« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

GUERRES DE LIBERATION (1813)

             INQUIETANT, ALEATOIRE,
       S’OUVRE AINSI LE GRAND MATIN
             Ahnungsgrauend, todesmutig
                Bricht der grosse Morgen an


                    Theodor Körner

      au matin de la bataille de Dannenberg,
                        le 12 mai 1813

1. Inquiétant, aléatoire,                                  8f
    S’ouvre ainsi le grand matin ;                      7
    Le soleil, prémonitoire,                               8f
    Luit sur nos sanglants destins.                     7
    Bientôt, dans une heure à peine,                 8f
    Tout un monde aura sa fin :                        7
    Déjà roulent dans l’arène                            8f
    Les dés qu’on a jetés loin !                          7
    Frères, l’heure sonne et vous exhorte         11f
    A la grande alliance sainte et forte :           11f
    Fidèles, vivants, morts, jusqu’à la fin !        10

2. Le passé et ses détresses,
    Notre honte, sont passés.
    Le mépris et l’orgueil cessent
    De ces reîtres étrangers
    Qui dépréciaient notre langue,
    A nos temples s’attaquaient,
    Traînaient dans la boue, la fange,
    L’honneur allemand défait.
    Frères, tendez les mains pour la vengeance,
    Malédiction soit sur cette engeance :
    Le noir manteau de la guerre est prêt !

3. Devant nous, c’est l’espérance,
    L’avenir et l’âge d’or,
    Un ciel clair, la délivrance :
    Liberté, fleuris encor !
    Arts, chants allemands, cantiques,
    Douces femmes de l’amour,
    Tout revient, et magnifique,
    La beauté de chaque jour.
    Mais il faudra une grande audace,
    La vie et le sang pour vaincre la place :
    Seule la mort rend libre pour toujours.
   
4. Qu’avec Dieu, ainsi l’on ose
    Entrer dans son vrai destin,
    A l’autel porter sa cause
    Aller à la mort enfin.
    O Patrie, pour toi qu’on meure,
    Comme tu l’as ordonné !
    Ce que nos armes délivrent
    Sera pour nos héritiers
    Pousse, monte, liberté allemande,
    Arbre, pousse ! la partie demande
    Nos cœurs et nos cadavres, nos serments !

5. Tourne les yeux et regarde
    Ta bien-aimée, sous le ciel.
    Toi qui pars, à toi prends garde
    Du sud vient le vent mortel.
    Si ton oeil devient plus trouble
    D’une larme de souci,
    Lance lui un baiser double,
    Remets à Dieu ton esprit.
    Chaque lèvre, d’où monte une prière,
    Chaque vie, qui sera jetée à terre,
    Garde-les, Dieu Maître, par ton Esprit !

6. Et maintenant, à la bataille !
    Levez-vous, les cœurs, les yeux ;
    Que le terrestre s’en aille,
    Que pour nous s’ouvrent les cieux.
    Allemands, devenez frères,
    Devenez tous des héros,
    Cœurs fidèles, sur la terre
    Donnez-vous le dernier mot.
    Ecoutez ! déjà gronde le tonnerre :
    Frères, en avant, entrez dans la guerre,
    Rendez-vous, mes amis, au ciel, là-haut !
   
   
   
         Texte       Ahnungsrauend, todesmutig
                         Bundeslied vor der Schlacht
                         Theodor Körner
                         (1791 Dresden – 26.8. 1813 à la bataille
                         de Gadebusch, Mecklenburg )
                         dans Theodor Echtermeyer
                         Auswahl deutscher Gedichte
                         für höhere Schulen
                         Halle 1903, Seite 499
                         fr. : Yves Kéler, 27.7.2010
                                                   Draguignan
 

Visiteurs en ligne

105491
Aujourd'huiAujourd'hui163
HierHier305
Cette semaineCette semaine468
Ce moisCe mois5109
Tous les joursTous les jours1054914
Template by JoomlaShine