« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

GUERRES DE LIBERATION (1813)

QUE SONNENT LES TROMPETTES ? HUSSARDS, LEVEZ-VOUS !
         Was blasen die Trompeten ? Husaren, heraus !

                    Le chant du Feldmarschall (Blücher)

                         Ernst Moritz Arndt 1813

1. Que sonnent les trompettes ? Hussards, levez-vous !
    Le Feldmarschall passe, là-devant, tout à coup,
    Chevauche joyeux un splendide cheval,
    En main l’épée d’or et de brillant métal.

2. Voyez si se tournent vers lui les regards !
    Ses cheveux tout blancs dans le vent sont épars.
    Son âge fleurit, comme vieillit un vin :
    Il reste maître du terrain à la fin.

3. Il a été l’homme, quand tout s’effondrait,
    Qui avec courage dressa son épée,
    Jurant par le fer, en colère et ardent,
    De montrer aux Welsches son art d’Allemand !

4. Il tint sa promesse. Quand sonna le glas,
    En preste jeune homme en selle il sauta.
    Il fit le ménage, jetant loin dehors
    D’un balai de fer les Français et leurs corps.

5. Sur les prés, près de Lützen, il frappe si fort
    Que tant de Français perdent l’âme et le Nord,
    Des milliers se sauvent, rapides lapins,
    Dix mille s’endorment, sans voir le matin.

6. Aux rives du Katzbach, il montre aux Français
    Comment, sans-culotte, on arrive à nager
    Jusqu’à la Baltique et s’y faire manger
    Par une baleine au ventre affamé !

7. A Wartburg, sur l’Elbe, sa poigne écrasa
    Les Français, que nulle tranchée ne sauva !
    Ils durent filer vite, apeurés tels des loirs,
    Poussés par les « Hussa ! » des cavaliers noirs.

8. A Leipzig, terrain plat, grandiose combat,
    Il ôte aux Français, par d’énormes dégâts,
    Le goût de se battre à pied, à cheval.
    C’est là que Blücher fut nommé Feldmarschall.

9. Que sonnent les trompettes ! Hussards, levez-vous !
    Le Feldmarschall marche vers le rendez-vous,
    Allant jusqu’au Rhin, criant : « Passez le Rhin ! »
    Puis : « Entrez en France ! », son arme à la main !

         Texte         Was blasen die Trompeten ? Husaren, heraus !
                           Das Lied von Feldmarschall (Blücher)
                           Ernst Moritz Arndt, 1813 ( 1769-1860)
                           fr. : Yves Kéler 7.7.2010, Draguignan

            dans        Auswahl Deutscher Gedichte
                           für höhere Schulen

                           Theodor Echtermeyer
                           34. Auflage 1903 (1. 1836), 978 Seiten
                           Halle, Verlag des Waisenhauses
                           page 3

            dans        Auswahl Deutscher Gedichte, im Anschluss an die
                           Geschichte der deutschen National Literatur

                           von Professor Dr. Hermann Kluge
                           12. , verbesserte und vermehrte Auflage
                           mit zahlreichen Porträts in Holzschnitt
                           Altenburg, Verlag Oskar Bonde, 1908
                           page  314
  

Visiteurs en ligne

105698
Aujourd'huiAujourd'hui307
HierHier406
Cette semaineCette semaine2536
Ce moisCe mois7177
Tous les joursTous les jours1056982
Template by JoomlaShine