AVENT
1er et 4e Avent
EPIPHANIE
RAMEAUX

 

 

 

 

OUVREZ LES PORTES SOUS LES CIEUX

Macht weit die Pforten in der Welt

 

Mélodie : Wie schön leuchtet der Morgenstern

 

1. Ouvrez les portes sous les cieux,  1er Avent

    Un Roi arrive, Fils du Dieu          Ps. 24/7

    De vérité sur terre.                    Jean 1/14

    Qui du péché s’est éloigné

    Et du sommeil s’est réveillé

    Regarde à sa lumière.

    Voyez Marcher

    Ce saint Maître  Roi des êtres    

    Qui délivre

    Paix, amour et joie de vivre.

 

2  Autour de lui la foule rit,             Matth. 21/9

    Qui, prisonnière en son esprit,

    Par lui redevient libre.

    D’aveugles maintenant ils voient,  3e Avent

    Paralysés, ils marchent droit,      Matth 11/4-5

    C’est lui qui les délivre.

    Confiants, patients,

    Les malades  Qu’il regarde

    Et qu’il garde :

    Sa parole les fait vivre.

 

3. Devant lui le péché fait mur,

    Puissant, méchant, massif et dur,

    Pesant sur tous les peuples.

    Pour leur salut ils crient à Dieu :

    Le Christ s’avance et va vers eux,

    Il porte leur épreuve.

    Il dit,  Il prie,

    Il bénit et il guérit

    Et parle aux pauvres,

    Tel un prince qui les sauve.

 

4. Il a conçu en son Esprit    Wie schön leuchtet

    La route vers le paradis :  der Morg.  str. 5

    Lui seul nous l’a ouverte.

    La haine de ses ennemis

    Est impuissante contre lui,

    Si même ils se concertent.

    Heureux,  Joyeux,

    Ceux qu’il garde,  Qui regardent,

    Se préparent

    A le recevoir sur terre.

 

5. Vous le troupeau de Jésus-Christ,

    Scellez l’alliance de grand prix

    Qu’avec vous il contracte.

    Pour son Royaume agissons bien,

    Cherchons et regardons ses mains :

    Il aide et réconforte.

    Allez,  Priez,                              3e Epiphanie

    Faites entrer au Royaume           Matth 26/20

    Beaucoup d’hommes :               Matth. 8/11

    C’est Jésus qui vous l’ordonne.

 

6  Toi qui vainquis le dur péché,

    Quand finira par éclater

    Ta renommée sur terre ?

    Quand donc les peuples de partout,

    Sous un soleil brillant et doux,

    Viendront à ta lumière ?

    - Là où   Partout

    Tous te nomment « Fils de l’Homme »,

    Te connaissent

    Et par toi à la vie naissent.

 

7. Nous t’attendons, car tu viendras,

    Ton cœur d’aimer ne cesse pas

    Jusqu’à la fin du monde.

    Du sable naît ton paradis,

    La source de la vie jaillit,

    Par ta parole abonde.

    Tu dis,  La nuit,

    A l’orage   Qui enrage :            4e Epiphanie

    « Fais silence ! »                        Matth. 8/26

    Que le saint de Dieu s’avance !

 

1. Macht weit die Pforten in der Welt!

Ein König ist´s, der Einzug hält,

umglänzt von Gnad und Wahrheit.

Wer von der Sünde sich gewandt,

wer auf vom Todesschlafe stand,

der siehet seine Klarheit.

Seht ihn weithin

herrlich schreiten, Licht verbreiten.

Nacht zerstreuet er,

Leben, Fried und Wonnen beut er.

 

2. Es jauchzt um ihn die frohe Schar,

die lang in schweren Fesseln war:

er hat sie frei gegeben.

Blind waren sie und sehen nun,

lahm waren sie und gehen nun,

tot waren sie und leben.

Köstlich, tröstlich

allen Kranken,

ohne Wanken, ohne Schranken

walten seine Heilsgedanken.

 

3. Noch liegt vor ihm so tief und schwer

der Sünden ungeheures Heer,

das tausend Völker drücket.

Um Hilfe schreit es auf zu Gott;

doch lebet er und hat die Not

der Sünder angeblicket,

betet, rettet,

heilt und segnet

und begegnet seinen Armen

als ein Heiland voll Erbarmen.

 

4. Längst ist in seinem ewgen Rat

für sie zu seinem Reich der Pfad

gezeichnet und gebahnet.

Ohnmächtig droht der Feinde Hohn,

schnell steht in Herrlichkeit sein Thron,

wo niemand es geahnet.

Selig, selig,

wer da trauet, bis er schauet;

wer sich mühet,

bis sein Gott vorüberziehet.

 

5. Die ihr von Christi Haufe seid,

kommt, schließet nun mit Freudigkeit

den Bund in seinem Namen.

Laßt uns auf seine Hände schaun,

an seinem Reiche mutig baun:

sein Wort ist Ja und Amen.

Flehet, gehet,

Himmelserben anzuwerben;

harret, ringet!

Jesus ist es, der euch dringet.

 

6. O du, den unsre Sünde schlug,

wann wird doch deines Lobs genug

auf dieser Welt erschallen?

Wann wird der Völker volle Zahl

im ungetrübten Sonnenstrahl

zu deinem Tempel wallen,

wo dich freudig

alle kennen, Heiland nennen,

dir geboren,

dir auf ewig zugeschworen?

 

7. Wir harren dein, du wirst es tun,

dein Herz voll Liebe kann nicht ruhn,

bis alles ist vollendet.

Die Wüste wird zum Paradies,

und bittre Quellen werden süß,

wenn du dein Wort gesendet.

Zu dem Sturme sprichst du:

Schweige! Meer, versiege!

Flammen, zündet!

Tempel Gottes, sei gegründet!

 

         Texte        Macht weit die Pforten in der Welt

                          Albert Knapp (1798-1864)

 

         Mélodie :  Wie schön leuchtet der Morgenstern

                          Philipp Nicolaï 1599

                          RA 61, EG 70

                          fr: : Brillante étoile du matin

                                 LP 90 et 148, ALL 32/15

                                 Oh !  quel éclat sur nos matins

                                 NCTC 183, ARC 367, ALL 32/14

 

 

 

Le texte

Le texte de Knapp est une « Nachdichtung – chant dérivé » du chant « Macht hoch die Tür, die Tor macht weit », de Gerhardt Weissel 1642, sous l’incipit « Macht weit die Pforten in der Welt », mais avec la mélodie d’Epiphanie « Wie schön leuchtet der Morgenstern », du chant de Philipp Nicolai de 1599.

Knapp a repris des thèmes des deux chants. Les uns de l’Avent, au 1er dimanche : l’entrée de Jésus à Jérusalem (1ère et 3e str.) Puis au 3e dimanche : la réponse de Jésus à Jean-Baptiste en prison (2e str.) Les autres de l’Epiphanie, comme au 3e dimanche la déclaration de Jésus sur les peuples du monde, dans le récit de la guérison du serviteur du centenier, dans Matthieu 8/11-12 (5e str.) De même, une allusion est faite à la tempête apaisée selon Marc 4/35-41, lecture du 4e dimanche après l’Epiphanie (7e str.)

Knapp fait aussi une citation de la strophe 5 de « Wie schön leuchtet der Morgenstern », à la strophe 4 : Knapp écrit : « « Längst ist in seinem ewgen Rat Für sie zu seinem Reich der Pfad Gezeichnet und gebahnet – Depuis longtemps dans sa décision éternelle Pour eux le chemin jusqu’à son Royame Est tracé et construit. » La 5e strophe de Nicolai dit : « Herr Gott Vater,…, Du hast mich ewig vor der Welt In deinem Sohn geliebet – Seigneur Dieu Père,..., Tu m’as, éternellement avant le monde, Aimé dans ton Fils. » Dieu a dès avant la création du monde décidé de me sauver en envoyant le Verbe assis près de lui et en lincarnant. C’est la théologie johannique, admirablement développée par Nicolai et que Albert Knapp reprend ici.