« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

EGLISE
REFORME


             NOTRE BARQUE EST EN DANGER
               Herr, nun selbst den Wagen halt

                             Zwingli Ulrich

          Mélodie : Herr, nun selbst den Wagen halt

                  Texte du Psautier romand 1936

                                                        IV 7.77, 9



1. Notre barque est en danger :
Prends, ô Dieu, la barre en mains.
A toi sont nos lendemains.
Toi seul peux vraiment nous protéger.

2. Notre barque est en danger :
Viens chasser nos ennemis,
Veille, ô Dieu, sur tes brebis :
Seigneur, toujours sois, leur bon berger.

3. Notre barque est en danger :
Aimons mieux de jour en jour.
Notre force est dans l’amour.
Nous louons Dieu pour l’éternité.


Texte

Herr, nun selbst den Wagen halt (1525) 1536-37
en 3 strophes
Ulrich Zwingli 1584-1531
RA 177, EG 242

Notre barque est en danger, en 4 strophes
trad. de Daniel Meylan 1930
Psautier romand 1936 n° 408

Notre barque est en danger, en 3 strophes
trad. de Daniel Meylan 1930
Louange et Prière 1938 N°310

Révision du texte romand str 1, 2, 3
Yves Kéler 9.7.2014 Bischwiler

Mélodie

Herr, nun selbst den Waden halt
Ulrich Zwingli (1529) 1536-37
RA 177, EG 242
fr. : Notre barque est en danger
Psautier romand 1936, n° 408
LP 310
la répartition des notes de la dernière ligne
diffère de l’allemand au français



Le texte

Le chant de Zwingli est fait de trois strophes, qui se succèdent selon la prière « Herr Gott, hilf –Seigneur Dieu, aide-nous », qui est une référence aux paroles des disciples dans la barque, lors de la tempête apaisées, selon Matthieu 8/25, en allemand : « Herr, hilf uns - Seigneur, aide-nous ! »


Mais la prière est entièrement adressée à Dieu, « Herr Gott. » Ce qui peut induire en erreur est que le texte français du Psautier romand et celui de LP remplace la voiture par la barque, en référence à la tempête apaisée, et fait penser à Jésus. Ces 2 versions emploient le titre de « Seigneur » en rapport avec la barque, puis dans la strophe 3 romande et la 3 de LP. C’est pourquoi, pour supprimer l’équivoque, j’ai enlevé le mot « Seigneur » et l’ai partout remplacé par « Dieu » ou « ô Dieu. »

Les rimes du texte de Zwingli sont a - b – b - c : le premier et le dernier vers sont libres et ne riment pas. Seuls les deux vers internes b – b riment. Dans sa traduction, Meylan fait rimer le premier et le dernier vers, ainsi que les deux vers internes. Cela donne la répartition suivante : a – b – b – a.

La mélodie

Elle est de Zwingli, qui était un bon musicien. La 4e ligne contient une belle fleur, typique du 16e siècle, un peu difficile à chanter. On pourrait simplifier cette finale.

 


Texte original

1. Herr, nun selbst den Wagen halt!
Bald abseit geht sonst die Fahrt;
das brächt Freud dem Widerpart,
der dich veracht so freventlich.

2. Gott, erhöh deins Namens Ehr;
wehr und straf der Bösen Grimm;
weck die Schaf mit deiner Stimm,
die dich lieb haben inniglich.

3. Hilf, dass alle Bitterkeit
scheid, o Herr, und alte Treu
wiederkehr und werde neu,
dass wir ewig lobsingen dir.


(geistliches Kampfeslied,
Autor: Huldrych Zwingli (1484 - 1531)

 

Visiteurs en ligne

106756
Aujourd'huiAujourd'hui52
HierHier345
Cette semaineCette semaine1704
Ce moisCe mois5983
Tous les joursTous les jours1067562
Template by JoomlaShine