« Pasteur Yves Kéler, retraité de l'Eglise de la Confession d'Augsbourg d'Alsace
et de Lorraine (ECAAL)/Union des Eglises Protestantes d'Alsace et de Lorraine (UEPAL)
»

*1939 - † 2018

 

LITTERATURE ALLEMANDE :
POEMES POLITIQUES DU 20e siècle




            O JESUS QUE J’AIME ?…
      QUI PEUT BIEN T’ENTENDRE ?
               Jesu, meine Freude,
          Wer will dich schon hören ?

                Gerhard Schöne

 
       Mélodie : Jesu, meine Freude


 

1. O Jésus que j’aime,

    Jésus, bien suprême,

    O Jésus, vrai Dieu.

    Qui peut bien t’entendre ?

    Vois, tes mots engendrent

    Le désordre au mieux.

    Tu menaces le train-train,

    Comme un sable, les rouages

    De ce monde sage.

 

2. On te prend, t’arrête,

    mais toi tu tiens tête

    Au camp, à la mort.

    Tu es intuable :

    Qui donc est capable

    De tuer l’amour ?

    Qui torture et qui te bat

    A ta mort en vain aspire :

    Tu vis, tu respires.

 

3. Christ, ami des pauvres,

    Tu vois leurs épreuves :

    Prends de nous pitié!

    Les puissants s’effondrent,

    Les rêveurs se montrent

    Dans la vraie clarté.

    Et si je me trouve au bas,

    Près de toi je reste ferme,

    O Jésus que j'aime !

 

   

1. Jesu, meine Freude,

Meines Herzens Weide,

Jesu, wahrer Gott.

Wer will dich schon hören,

deine Worte stören,

Den gewohnten Trott.

Du gefährdest Sicherheit!

Du bist Sand im Weltgetriebe.

Du mit deiner Liebe.

 

2. Du warst eingemauert;

Du hast überdauert

Lager, Bann und Haft.

Bist nicht tot zu kriegen,

Niemand kann besiegen

Deiner Liebe Kraft.

Wer dich foltert und erschlägt.

hofft auf deinen Tod vergebens,

Samenkorn des Lebens.

 

3. Jesus, Freund der Armen,

Groß ist dein Erbarmen

Mit der kranken Welt.

Herrscher gehen unter,

Träumer werden munter,

die dein Licht erhellt.

Und wenn ich ganz unten bin,

weiß ich dich an meiner Seite,

Jesu, meine Freude.

 

Traduction française 

1. O Jésus que j’aime,

Jésus, bien suprême,
O Jésus, vrai Dieu.
Qui peut bien t’entendre ?
Vois, tes mots engendrent
Le désordre au mieux.
Tu menaces le train-train,
Comme un sable, les rouages
De ce monde sage.

2. On te prend, t’arrête,
mais toi tu tiens tête
Au camp, à la mort.
Tu es intuable :
Qui donc est capable
De tuer l’amour ?
Qui torture et qui te bat
A ta mort en vain aspire :
Tu vis, tu respires.

3. Christ, ami des pauvres,
Tu vois leurs épreuves :
Prends de nous pitié !
Les puissants s’effondrent,
Les rêveurs se montrent
Dans la vraie clarté.
Et si je me trouve au bas,
Près de toi je reste ferme,
O Jésus que j'aime !


Texte

Jesu meine Freude,…
Wer will dich schon hören ?
Gerhard Schöne

Mélodie

Jesu, meine Freude
Johann Crüger 1653
RA 351, EG 396, LP 289
fr. : O Jésus, mon frère
NCTC 266, ARC 610, ALL 45/05


Le texte

L’auteur

Le « faiseur de chants » (compositeur de chants) allemand Gerhard Schöne est né le 10 janvier 1952 à Coswitz, en Allemagne de l’Est, et grandit comme fils d’une famille pastorale protestante. Son premier disque parut chez AMIGA en RDA. Sa musique fut employée en 1985 dans le film pour enfants de la DEFA « Der Junge mit dem grossen schwarzen Hund – Le garçon avec le grand chien noir. » Son disque « Du hast es nur noch nicht probiert – Tu ne l’as même pas encore essayé » parut en 1988, avec des chants comme « Mit dem Gesicht zum Volke – Avec le visage vers le peuple », qui exprimaient clairement l’opinion d’une grand partie de la population de la RDA. Parfois les chants de Schöne apparaissent comme enfantins et naïfs, mais ils sont toujours pleins de sensibilité, souvent critiques de la société et marqués par sa foi chrétienne. Il a participé à de nombreux Kirchentage – Rassemblements d’Eglise allemands. (citation de WIKIPEDIA Gerhard Schöne Lyrics)

WIKIPEDIA Der deutsche Liedermacher Gerhard Schöne wurde am 10. Januar 1952 in Coswig geboren und wuchs als Sohn einer evangelischen Pfarrersfamilie in selbiger auf. Seine erste LP bei Amiga erschien im Jahr 1981 in der DDR. Verwendung fand seine Musik im Jahr 1985 im DEFA-Kinderfilm Der Junge mit dem großen schwarzen Hund und seine LP Du hast es nur noch nicht probiert erschien 1988, die mit Liedern, wie Mit dem Gesicht zum Volke deutlich die Stimmung großer Teile der Bevölkerung in der DDR zum Ausdruck brachte. Manchmal wirken Schönes Texte kindlich-naiv, sind aber immer einfühlsam, oft gesellschaftskritisch und von seinem christlichen Glauben geprägt.

Le texte

Schöne emploie le début du célèbre choral de Johann Frank « Jesu, meine Freude – Jésus, ma joie », une des grandes expression de la mystique luthérienne et de la « Jesus-Liebe – L’amour de Jésus. » Ce chant rempli de paix et de sérénité dans le Christ est opposé au rejet par le monde du Christ, que personne n’écoute. Lui parle d’amour, comme dans le cantique, de paix de l’âme, de vérité. Mais qui veut entendre cela ? De tels mots dérangent l’ordre établi. Schöne attaque non seulement les bien-pensants, mais aussi l’état, en particulier communiste de la RDA, qui voit des ennemis partout et persécute et tue. Schöne dit de Jésus : « Bist nicht tot zu kriegen, Niemand kann besiegen Deiner Liebe Kraft –On n’arrive pas à te tuer, Personne ne peut vaincre La puissance de ton amour. » Mais si « Les puissants s’effondrent, les rêveurs se montrent » et l’avenir est dans ce Christ qui reste près de moi.

C’est pourquoi le Christ est au début et à la fin du chant, par l’invocation « Jesu, meine Freude », comme dans le cantique de Frank. Dans ce chant en 6 strophes, entre la première et la dernière strophe, qui expriment la joie en Jésus, Frank place l’opposition du monde et de Satan, qui font la vie dure au croyant. Schöne reprend ce plan, cette fois en 3 strophes : les 1ère et 6e de Frank deviennent les 1ère/3 premiers vers et 3e/3 derniers vers.

 


Texte original

1. Jesu, meine Freude,
Meines Herzens Weide,
Jesu, wahrer Gott.
Wer will dich schon hören,
deine Worte stören,
Den gewohnten Trott.
Du gefährdest Sicherheit!
Du bist Sand im Weltgetriebe.
Du mit deiner Liebe.

2. Du warst eingemauert;
Du hast überdauert
Lager, Bann und Haft.
Bist nicht tot zu kriegen,
Niemand kann besiegen
Deiner Liebe Kraft.
Wer dich foltert und erschlägt.
hofft auf deinen Tod vergebens,
Samenkorn des Lebens.

3. Jesus, Freund der Armen,
Groß ist dein Erbarmen
Mit der kranken Welt.
Herrscher gehen unter,
Träumer werden munter,
die dein Licht erhellt.
Und wenn ich ganz unten bin,
weiß ich dich an meiner Seite,
Jesu, meine Freude.

(Gerhard Schöne)

 

 

 

Visiteurs en ligne

105489
Aujourd'huiAujourd'hui142
HierHier305
Cette semaineCette semaine447
Ce moisCe mois5088
Tous les joursTous les jours1054893
Template by JoomlaShine