« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018


MARIAGE
MEMORIAL DU MARIAGE
20e dim après la Trinité

 


              SUR CES EPOUX, DU HAUT DU CIEL
                            Révision de LP 374

           Mélodie : Wie schön leuchtet der Morgenstern




           avant la bénédiction                          alld RA 307, EG 600

1. Sur ces époux, du haut du ciel,                 str 2 
    Jette aujourd'hui, Père éternel,                   Es wirke durch
    Un regard favorable.                                dein fräftig Wort
    Dieu riche en bénédictions,                       str 3:
    Fais briller sur eux les rayons                    Giess deinen Frieden
    De ta face adorable.                                 auf das Haus
    Accrois  Leur foi !
    Ta lumière,  Divin Père,  les éclaire ;
    Garde-leur un cœur sincère !

          après la bénédiction

2. Ils ont imploré ton saint nom ;                   str 4 :
    Bénis, Seigneur, leur uni-on                       Lass unser Haus
    Dans ton amour céleste.                            gegründet sein
 
   Sur leur maison verse ta paix ;                    str 5:
    Que ta grâce en mille bienfaits                    Gibst du uns irdisch
    Sur eux se manifeste.                                ins Haus
    Amen,  Amen !
    Toi leur guide,  Viens, préside,  sanctifie
    Chacun des jours de leur vie !

 

           Texte               Sur ces époux, du haut du ciel
                                   D'après : Ich und mein Haus
                                   Philipp Spitta, RA307, EG 600
                                   Anonyme
                                   Recueil Confession d'Augsbourg Paris 1846
                                   LP 374
                                   rév :  Yves Kéler, 1989
                                   ABD 543, EG 600

            Mélodie           Wie schön leuchtet der Mogenstern
                                   Philipp Nicolai 1599
                                   RA 61, EG 70
                                   fr. : Brillante étole du matin
                                         LP 90, ALL 32/14
                                         Oh ! quel éclat sur nos matins
                                         NCTC 183, ARC 367, ALL 32/14

 

Le texte

        C'est une composition anonyme, en deux strophes, faite à partir du chant de Gerhardt et de celui de Spitta. On retrouve des fragments de ces deux chants dans le texte français. Sa fonction était d'encadrer la bénédiction, d'après Confession d'Agsbourg 1850.

         Ce texte remonte-t-il à une traduction plus longue à l'origine? On remarque que que la strophe 1 résume les strophes 2 et 3 de Spitta, de même la strophe  française 2 résume les strophes 4 et 5 de l'allemand. Y avait-il initialement une strophe 1 et une strophe 6 ? Il faudrait chercher dans les archives du Recueil de 1850, si elles existent.

        Pour le reste du commentaire, voir au chant précédent, N° 31.

La mélodie

        La mélodie est celle du chant de Philipp Nicolai, 1599 : « Wie schön leuchtet der Morgenstern - Brillante étoile du matin. » Gerhardt a repris le titre du chant dans son incipit « Wie schön ist's doch, Herr Jesu Christ ».

        Le chant de Nicolai est devenu un cantique d'Epiphanie, décrivant le Christ dans sa splendeur, comme « Bräutigam », l'époux de l'âme. Or ce texte dérive du Psaume 45, qui est un Psaume de mariage royal de la maison de Juda, intégré dans le Psautier au même titre que les Psaumes d'intronisation royale, tels que le Ps 2, le 72 ou le 110. La mélodie de ce chant concorde donc pour les thèmes nuptiaux à ceux développés par Gerhardt dans le sien. Gerhardt a repris la splendeur et la joie de ce chant, et deux idées qui s'y trouvent : le Christ appelé « König - Roi », trois fois, et « Bräutigam - l'époux. » Le mot de « König - Roi » apparaît deux fois, strophe 7 et 8, mais l'idée royale plusieurs autres fois. Gerhardt ne reprend pas le mot de « Bäutiganm - l'époux », les mariés étant ici les « époux ». Mais tous les participants au culte du mariage connaissaient le chant de Nikolai par cœur et sentaient toutes les références.époux  

        
 

Visiteurs en ligne

101067
Aujourd'huiAujourd'hui36
HierHier269
Cette semaineCette semaine36
Ce moisCe mois5426
Tous les joursTous les jours1010676
Template by JoomlaShine