« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

JEUDI SAINT
7e DIM. APRES LA TRINITE


  

           QUAND JESUS-CHRIST, DURANT LA NUIT tt
                     Als Jesus Christus in der Nacht

            Mélodie : Ich dank dir schon durch deinen Sohn
                         Ach Gott und Herr
                         = O Roi des cieux



1. Quand Jésus-Christ, durant la nuit
Dans laquelle on le livre,
Voulut accorder tout le fruit
De sa mort, qui fait vivre,

2. Entre ses doigts il prit le pain,
Rompit et rendit grâces,
Et, le donnant de chaque main,
Il dit qu’ainsi l’on fasse :

3. « Prenez, mangez, voici mon corps,
Offert en sacrifice ;
Quand vous en mangerez, alors
Rappelez mon supplice ! »

4. De même il prit aussi le vin,
Eleva le calice :
« Prenez, buvez, tous et chacun,
Mon sang du sacrifice. »

5. « Il est pour vous, ce précieux sang,
Que je vous donne à boire.
Voyez, ce breuvage est vivant :
Qu’il vous conduise à croire ! »

6. « Mon sang vous lave du péché,
Vous l’ôte et vous délivre.
Chaque fois que vous en boirez,
Mon souvenir va vivre. »

7. Nous te disons, Jésus, merci
Pour tous tes dons, ta Cène ;
Fais que ton corps, ton sang aussi,
A la vie nous amènent.

 

Texte :

Als Jesus Christus in der Nacht
Johann Heermann 1585-1647
Evangelisch-protestantisches Gesangbuch
für Kirche und Haus, Konsistorium Speyer
Speyer 1859
Frs: Yves Kéler 18.12.2006

Mélodie :

Ich dank dir schon durch deinen Sohn
Bohême 1595, Michael Praetorius 1610
RA 236, EG 451

ou : Ach Gott und Herr
Leipzig 1625, 1638, Strasbourg 1851
RA 393, EG 233
fr. : O Roi des cieux LP 155,
Seigneur Jésus, Qui es venu
NCTC 213, ARC 490, ALL 34/30

 

Le texte

Ce chant est de Johann Heermann, qui fut le plus grand auteur protestant entre Martin Luther et Paul Gerhardt, un peu avant et durant la Guerre de Trente ans.

Il décrit en termes simples, mais profondément bibliques, en même temps que dans un style liturgique, l’Institution de la Cène par le Christ. Ce type de chant rappelle l’hymne de Saint Thomas d’Aquin : « Verbum Supernum prodiens ». Ces chants servaient au Jeudi saint, Fête de l’Institution de la Cène, ainsi qu’au 7e de la Trinité, pour le Mémorial de la Cène, ou encore au 2e après l’Epiphanie, consacré aux Noces de Cana et au rappel de la Cène. C’est à ces diverses fêtes qu’on peut les employer aujourd’hui, ainsi que comme chant préparatoire à la Cène à d’autres périodes.

Leur texte est aussi un rappel catéchétique, et peut être chanté lors d’un de ces dimanches catéchétiques, comme le 7e Trinité cité à l’instant, auquel la prédication portera sur la Cène.

La mélodie

Celle proposée par le Gesangbuch de Speyer 1859 est « Ich dank dir schon Durch deinen Sohn », très méditative en même temps que mouvementée. Elle s’adapte bien au texte.

Si on n’a pas le temps de l’apprendre, on peut utiliser « Ach Gott und Herr = O Roi des cieux », en la laissant se développer naturellement, pour mettre en valeur sa ligne mélodique. Ne pas chanter trop vite.

 

 

 

Visiteurs en ligne

102904
Aujourd'huiAujourd'hui21
HierHier251
Cette semaineCette semaine272
Ce moisCe mois5405
Tous les joursTous les jours1029048
Template by JoomlaShine