« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

                           ANTOINE A SON PRECHE
                             Antonius zur Predigt

                          Saint Antoine et les poissons

 

 

1. Antoine à son prêche

    Trouve église vide.

    Il va à la pêche,

    Prêche aux poissons humides :

 

    De la queue ils frétillent,

    Au soleil ils brillent.

 

2. Et toutes les carpes

    Dans leurs vielles hardes

    Ont ouvert la bouche :

    On n’entendait pas mouche.

   

    Jamais aucun prêche

    Ne plut tant aux carpes.

 

3. Des brochets à barbe,

    De ceux qui se battent,

    Venus à la nage,

    Ecoutent, bien sages.

   

    Jamais aucun prêche

    Ne plut tant aux brochets.

 

4. Rêveuses des vagues

    Ont le vague à l’âme :

    Les morues, c’est elles,

    Sont là, bien fidèles.

   

    Jamais aucun prêche

    Ne plus tant aux morues.

   

5. Les jolies anguilles

    Qui dans les eaux vrillent

    Se mettent en route

    Et sont à l’écoute.

   

    Jamais aucun prêche

    Ne plut tant aux anguilles.

   

6. Les tortues, les crabes,

    Lents, comme de marbre,

    Se lèvent de terre

    Ecoutent le père,

   

    Jamais aucun prêche

    Ne plut tant aux crabes.

   

7  Poissons grands de taille

    Ou petites mailles,

    De gentilles bêtes,

    Elèvent leur tête.

   

    Jamais aucun prêche

    Ne plut tant à ces têtes.

   

8. Le prêche s’achève

    Et chacun se lève.

    Les brochets restent rapaces

    Les anguilles salaces.

   

    A tous plut le prêche,

    Mais aucun ne change.

   

9. Les crabes reculent,

    Les morues ondulent ,

    Les carpes dévorent,

    Le prêche s’évapore.

   

    A tous plut le prêche,

    Mais aucun ne change.

   

 

 

1. Antonius zu Predigt

    Die Kirche findt ledig.

    Et geht zu den Flüssen

    Und predigt den Fischen.

   

    Sie schlagen mit den Schwänzen,

    Im Sonnenschein glänzen.

   

2. Die Karpfen mit Rogen

    Sind allhier gezogen,

    Haben d’Mäuler aufrissen,

    Sich Zuhörens beflissen.

   

    Kein Predigt niemalen

    Den Karpfen so gfallen.

   

3. Spitzgoschete Hechte,

    Die immerzu fechten,

    Sind eilend herschwommen,

    Zu hören den Frommen.

   

    Kein Predigt niemalen

    Den Hechten so g’fallen.

   

4. Auch jene Phantasten,

    Die immerzu fasten;

    Die Stockfisch ich meine,

    Zur Predigt erscheinen.

   

    Kein Predigt niemalen

    Den Stockfisch so g’fallen.

 

5. Gut Aale und Hausen,

    Die vornehme schmausen,

    Die selbst sich bequemen

    Die Predigt vernehmen.

 

    Kein Predigt niemalen

    Den Aalen so g’fallen.,

 

6. Auch Krebse, Schildkröten,

    Sonst langsame Boten,

    Steigen eilig vom Grund,

    Zu hören diesen Mund.

   

    Kein Predigt niemalen

    Den Krebsen so g’fallen.

   

7  Fisch grosse, Fisch kleine,

    Vornehm und gemeine,

    Erheben die Köpfe

    Wie verständge Geschöpfe.

   

    Kein Predigt niemalen

    Den Fischen so g’fallen.

   

8. Die Predigt geendet,

    Ein jeder sich wendet,

    Die Hechte bleiben Diebe,

    Die Aale viel lieben.

   

    Die Predigt hat gfallen,

    Sie bleiben wie alle.

 

9. Die Krebs gehn zurücke,

    Die Stockfisch bleiben dicke,

    Die Karpfen viel fressen,

    Die Predigt vergessen.

   

    Die Predigt hat gfallen,

    Sie bleiben wie alle.

   

 



Texte

Antonius zur Predigt
Des Knaben Wunderhorn 1806
Page 242, édition de 1923
fr. : Yves Kéler 2010, 2015

 

Sur Internet

Document 1. Le prêche aux poissons - Saint Antoine de Padoue
http://www.saintantoine.org/portale/santantonio/miracoli/santo/mirac3.asp
"Etant donné que vous démontrez être indignes de la parole de Dieu, voilà, je m' adresse aux poissons pour confondre plus ouvertement votre incrédulité".

Citation

« Si parfois les hommes, pourtant dotés d'intellect, méprisaient sa prédication, Dieu intervenait en la montrant digne de vénération, réalisant des signes et des prodiges au moyen d'animaux privés de raison.

Une fois, alors que certains hérétiques, près de Padoue, dépréciaient et se moquaient de ses prêches, le Saint se rendit sur les bords d'une rivière coulant près de là et dit aux hérétiques de façon à ce que toute la foule présente entende : "Etant donné que vous démontrez être indignes de la parole de Dieu, voilà, je m'adresse aux poissons pour confondre plus ouvertement votre incrédulité".

Et avec ferveur d'esprit, il commença à prêcher aux poissons en énumérant leurs dons accordés par Dieu : comment il les avait créés, comment il leur avait assigné la pureté des eaux, combien de liberté il leur avait concédée, et comment il les nourrissait sans qu'ils aient à travailler.

Sur ces mots, les poissons commencèrent à s'unir et à se rapprocher de lui, en élevant au-dessus de la surface de l'eau la partie supérieure de leur corps et en le regardant attentivement la bouche ouverte. Tant qu'il plut au Saint de leur parler, ils l'écoutèrent, attentifs, tels des êtres dotés de raison. Ils ne s'éloignèrent pas de l'endroit sinon après avoir reçu sa bénédiction.

Celui qui avait rendu les oiseaux attentifs à la prédication du très saint père François, réunit les oiseaux et les rendit attentifs à la prédication de son fils Antoine » (Rigaldina 9,24-28).

Document 2. Sermon de saint Antoine aux poissons (Antonio Vieira) - Sombreval
http://www.sombreval.com/Sermon-de-saint-Antoine-aux-poissons-Antonio-Vieira_a462.html
19 août 2005 ... Il a souligné également l'importance du symbolisme dans sa préface au Sermon de saint Antoine aux poissons. Au XVIIe de nombreux auteurs ...

L’œuvre d’Antonio Vieira (1608-1697) suscite depuis plusieurs années l’intérêt des chercheurs. Certains se sont intéressés à la personnalité de ce missionnaire jésuite, célèbre prédicateur, conseiller royal, une des plus hautes figures de la littérature et de l’humanisme chrétien, que Fernando Pessoa tenait pour «l’empereur de la langue portugaise». L’étude son œuvre et des sources où Vieira a puisé son inspiration s’est avérée également stimulante pour la recherche. Hugues Didier dans sa présentation des sermons regroupés sous le titre Le Salut en Clair Obscur, a montré que la figure de l’anamorphose (conjonction des opposés), prisée par les écrivains de l’âge baroque, structurait toute son «esthétique christologique. » Il a souligné également l’importance du symbolisme dans sa préface au Sermon de saint Antoine aux poissons. Au XVIIe de nombreux auteurs portugais et espagnols, héritiers du néo-platonisme de la Renaissance, appliquaient avec ferveur la méthode analogique. Hostiles à la vision mécaniste de la nature et de l’animal-machine, issue de Descartes, ils voyaient dans la nature un immense musée foisonnant d’énigmes, de mystères et de symboles.

Dans ce sermon savoureux, Antonio Vieira parvient à allier la poésie franciscaine à l’imagination baroque. La légende veut que saint Antoine de Padoue, prêcha un jour aux poissons qui se pressèrent pour l’entendre. Antonio Vieira relate cette légende dans son sermon qu’il prononça la 1er juin 1654, jour de la fête du saint : « Saint Antoine prêchait en Italie à Rimini contre les hérétiques ; et comme les erreurs d’entendement sont difficiles à extirper, non seulement le saint n’obtenait aucun résultat, mais encore le peuple en vint à se révolter contre lui, et peu s’en fallut qu’il n’y perdît la vie (…) Il décide alors de changer de chaire et d’auditoire ; il laisse les places et il va sur la plage, il laisse la terre et se dirige vers la mer. Puisque les hommes ne veulent plus m’écouter, que m’écoutent les poissons ! O puissance de celui qui créa la mer et la terre ! Les ondes se mettent à bouillonner, les poissons se rassemblent, les gros et les petits, et ils écoutent Antoine, docteur de l’Eglise, prêcher. »

 

 

Visiteurs en ligne

105488
Aujourd'huiAujourd'hui133
HierHier305
Cette semaineCette semaine438
Ce moisCe mois5079
Tous les joursTous les jours1054884
Template by JoomlaShine