PSAUME DANS L’A.T.

CREATION

LOUANGE

                                                                                 

                                                                                    

 

          QUI DONC OBSCURCIT MES DESSEINS ?

                              Cantique de Job

                                  Job 38-42

 

  Mélodie :  Ps 138 Il faut grand Dieu que de mon cœur

                  Ps 138 Que tout mon cœur soit dans mon chant

 

 

            Discours de Dieu à Job

 

  1. A.     Le monde physique et sa création

                                                                  Ch 38

1. Qui donc obscurcit mes desseins,               v. 2-6

    Dit Dieu, par sa grande arrogance ?

    Lève-toi, viens et ceins tes reins,

    Ecoute-moi avec patience !

    Où étais-tu quand j’ai fondé

    Sur l’abîme et sur l’eau la terre ?

    Qui prit le cordeau pour compter

    Où serait la pierre angulaire ?

 

2. Quand les étoiles du matin                          v. 7-8

    Eclataient en chants d’allégresse,

   Que tous les fils de Dieu, soudain,

    Poussaient des cris de joie, de liesse,

    Qui donc a enfermé la mer

    Avec des verrous et des portes,

    Quand elle a jailli des enfers

    Et de son sein, en vagues fortes ?

 

3. Je lui donnai pour vêtement                        v. 9-11

    Le brouillard, et la nuit pour langes !

    J’ai donné mon commandement,

    Pour l’arrêter à son rivage.

    J’ai dit : « Tu viendras jusqu’ici :

    Ici, ce sera ta limite !

    L’orgueil de tes flots peut ainsi

    S’exalter là où tu habites ! »

 

4. As-tu commandé au matin,                         v. 12-15

    As-tu dit sa place à l’aurore,

    Pour faire à la terre un écrin

    Et la parer de faune et flore ?

    Le méchant en est secoué !

    Il est privé de sa lumière.

    Son bras se lève : il est brisé.

    Le fourbe reçoit son salaire !

 

                 PAUSE I

 

5. Es-tu descendu dans la mer,                       v. 16-19a

    En as-tu sondé les abîmes ?

    As-tu vu ses portes de fer,

    Le règne de la mort ultime ?

    As-tu embrassé du regard

    L’immense étendue de la terre,

    Ou bien connais-tu le départ

    Qui mène au séjour de lumière ?

 

6. Sais-tu le chemin qui conduit                    v. 19b-23

    Vers la demeure des ténèbres ?

    Tu le sais ! Tes jours et tes nuits

    Ne forment-ils pas un grand nombre ?

    Es-tu parvenu aux névés,

    A la glace, aux dépôts de grêle,

    Que j’ai placés pour les jeter

    Du haut du ciel sur les rebelles ?

 

7. Par quel chemin vient la clarté ?               v. 24-27

    Où se divise la lumière ?

    Sais-tu de quel lieu écarté

    Le vent se répand sur la terre ?

    Qui donne passage à la pluie

    Et à l’éclair et au tonnerre ?

    Qui jusqu’au désert les conduit,

    Et en fait gonfler les rivières ?

 

8. Où naissent les gouttes de pluie ?             v. 28-32

    Et la rosée, a-t-elle un père ?

    D’où vient la glace qui produit

    Frimas et givre sur la terre ?

    Tiendrais-tu les rênes d’Orion,

    As-tu en main les sept Pleïades,

    Ou le zodiaque à l’horizon,

    Ou la grande Ourse et ses myriades ?

 

9. As-tu appris les lois du ciel,                      v. 33-38

    Règles-tu les lois de la terre ?

    Lances-tu au ciel un appel,

    Pour qu’il en tombe le tonnerre ?

    Fais-tu partir des cieux l’éclair,

    Te dit-il : « Voici que j’arrive ! »

    Fais-tu tomber la pluie des airs,

    Pour qu’en déborde fleuve et rive ?

 

                PAUSE II

 

       B.  Le monde animal et sa création      

                                                                  Ch 39

10. Apaises-tu les lionceaux                          v. 1-2

      Et chasses-tu pour la lionne ?

      Ils son cachés, en leur berceau,

      Attendant la proie qu’on leur donne.

      Qui donne au corbeau son repas,

      A ses petits qui crient famine ?

      Qui nourrit chacun ici-bas,

      D’une main royale et divine ?

 

       Suite des chapitres 39-41 à intercaler ici

 

                 PAUSE IV

 

         Réponse de Job à Dieu

 

                                                                        Ch 42

11. Je reconnais que tu peux tout,                   v. 1-3

      Rien ne s’oppose à tes pensées.

      O Dieu, qui serait assez fou

      Pour les juger comme insensées ?

      Oui, j’ai parlé imprudemment

      De tes merveilles, qui dépassent

      Ce que conçoit l’entendement

      De l’homme qui meurt et qui passe !

 

12. Ecoute, ô Dieu, je parlerai,                       v. 4-6

      Instruis-moi, je te le demande !

      Enseigne-moi, j’écouterai,

      Je ferai ce que tu commande.

      Mon oreille avait entendu

      Parler de toi et de tes œuvres,

      Mais maintenant mon œil t’a vu,

      Moi qui ne suis que poudre et cendre !     

 

Gloria

 

13. Gloire à Dieu, notre Créateur,

      Gloire à Jésus, le Fils du Père,

      Gloire à l’Esprit, Consolateur,

      Qui nous rassemble sur la terre !

      Comme il fut au commencement,

      Quand Dieu fit le ciel et la terre,

      Ainsi, jusqu’à la fin des temps,

      Gloire à l’Esprit, au Fils, au Père.  Amen.

                                                            (sur la dernière note)

 

  

                   Texte :          Qui donc obscurcit mes desseins ?

                                        Yves Kéler, 2.6.2007 

                                         D’après Job 38-42

 

                   Mélodie :       Ps 138 Il faut grand Dieu que de mon cœur

                                         Ps 138 Que tout mon cœur soit dans mon chant

                                         LP 63 = Ps 138, NCTC 138, ARC 138, ALL 138