apparaît pour « HERR Jesu », avec la même intention.

        Le chant est prévu pour le 2e dimanche de l’Avent, en rapport avec la lecture l’évangile qui est Luc 21/25-33, un extrait de la « Petite apocalypse de Luc », qui annonce la fin du monde et appelle à la repentance. Heermann suit bien ces deux thèmes et on trouve les références bibliques tout au long du cantique. La strophe 3, 2e moitié, est une prière finale.

        Le chant forme un bon graduel à chanter avant ou après l’évangile.

        Les parties prévues pour la piété personnelle sont particulièrement développées. Elles encadrent le chant, au début et à la fin, et se placent entre les 3 strophes, ce qui fait 5 inclusions latines et allemandes. Celles ci sont partiellement reprises dans les strophes. Dans la 3e inclusion, après la strophe 2, Heermann emploie un mot extrêmement rare : « quatitundique », que Quinte Curce utilise dans sa « Vie d’Alexanndre. » Ce mot ne figure dans aucun dictionnaire accessible et je l’ai traduit pas « de toutes parts », qui est le sens de « undique », faute de mieux.


Texte original
 
     Adventus Christi cordi fert gaudia tristi
     L’Avent du Christ apporte des joies au cœur triste.
     O Seele, freue dich :   heut ist des Freuens Zeit,
     Dass Christus kommt und bringt   dir alle Seligkeit.
     Mon cœur, réjouis-toi,   le temps est arrivé
     Où Jésus vient à nous, afin de nous sauver.

            DOMINICA II. ADVENTUS
                Dimanche 2e de l’Avent

     Non procul est extrema dies, mundique ruina.
     Ante Deum ut possis stare precare Deum;
     Le jour dernier n’est pas très loin, ruine du monde.
     Si devant Dieu tu veux tenir, invoque Dieu.


1. Der Richter aller Welt 
    der wird herein bald brechen
    Mit seinem jüngsten Tag’ 
    und sich am Feinde rächen;
       Drum wach’ und bete du  
       dass du mögst wohl bestehn :
       Mit Christo deinem Herrn  
       zu seiner Freud eingehn.

    Improvisa dies venit ultima : vive paratus !
    Condemnat reprobos ad Styga, quando venit.
    Le dernier jour vient à l’improviste : vis et tiens-toi prêt !
    Il condamne les réprouvés à l’enfer, quand il vient.

2. Der jüngste Tag kommt bald.
    Wohl dem, der allzeit wachet.
    Durch wahre Busse sich
    bereit und fertig machet:
       Denn wen des HERREN Tag
       in Sünden überfällt,
       Dem wird zur Höllenqual
       das Urteil angemeldt.

    Anxietas homines quatitundique maxima : finem
    Fac ô fac reditu, mi pie Christe, tuo.
    L’angoisse est très forte chez les hommes de toutes parts :
    A ton retour, mets fin, oui fin, mon fidèle Christ. 

3. Die Zeit ist jetzt betrübt;
    wird auch von Tag und Tage
    Betrübter immerdar 
    von wegen vieler Plage.
       O Komm, HERR Jesu Christ, 
       mach’ aus der Welt ein End
       Und durch den grossen Tag 
       den grossen Jammer wend.
   
    Ecce ! venit Mundum qui judicat. Esto paratu(s)
    Voici, celui qui juge le monde vient: toi, tiens-toi prêt
    Der Richter kommt und will   recht richten alle Welt.
    Wohl jedermann, der sich   stets in Bereitschaft hält.
    Le juge vient, il veut   juger en vérité
    Heureux chacun qui veut  se tenir préparé.
   
   
   
   







Visiteurs en ligne

108500
Aujourd'huiAujourd'hui403
HierHier931
Cette semaineCette semaine2709
Ce moisCe mois9027
Tous les joursTous les jours1085006
Template by JoomlaShine