« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

BAPTÊME                                    N° 28
MÉMORIAL DU BAPTÊME 
1er Epiphanie
Quasimodo Geniti
6e dim après la Trinité


                      Ô PEUPLE, TU ES BAPTISÉ 
                      Du Volk, das du getaufet bist,

                                    E 1667

           Matthieu 28/19-20, Petit catéchisme de Luther

             Mélodie: Es ist das Heil uns kommen her

                                       VII 8.7f, 8.7f / 8.8, 7f

  

                        A.    Exhortation initiale + l’homme après la chute

1.

O peuple, tu es baptisé  

DU-TU

Du Volk, das du getaufet bist

 

Et tu connais le Père !    

 

Und deinen Gott erkennest,

 

Le nom du Christ, sur toi placé,

 

Auch nach dem Namen Jesu Christ

 

Est ton nom sur la terre.  

 

Dich und die Deinen nennest,

 

Tout leur amour descend sur toi,

 

Nimms wohl in Acht und denke dran,

 

Car tu as confessé la foi,

 

Wie viel dir Gutes sei getan

 

Le jour de ton baptême.

 

Am Tage deiner Taufe.

                                   l’homme après la Chute

2.

Avant que tu ne fusses né,

 

Du warst, noch eh du wurdst geborn,

 

Tu portais la colère,            

 

Und eh du Milch gesogen,

 

Rejeté, perdu, condamné,   

 

Verdammt, verstossen und verlorn,

 

Devant Dieu, notre Père,    

 

Darum dass du gezogen

 

Par le péché de nos parents

 

Aus deiner Eltern Fleisch und Blut

 

Qu’au paradis Eve et Adam

 

Ein Art, die sich vom höchsten Gut,

 

Avaient commis ensemble !

 

Dem ewgen Gott stets wendet.

                                   *                                                                                         *

3.

Ton âme et ton corps au poison

 

Dein Leib und Seel war mit der Sünd

 

A la mort éternelle,              

 

Als einem Gift durchkrochen,

 

Etaient livrés sans rémission :

 

Und du warst nicht mehr Gottes Kind,

 

L’issue était mortelle !         

 

Nachdem der Bund gebrochen,

 

Errant et perdu sous les cieux,

 

Den unser Schöpfer aufgericht, 

 

Tu n’étais plus l’enfant de Dieu,

 

Da er uns seines Bildes Licht

 

Exclu de son alliance.                

 

Und herrlichs Kleid erteilet.

 

4.

Malédiction, colère et mort,

 

Der Zorn, der Fluch, der ewge Tod,

 

Avec leurs conséquences,   

 

Und was in diesen allen

 

Te préparaient le pire sort,  

 

Enthalten ist für Angst und Not,

 

Rejet et déchéance :

 

Das war auf dich gefallen ;

 

Esclave enchaîné par Satan, 

 

Du warst des Satans Sklav und Knecht, 

 

Captif jusqu’à la fin des temps,

 

Der hielt dich fest nach seinem Recht

 

Prisonnier de son règne !         

 

In seinem Reich gefangen.

                        B.    Le baptême et son action sur l’homme

                           *  l’œuvre du Christ

5.

Cela est brisé d’un seul coup

3e personne

Das alles hebt auf einmal auf

 

Par le Christ au baptême !    

 

Und schlägt und drückt es nieder

 

Ce bain dans l’eau rétablit tout,

 

Das Wasserbad der heilgen Tauf,

 

Restaure la vie même.           

 

Ersetzt dagegen wieder,

 

Et rétablit ce qu’ont détruit

 

Was Adam hat verderbt gemacht

 

Adam et le Serpent, celui   

 

Und was wir selber durchgebracht

 

Qui nous tient en otage !    

 

Bei unserm Bösen Wesen.

 

6.

Ce bain nous lave du péché

 

Es macht dies Bad von Sünden los

 

Et nous rend la justice,       

 

Und gibt die rechte Schöne.

 

Délivre de l’impureté           

 

Die Satans Kerker vor beschloss,

 

Par l’eau du sacrifice.        

 

Die werden frei und Söhne

 

De nous, qui étions étrangers,

 

Des, der da trägt die höchste Kron ;

 

Dieu fait par Christ des héritiers,

 

Der lässt sie, was sein einger Sohn

 

Citoyens du Royaume !

 

Ererbt, auch mit ihm erben.

                                   *                                                                                         *

7.

Ce qui était dénaturé        

 

Was von Natur vermaledeit

 

Retrouve sa figure.           

 

Und mit dem Fluch umfangen,

 

Ce qui était tout délabré   

 

Das wird hier in der Tauf erneut,

 

Retrouve belle allure.       

 

Den Segen zu erlangen.

 

Ici la mort, terrassée, meurt ! 

 

Hier stirbt der Tod und würgt nicht mehr,

 

Ici l’enfer ne fait plus peur 

 

Hier bricht die Höll, und all ihr Heer

 

Il a perdu sa force.             

 

Muss uns zu Füssen liegen.

 

8.

Ici nous revêtons le Christ,

 

Hier ziehn wir Jesum Christum an

 

Nous enfilons nos aubes ;

 

Und decken unsre Schanden

 

Qui montrent, dans le Saint-Esprit,

 

Mit dem, was er für uns getan

 

Qu’en Christ s’est faite l’œuvre.

 

Und willig ausgestanden ;

 

Ici le Père agit, puissant,   

 

Hier wäscht uns sein hochteures Blut

 

Ici nous lave le saint sang, 

 

Und macht uns heilig, fromm und gut

 

Versé sur le Calvaire.         

 

In seines Vaters Augen.

                            *  l’eau du baptême

9.

Grand’œuvre, bain de sainteté,

DU-TU

O grosses Werk, o heilges Bad,

 

Dont l’eau nous régénère, 

 

O Wasser, dessengleichen

 

Moyen de salut présenté   

 

Man in der ganzen Welt nicht hat,

 

A tous sur notre terre,       

 

Kein Sinn kann dich erreichen!

 

La force de Dieu est en toi,

 

Du hast recht eine Wunderkraft,

 

Le sang du Christ, de notre Roi, 

 

Und die hat der, so alles schafft,

 

Agit dans cette eau même.

 

Dir durch sein Wort geschenket.

 

10.

Tu n’es pas simplement de l’eau

 

Du bist kein schlichtes Wasser nicht,

 

Qui coule à la fontaine.   

 

Wie’s unsre Brunnen geben :

 

Ton eau, c’est le sang de l’Agneau,

 

Was Gott mit seinem Munde spricht,

 

Coulé à pleines veines !  

 

Das hast du in dir leben.

 

Tu es l’eau où le Saint-Esprit

 

Du bist ein Wasser, das den Geist

 

Et la Parole sont compris,     

 

Des Allerhöchsten in dir schleusst

 

Unis par le Christ même.

 

Und seinen grossen Namen.

                         C.    Exhortation finale

11.

Toi, garde ce don d’un grand prix,

Impératif

Das halt, o Mensch, in allem wert

 

Loue Dieu et rends-lui grâces !

 

Und danke für die Gaben,

 

Car il nous donne Jésus-Christ,

 

Die dein Gott dir darin beschert

 

Qui nous rend notre place

 

Und die uns alle laben,

 

Auprès de Dieu, le Créateur,

 

Wenn nichts mehr sonst uns laben will,

 

Le Sauveur et le Rédempteur,

 

Die lass, bis dass des Todes Ziel

 

Et dans sa sainte Eglise.        

 

Dich trifft, nicht ungepreiset.

 

12.

Et puisque tu es purifié           

 

Brauch alles wohl, und weil du bist

 

Par Christ, jouis du monde !  

 

Nun rein in Christo worden,

 

Si ton Seigneur t’a justifié

 

So leb und tu auch als ein Christ,

 

Que ta joie soit profonde !     

 

Und halte Christi Orden,

 

Après le combat de la foi,    

 

Bis dass dort in der ewgen Freud

 

Jésus te vêtira, ton Roi,

 

Er dir das Ehr- und Freudenkleid

 

De la vie éternelle !             

 

Um deine Seele lege !

 


Texte :

O Volk, das du getaufet bist
Paul Gerhardt 1667
Cr Si 123/33
RA deest, EKG deest, EG deest
fr. : Yves Kéler 7.9.2007

Mélodie :

Es ist das Heil uns kommen her
Mainz 1390, Nuremberg 1523/24
RA 176, EKG 242, EG 342

 

Le texte

Paul Gerhardt a peu composé pour les sacrements : un chant de baptême, celui qui nous occupe, et un chant de Sainte Cène, qui ne présente pas grande originalité. Le chant de baptême : « O Volk, das du getaufet bist – O peuple, tu es baptisé », est tardif, de 1667, la toute dernière édition de chants nouveaux de Gerhardt. Le chant est-il plus ancien ? On ne sait pas. En tout cas, il n’a pas joué un rôle important du vivant de Gerhardt (+ 1676), ni pour lui ni pour les autres. En revanche, ce chant de baptême est intéressant parce qu’il développe la théologie luthérienne du baptême.

Le fondement, l’Institution : la strophe 1 rappelle les paroles d’institution, quoique Gerhardt ne parle que du Père et du Fils, qui sont de fait les deux acteurs principaux du salut. Le même centrage sur le Père et le Fils apparaît dans la strophe 8.

L’homme pécheur : les strophes 2 à 4 développent l’incapacité de l’homme, complètement pris par le péché, de se sauver. C’est la thèse du serf-arbitre de Luther.

L’œuvre du Christ libérateur : les strophes 5 à 8 présentent le baptême, en tant qu’application au chrétien de l’œuvre du Christ, comme le moyen de salut par excellence. La foi n’est pas première ici : elle est implicite dans la grâce prévenante de Dieu, qui n’a pas besoin de l’acquiescement préalable de l’homme pour agir. N’oublions pas qu’à l’époque de Luther, le baptême d’enfants était la règle (voir strophe 2 : « Und eh du Milch gesogen - avant que tu aies bu du lait »). Ces strophes décrivent l’œuvre objective du baptême : celui-ci brise la prison du péché originel, rétablit la nature de l’homme, et lui rend sa « figure », c’est-à-dire l’image de Dieu en lui.

L’eau du baptême : les strophes 9 et 10 développent la thèse de Luther : « Die Taufe ist nicht allein schlicht Wasser, sondern sie ist das Wasser in Gottes Gebot gefasst und mit Gottes Wort verbunden – L’eau n’est pas simplement de l’eau, mais elle est l’eau prise dans le commandement de Dieu (l’ordre de baptiser donné aux apôtres) et liée à la parole de Dieu » (Petit Catéchisme de Martin Luther, le baptême). L’eau est le sang du Christ, c’est pourquoi elle peut sauver.

L’exhortation : les deux dernières strophes, 11 et 12, passent de la catéchèse et de la pédagogie à la pastorale, exhortant à garder précieusement le don du baptême, à jouir du monde en tant que fidèle libéré du péché, et à nous préparer au Royaume.


les chants des dimanches catéchétiques : l’emploi catéchétique des chants

Une fonction que Martin Luther, le réformateur de l’Allemagne, et par ses disciples, de la Scandinavie et de plusieurs pays de l’Est : Pologne, Bohème, pays baltes, affecte à ses propres chants est celle d’une catéchèse. Luther définit cela dans la Formula Missae et Communionis, de 1524 et dans la Deudsche Messe, de 1526. Avec les années, cet aspect catéchétique va prendre plus d’importance, surtout chez les successeurs de Luther.

En effet, avec le Concile de Trente, commencé en 1545, un an avant la mort de Luther, et achevé en 1563, les positions vont se figer : la Contre-Réforme catholique entraîne les protestants vers les orthodoxies luthérienne et réformée. Une des manifestations de l’orthodoxie luthérienne est l’emploi bientôt généralisé du Petit catéchisme de Luther, devenu un texte symbolique des Églises luthériennes. De ce fait, certains chants vont être rattachés aux commentaires de ce Catéchisme, dans le cadre des Dimanches de Catéchisme.

 

La mélodie

                    Gerhardt et Ebeling ont choisi de prendre la mélodie du chant de Paul Speratus : « Es ist das Heil uns kommen her – Notre salut nous est venu  De Dieu par pure grâce», de 1523. Cette mélodie, déjà attestée à Ulm, puis à Mayence en 1390, apparaît à Nuremberg en 1523, liée au chant de Speratus. Celui-ci est une mise en forme méthodique de la doctrine luthérienne du salut par la foi, et est composé exclusivement d’une mosaïque de textes bibliques, surtout pauliniens. Le choix de Gerhardt et d’Ebeling montre que ce chant de baptême s’inscrit dans la droite ligne du salut par la grâce.

 

Visiteurs en ligne

982495
Aujourd'huiAujourd'hui47
HierHier245
Cette semaineCette semaine292
Ce moisCe mois1513
Tous les joursTous les jours982495
Template by JoomlaShine