« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018


PASSION
JEUDI SAINT
ESPERANCE


 

               QUEL MAL, JESUS, VEUT S'ATTAQUER
                       Mein Jesu, was für Seelenweh

             Mélodie: Wie schön leuchtet der Morgenstern
                         Brillante étoile du matin


 

1. Quel mal, Jésus, veut s'attaquer      
    A ton âme à Gethsémané                 
    Et cause ta souffrance ?                  
    Peur de la mort, angoisse au cœur, 
    Les affres de l'enfer, l'horreur,
    Pour t'assaillir s'élancent !
    Ton corps,  Si fort,
    Tremble, tombe, glisse, sombre de détresse ;
    Tes mains vers le ciel se dressent !

6. Je te loue pour l'éternité,
    Car ton Esprit, ta vérité   
    Ont réjoui mon âme.
    Que ta douleur et que ta peur
    Me fassent comprendre en mon cœur
    Ton dilemme et ton drame !
    Demain,  Enfin,
    Ma souffrance à l'espérance passe et mène
    Ma vie neuve dans ton règne !

 

              Texte          Mein Jesu, was für Seelenweh
                                 S(chemelli) ?
                                 Dans le recueil de Schemelli 1736; N° 19 (BWV 283)
                                 Frs : Yves Kéler, 25.11.2007                 

             Mélodie :     Wie schön leuchtet der Morgenstern
                                 Philipp Nicolaï 1599
                                 RA 61, EG 70
                                 fr. : Brillante étoile du matin
                                    LP 90 et 148, ALL 32/15
                                    Oh !  quel éclat sur nos matins
                                    NCTC 183, ARC 367, ALL 32/14

             Partition à 4 voix :  voir chez Daniel Schertzer,
                                               Musica Sacra
                                               35, rue du Moulin
                                               67400 ILLKIRCH - GRAF
.
                                   tél: O3.88.67.03.36

 

Le texte

        La partition l'attribue avec un point d'interrogation à Schemelli, dans son recueil de 1736. En effet, on y trouve une simple initiale : S. Il s'agit d'une intéressante méditation sur le combat de Jésus à Gethsémané. Entre les deux strophes données par la partition, la 1ère et la 6ème, se trouve probablement un développement sur Gethsémané et ma foi en présence du Christ tenté.

Le texte original

1. Mein Jesus, was für Seelenweh
    Befällt dich in Gethsemane
    Darein du bist gegangen.
    Des Todes Angst,, der Höllen Qual
    Und alle Bäche Belial,
    Die haben haben dich umfangen.
    Du zagst, du klagst,
    Zitterst, bebest und erhebest im Elende
    Zu dem Himmel deine Hände.

6. Sei ewig drum von mir gepreist
    Und lass mir deinen Freudengeist
    Das Herze kräftig stärken.
    Lass deine grosse Angst und Weh
    Und dein betrübt Gethsemane
    Mein Herze stets bemerken.
    Bis ich   Endlich
    Aus dem Leiden in die Freuden möge kommen,
    Wo du lebst mit allen Frommen.

La mélodie

        Dans l'original, il s'agit d'une mélodie que Bach a harmonisée dans le cadre du recueil Schemelli. Ici je propose : « Wie schön leuchtet der Morgenstern - Brillante étoile du matin », qui a la même structure. Chanter avec un certain allant, cette méditation de Gethsémané ne veut pas être triste, mais, selon l'esprit du temps, me conduire à la joie par la contemplation de la souffrance du Christ et mon identification avec lui : comme lui a souffert et a vaincu, moi aussi je dois souffrir, mais je trouve la victoire. C'est le sens de la fin de la strophe 6.

 

Visiteurs en ligne

108046
Aujourd'huiAujourd'hui62
HierHier809
Cette semaineCette semaine3955
Ce moisCe mois4481
Tous les joursTous les jours1080460
Template by JoomlaShine