« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

CHANT DES  S.A 1923

 

T                                                       A1. TENDS MOI LA MAIN, CAMARADE
                                                             Kamerad, reich mir die Hände

                                                                      Chant des S.A 1923

                                                   Mélodie : Kamerad, reich mir die Hände

 

 

1. Tends-moi la main, camarade

    Que nous soyons bien unis  

    Si beaucoup nous attaquent,

    Que dure notre esprit !

    Croix gammée, casque d’acier,

    Bandeau rouge-sang,

    Section d’assaut de Hitler,

    Voilà notre nom.

 

2. S’il y a des traitres,

    Payés par la juiverie,

    Nous avons su quoi faire

    Fidèles à notre patrie.

    Croix gammée, casque d’acier,

    Bandeau rouge-sang,

    Section d’assaut de Hitler,

    Voilà notre nom.

 

3. Vous allez reconnaître

    Ce qu’en nous vous perdez.

    Tends-moi la main, camarade,

    Tiens ce que nous avons juré.

    Au cœur l’esprit d’Hitler

    Ne doit pas sobrer

    Section d’assaut d’Hitler

    Biebtôt va se lever.

 

 

4. La brigade Ehrhardt

    Brise tout en petits morceaux;

    Gare à toi, gare à toi!

   Cochon d’ouvrier.

   

 1. Kamerad reich mir die Hände,
Fest woll´n zusammen wir steh´n.
Mag man uns auch bekämpfen,
Der Geist soll nicht untergeh´n.
|: Hakenkreuz am Stahlhelm,
   Blutig-rotes Band.
   Sturmabteilung Hitler
   Werden wir genannt.

 

 

2. Hat man uns auch verraten,
Trieb mit uns Schindjuderei,
Wir wußten was wir taten,
Blieben dem Vaterland treu.
|: Hakenkreuz am Stahlhelm,
   Blutigrot das Band,
   Sturmabteilung Hitler
   Werden wir gennant:|


3. Bald werd´t auch ihr erkennen,
Was ihr an uns verlor´n!
Kamerad reich mir die Hände,
Halt, was wir einst geschwor´n.
|: Hitlergeist im Herzen
   Darf nicht untergeh´n,
   Sturmabteilung Hitler
   Wird einst aufersteh´n. :|

 




4. Die Brigade Ehrhardt
Schlägt alles kurz und klein,
Wehe Dir, wehe Dir,
Du Arbeiterschwein.

 

 

 

 

 


 


 

 

         Texte        Kamerad reich mir die Hände

                          Anonyme vers 1919

                          fr. : Yves Kéler  Bischwiller

          Mélodie    Kamerad reich mir die Hände

                          Blue bell, Theodore F. Morse

 

Le texte

 

       Ce texte anonyme, appelé chant de combat de la Brigade Ehrhardt, vers 1919, est placé sur la mélodie américaine d’un chant populaire de 1904 « Blue bell – Cloche bleue.» Dès avant la guerre le chant avait atteint la France, sous le nom d’Autourlourou. En 1914 suite à la déclaration de la guerre, le chant connut des réécritures martiales, en France sous le titre « Aux vrais poilus »La première version allemande, connue chez les corps-francs de la Baltique en novembre 1918. Les combattants de la Baltique emportèrent le chant quand ils furent appelés par la République démocatique deFranz Ebert, contre les spartakistes et les chômeurs, jusqu’à ce que le chant fût réécrit par la brigade Ehrhardt, dans sa forme la plus connue actuellement.

Après la suppression de la brigade Ehrhardt, les SA de la jeune NSDAP en firent leur chant de combat, en y glissant la plrase en y glissant la phrase de leur refrain : « Hakenkreuz am Stahlhelm – croix gammée au casque d’acier. » Allusion est faite à cette dissolution à la strophe 3 : « Bald werd´t auch ihr erkennen,Was ihr an uns verlor´n! – Bientôt vous reconnaîtrez ce que vous perdez avec nous. » Plus tard le chant fut remplacé par le Horst-Wessel-Lied.  (d’après WIKIPEDIA)

       Le cochon d’ouvrier à la fin désigne le spartakiste et le chômeur révolutionnaire rouge de la révolution à caractère socialo-communiste de 1918-19. Il ne s’agit pas des ouvriers en général, auxquels la NSDAP ( Parti national-socialiste allemand des ouvriers) s’adressait d’abord.

         Le texte est difficile à traduire avec des rimes, car trop touffu. Si on veut garder le sens, il faut se contenter d’assonances ou du simple rythme de la phrase.

 

Visiteurs en ligne

105697
Aujourd'huiAujourd'hui302
HierHier406
Cette semaineCette semaine2531
Ce moisCe mois7172
Tous les joursTous les jours1056977
Template by JoomlaShine