« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

MATIN                                        N° 25
ACTION DE GRÂCES
ENTERREMENT



           SOLEIL, RAYONNE ! TA JOIE NOUS DONNE     
       Die güldne Sonne, voll Freud und Wonne, E 1666 

                    Morgensegen – Prière du matin

Prière du matin du « Paradiesgärtlein » de Johannes Arnd 1612,
                     Ecclésiaste 11/7, Psaume 139

                      Mélodie: Die güldne Sonne

                                                                 VI 10f.10f.10f / 11f.11f.10

 

                        A.  La joie du matin, dans la création de Dieu

                            * au lever, le spectacle

1.

Soleil, rayonne!

  DIE- LA

Die güldne Sonne,

 

Ta joie nous donne

 

Voll freud und Wonne,

 

Par ta lumière,

 

Bringt unsern Grenzen

 

Fraîche et légère, 

 

Mit ihrem Glänzen

 

L’esprit heureux et la paix dans le cœur.

 

Ein herzerquickendes liebliches Licht.

 

Mon corps, mes membres, 

 

Mein Haupt, mein Glieder,

 

Couchés dans leur chambre,

 

Die lagen darnieder,

 

Se lèvent, marchent, 

 

Aber nun steh ich,

 

Commencent leur tâche ; 

 

Bin munter und fröhlich,

 

Je vois le ciel retrouver ses couleurs !

 

Schaue den Himmel mit meinem Gesicht.

 

2.

Mon œil regarde 

ICH-MOI

Mein Auge schauet,

 

Et mon cœur garde

 

Was Gott gebauet

 

En sa mémoire 

 

Zu seinen Ehren

 

Toute la gloire                           

 

Und uns zu lehren,

 

De Dieu, sur terre et là-haut dans le ciel,

 

Wie seinVermögen sei mächtig und gross.

 

Là où, fidèle, 

 

Und wo die Frommen

 

Dieu prend sous son aile

 

Dann sollen hinkommen,

 

Ceux qui observent 

 

Wenn sie mit Frieden

 

Sa Loi et le servent,

 

Von hinnen geschieden

 

Et les conduit au Royaume éternel.

 

Aus dieser erden vergänglichem Schoss.

                        B. La consécration à Dieu, le matin et le soir

3.

Que nos cantiques, 

Voix magnifiques,

  UNS-NOUS

Lasset uns singen,

Dem Schöpfer bringen

 

Soient une offrande 

 

Güter und Gaben ;

 

Qui se répande

 

Was wir nur haben,

 

Aux pieds de notre Dieu pour ses bienfaits !

 

Alles sei Gotte zum Opfer gesetzt.

 

 

 

 

 

Car Dieu réclame 

 

Die besten Güter

 

Le don de nos âmes :

 

Sind unsre Gemüter,

 

Nos chants, nos rires 

 

Dankbare Lieder

 

Sont encens et myrrhe,

 

Sind Weihrauch und Widder,

 

Auxquels Dieu, notre Rédempteur, se plaît.

 

An welchen er sich am meisten ergötzt.

 

4.

Vois, le jour monte, 

 

Abend und Morgen

 

Puis le soir tombe

 

Sind seine Sorgen ;

 

Sans nul problème, 

 

Segnen und mehren,

 

Car il nous aime :

 

Unglück verwehren

 

Pousser et croître sont l’œuvre de Dieu.

 

Sind seine Werke und Taten allein.

 

Dans la nuit sombre 

 

Wann wir uns legen,

 

Dieu se tient dans l’ombre,

 

So ist er zugegen,

 

Le jour se lève,

 

Wann wir aufstehen,

 

Et sur nous s’élève

 

So lässt er aufgehen

 

L’éclat de grâce qui nous vient des cieux.

 

Über uns seiner Barmherzigkeit Schein.

                            * Le travail du jour et le prochain

5.

A ta tendresse,

ICH-MOI

Ich hab erhoben

 

Mon Dieu, j’adresse

 

Zu dir hoch droben

 

Mes vœux, mes rêves :

 

All meine Sinnen ;

 

O Dieu, achève

 

Lass mein Beginnen

 

Ce qu’aujourd’hui en toi j’ai commencé !

 

Ohn allen Anstoss und glücklich ergehn!

 

Des liens du Diable, 

 

Laster und Schande,

 

Du mal implacable,

 

Des Luzifers Bande,

 

Des mauvais pièges, 

 

Fallen und Tücke

 

Dieu, tu me protèges :

 

Treib ferne zurücke,

 

Ta Loi me mène en un chemin sensé.

 

Lass mich auf deinen Geboten bestehn !

 

6.

Fais que sans crainte, 

 

Lass mich mit Freuden

 

Jalousie, plainte,

 

Ohn alles Neiden

 

Je voie la grâce 

 

Sehen den Segen,

 

Que ta main place

 

Den du wirst legen

 

Sur la maison de mon frère ou prochain,

 

In meines Bruders und Nähesten Haus;

 

Et qu’avarice, 

 

Geiziges Brennen,

 

Ou haine, injustice,

 

Unchristliches Rennen

 

Le gain facile, 

 

Nach Gut mit Sünde,

 

La course inutile

 

Das tilge geschwinde

 

Après l’argent, de mon coeur restent loin !

 

Von meinem Herzen und wirf es hinaus !

                        C.   Prépare-toi, tu vas mourir

                            * La mort vient (Enterrement)

7.

Nature humaine, 

ES-LE

Menschliches Wesen,

 

Si faible et vaine !

 

Was ist’s gewesen ?

 

La mort arrive 

 

In einer Stunde

 

De l’autre rive :

 

Geht es zu Grunde,

 

Au vent qui souffle tout est balayé !

 

Sobald das Lüftlein des Todes drein bläst.

 

En moins d’une heure 

 

Alles in allen

 

Plus rien ne demeure :

 

Muss brechen und fallen,

 

Le ciel, la terre, 

 

Himmel und Erden

 

S’en vont en poussière

 

Die müssen das werden,

 

Tels qu’ils étaient avant d’être créés !

 

Was sie vor ihrer Erschöpfung* gewest.

                                                                                 * Erschaffung

8.

Rien ne persiste, 

 

Alles vergehet,

 

Seul Dieu subsiste,

 

Gott aber stehet

 

Ferme, intangible,

 

Ohn alles Wanken ;

 

Calme et paisible :

 

Seine Gedanken,

 

Sa parole est l’éternel fondement.

 

Sein Wort und Willen hat ewigen Grund.

 

Salut et grâce, 

 

Sein Heil und Gnaden

 

Dans le temps qui passe,

 

Die nehmen nicht Schaden,

 

Tirent nos âmes 

 

Heilen im Herzen

 

Du feu et des flammes, 

 

Die tödlichen Schmerzen,

 

Gardent nos cœurs jusqu’à la fin des temps.

 

Halten uns zeitlich und ewig gesund.

                            * Le péché et le pardon

9.

Dieu, ma couronne, 

DU-TU

Gott, meine Krone,

 

Sois bon, pardonne !

 

Vergib und schone ;

 

Toutes mes fautes, 

 

Lass meine Schulden

 

Tu me les ôtes,

 

In Gnad und Hulden

 

Tu les effaces de devant tes yeux.

 

Aus deinen Augen sein abegewandt.

 

Tu me diriges, 

 

Sonsten regiere,

 

Purifies, corriges,

 

Mich lenke und führe,

 

Pour que je suive 

 

Wie dirs gefället.

 

Ta Loi, que je vive :

 

Ich habe gestellet

 

Je t’appartiens sur la terre et aux cieux !

 

Alles in deine Beliebung und Hand.

 

10.

Si tu me donnes 

 

Willst du mir geben,

 

Pour ma personne,  

 

Womit mein Leben

 

De quoi pour vivre, 

 

Ich kann ernähren,

 

Je pourrai suivre

 

So lass mich hören

 

Ta Loi, entendre ta voix dans mon cœur :

 

Allzeit im Herzen dies heilige Wort :

 

« Dieu est l’Auguste, 

Le Dieu saint, le Juste

À lui la gloire, 

 

Gott ist das Grösste,

Das Schönste und Beste,

Gott ist das Süsste

 

A lui la victoire,

 

Und Allergewisste

 

Le pur trésor de la foi, le Sauveur ! »

 

Aus allen Schätzen der edelste Hort.

                           C. L’épreuve et la mort

11.

Si tu m’éprouves, 

 

Willst du mich kränken,

 

Si je me trouve

 

Mit Gallen tränken,

 

Dans la souffrance, 

 

Und soll von Plagen

 

L’intolérance,

 

Ich auch was tragen :

 

Je me soumets, Dieu, à ta volonté.

 

Wohlan, so mach es, wie dir es beliebt.

 

Mon avantage, 

 

Was gut und tüchtig,

 

Mon désavantage,

 

Was schädlich und nichtig

 

Qui me profite, 

 

Meinem Gebeine,

 

Qui me discrédite,

 

Das weisst du alleine,

 

Je les remets, Seigneur, à ta bonté.

 

Hast niemals keinen zu sehre betrübt.

 

12.

Ma croix, ma plainte, 

ES-LE

Kreuz und Elende,

 

Mes maux, ma crainte

 

Das nimmt ein Ende ;

 

Un jour s’arrêtent, 

 

Nach Meeresbrausen

 

Car la tempête

 

Und Windessausen

 

Fait place à ton soleil, à ton salut.

 

Leuchtet der Sonnen gewünschtes Gesicht.

 

Et la confiance, 

 

Freude die Fülle

 

La joie, l’espérance

 

Und selige Stille

 

La bienveillance, 

 

Hab ich zu warten

 

La paix, le silence,

 

Im himmlischen Garten ;

 

Seront la part accordée aux élus !

 

Dahin sind meine Gedanken gericht.

 

Texte :

Die güldne Sonne
Paul Gerhardt 1666 
Cr Si 132/37
RA 227, EKG 346, EG 449
fr. : Yves Kéler 12.7.07

Mélodie :

Die güldne Sonne
Johann Georg Ebeling 1666
RA 227, EKG 346, EG 449

 

Le texte

les sources

La source principale du chant est le livre de prières de Johannes Arnd « Das Paradiesgärrtlein », de 1612, livre de prières et de méditations qui eut un énorme retentissement dans le luthéranisme jusqu’à la fin du XIXe Siècle. Il s’agit ici du « Morgengebet – la prière du soir » (Livre II, 1).

L’Ecclésiaste 11/7 : « La lumière est douce, il est agréable aux yeux de voir le soleil », est cité dans les strophes 1, 9 et 10, ainsi que le Psaume 139 à divers endroits.

le plan et la structure du chant

Le texte de ce chant est un exemple caractéristique de composition en groupes de deux strophes, comme on la rencontre fréquemment chez Paul Gerhardt. Str 1+2 : la joie du matin dans la création de Dieu ; str 3+4 : la louange de Dieu, le matin et le soir ; str 5+6 : le travail et le prochain ; str. 7+8 : la mort vient ; str. 9+10 : le péché et le pardon ; str. 11+12 : l’épreuve et la mort.

Le texte se découpe en deux grandes parties de 6 strophes chacune. La première partie est l’entrée dans le jour et son travail. La deuxième partie regarde vers la fin du jour et de la vie : la mort, le péché, l’épreuve. On peut aussi couper en 4 parties, comme je l’ai fait, si l’on considère les strophes 1 et 2 comme une introduction et les 11 et 12 comme une conclusion.

Dans la première partie, les deux premières strophes expriment la joie du fidèle qui retrouve le jour et la belle création ensoleillée, après le sommeil de la nuit, qui ressemble à la mort. La joie est physique : « Mon corps, mes membres, Couchés dans ma chambre, Se lèvent, marchent, Commencent leur tâche ; Je vois le ciel retrouver ses couleurs ! » On passe à la louange du matin, aux strophes 3 et 4, et à la joie aussi de reprendre le travail, dans les strophes 5 et 6. La préoccupation du prochain et de son bien renvoie à Saint-Paul : « Que celui qui dérobait ne dérobe plus, mais qu’il travaille de ses mains, afin qu’il ait de quoi donner à celui qui est dans le besoin » Ephésiens 4/28. Mon travail n’est pas égoïste, il vise aussi le prochain et son bien. En sorte que si les choses vont bien pour lui, je m’en réjouis au lieu d’en être jaloux.

Dans la deuxième partie, Gerhardt évoque la mort, aux strophes 7 et 8, le péché et le pardon, aux strophes 9 et 10, et l’épreuve et la souffrance, dans les deux dernières strophes. Il est intéressant de remarquer que les strophes sur la mort et le Royaume de Dieu, que Gerhardt place généralement à la fin de ses chants, se trouvent ici dans le corps du texte, au début de la deuxième partie.

la structure poétique

La structure du chant est une coupe inédite. La strophe, de dix vers, est divisée en deux pentamètres parallèles. Dans ceux-ci, deux doubles vers de 5 et de 6 syllabes féminines sont clos par un vers masculin de 10 syllabes : X 5f.6f, 5f.6f, 10 / 5f.6f, 5f.6f, 10. On peut aussi considérer le poème comme un hexamètre : VI 10f.10f, 10 / 10f.10f, 10, avec deux rimes internes dans le décasyllabe féminin.

Cette coupe donne du mouvement au chant. Les 4 premiers vers féminins « poussent – treiben » le texte. Le 5e vers masculin, résout ce mouvement en un frein sur les 3 dernières syllabes. De ce fait, le mouvement est continuellement relancé, en même temps qu’il est freiné à intervalle régulier.

La mélodie

Le texte de Gerhardt est daté de 1666. Sur cette coupe nouvelle aucune mélodie n’existait. De même que Crüger avait composé des mélodies neuves pour ce type de chant, Ebeling, qui avait pris la suite de Crüger mort en 1662, a composé cette mélodie, parue la même année 1666 dans les « Pauli Gerhardi Geistlichen Andachten. »

La mélodie se divise en deux parties parallèles mais au rythme différent, avec une légère variation dans la ligne finale qui évite la monotonie. Cela donne une musique animée et vivante, qui a un air de danse, et qui relève bien le texte. A chanter avec entrain et joie.

 

Visiteurs en ligne

108196
Aujourd'huiAujourd'hui284
HierHier666
Cette semaineCette semaine5458
Ce moisCe mois5984
Tous les joursTous les jours1081963
Template by JoomlaShine