« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 LITT Frse 1914-18 MAIS VOILA QU4ON NUS PARLE DE GUERRE

                                          MAIS VOILA QU‘ON NOUS PARLE DE GUERRE

                                                                 Anonyme

                                          Mélodie :Mais voilà qu’on nous parle de guerre

 

 

Mais voilà qu'on nous parle de guerre,
Sous le joug venu du genre humain,
Va falloir gagner nos frontières

Et risquer la misère et la faim.

Iras-tu, selon le sort des astres,
Risquer ta peau ou tuer ton prochain?

Refrain: Non, non, plus de combats!
La guerre est une boucherie.

Ici, comme là-bas,

Les hommes n'ont qu'une patrie.

Non, non, plus de combats!

~La guerre fait trop de misères,
Aimons-nous, peuples d'ici-bas,
Nenous tuons plus  entre frères

 

Ouvrier travaillant  à l'usine,

Toi qui vis tranquille dans ton foyer,
Pour combattre les races voisines

Va falloir quitter ton atelier.

Iras-tu, selon le sort des astres,

Risuer ta peau ou tuer ton prochain?

 

Les canons, fusils, baïonnettes,

Ne sont pas des outils d'ouvrier,

Ils en ont, mais ceux-là sont honnêtes
s ne sont pas meurtriers.

L’acier un couteau de charrue

Vaut mieux que celui d'un Lebel:

L’un produit tandis que l'autre tue,

L’un est utile et l'autre est criminel.

 

 

         Texte        Mais voilà qu'on nous parle de guerre,

                          anonyme

                          fr. : Yves Kéler  Bischwiller

         Mélodie    Mais voilà qu'on nous parle de guerre,

                          Monthéus

Le texte

 (Cité de WIKIPEDIA)

  Gaston Mardochée Brunswick dit Montéhus 

 est un chansonnier français né dans le 10e arrondissement de Paris le 9 juillet 1872 et mort dans le 15e arrondissement de Paris le 31 décembre 1952. Il est notamment l'auteur de Gloire au 17eLa Butte Rouge et La Jeune Garde.

D'abord socialiste modéré, il évolue en 1906 vers un antimilitarismeradical proche du journal La Guerre Sociale avant de rejoindre l'Union sacrée en 1914. Dans les années 1930, il adhère à la SFIO.

 Le chanteur engagé

 Dans la seconde moitié du xixe siècle, la chanson est centrale dans la culture populaire. Les livres, chers, sont peu accessibles aux prolétaires. Lorsqu'elle comporte une dimension politique forte, la chanson peut être un véritable outil de propagande. Montéhus a été l'un des chantres de la révolte rouge, avec Jean-Baptiste Clément (1836-1903), auteur de la chanson Le Temps des cerisesEugène Pottier (1816-1887), auteur de L'InternationaleJules Jouy (1855-1897), auteur de V'là l'choléra qu'arriveLes Anarchistes de ChicagoPierre Dupont(1821-1870), Le chant des ouvriersLe chant du voteGaston Couté (1880-1911) Le gars qu'a mal tourné, etc.

Dans ses chansons au style vif, entraînant, Montéhus s'oppose à la guerre, à l'exploitation capitaliste, à la prostitution, à la misère, à l'hypocrisie religieuse, mais aussi à l'impôt sur le revenu :

Au lieu d'imposer l'travailleur qui enrichit l'gouvernement

Imposez plutôt les noceurs [les capitalistes] qui gaspillent tant d'argent2.

Il a également défendu la cause des femmes d'une façon remarquable. La Grève des mères fut interdite par décision de justice en octobre 1905 et Montéhus condamné pour « incitation à l'avortement ».

En 1907, il rachète un café-concert à Paris, le renomme « Le Pilori de Montéhus », et y donne des spectacles engagés3.

 

Visiteurs en ligne

105489
Aujourd'huiAujourd'hui148
HierHier305
Cette semaineCette semaine453
Ce moisCe mois5094
Tous les joursTous les jours1054899
Template by JoomlaShine