« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

GUERRES DE LIBERATION 1813

    TOUT COUVERT DE BLESSURES, LE TROMPETTE
     Von Wunden ganz bedecket, Der Trompeter

       Der Trompeter an der Katzbach, 26 août 1813

                             Jukius Mosen

1. Tout couvert de blessures                   7f
    Le trompette est mourant :                 6
    Au Katzbach, en bordure                    8f
    Du fleuve, il perd son sang.                6

2. La blessure est brûlante,
    Mais il ne peut mourir :
    Il gît là, dans l’attente
    Du message à venir.

3. Pendant qu’il agonise,
    Dans la peur de la mort,
    Il entend, dans la brise,
    Un cri puissant et fort.

4. Il se lève de la terre,
    Se dresse raide et dur,
    Se met sur sa monture,
    Statue au contour pur.
   
5. Et sa trompette sonne,
    Il la tient ferme en main,
    Comme un tonnerre tonne,
    « Pour la victoire » enfin.

6. « Victoire », chacun hurle,
    « Victoire », de partout,
    « Victoire », qui circule,
    Un cri qui couvre tout !

7. Mais bientôt le trompette
    S’arrête, il a trop mal.
    Le cœur en lui éclate,
    Il tombe de cheval.

8. Autour de lui en cercle
    Se tient le régiment.
    Le feldmarschall déclare :
    « Il est mort vaillamment ! »

Texte    Von Wunden ganz bedecket, 26.8.1813
            Julius Mosen (
dans     Auswahl Deutscher Gedichte für höhere Schulen,
            Theodor Echtermeyer, 34. Auflage 1903 (1. 1836),
            978 Seiten, Halle, Verlag des Waisenhauses, page 323
            fr. : Yves Kéler, 31.7.2010 Draguignan

Visiteurs en ligne

105489
Aujourd'huiAujourd'hui148
HierHier305
Cette semaineCette semaine453
Ce moisCe mois5094
Tous les joursTous les jours1054899
Template by JoomlaShine